ActualitéData Room

Les entreprises du classement Fortune 100 et les médias sociaux

La nouvelle étude Burson-Marsteller analyse, pour la deuxième année consécutive, la présence des grandes entreprises internationales sur les medias sociaux (Twitter, Facebook, YouTube, blogs d’entreprises ou autres réseaux spécialisés).

84% d’entre elles sont donc sur au moins un média social en 2011 (79% en 2010). Si 25% des sociétés utilisent les quatre réseaux sociaux contre 20% l’année précédente, les sociétés européennes sont encore en retrait avec 15% seulement sur l’ensemble.

Avec 78% de présence, le réseau numéro 1 est Twitter (+18% sur un an) devant Facebook (61%), YouTube (57%) et les blogs (36%). Twitter est avant tout plébiscité par les européens (83%).

Le phénomène notable est que Les utilisateurs de Twitter parlent davantage des entreprises : 80% d’entre elles sont mentionnées par les utilisateurs de Twitter en 2011 contre seulement 42% l’an dernier.

Une nette augmentation à mettre en rapport avec l’engagement de plus en plus marqué de ces entreprises puisque 67 % d’entre elles utilisent désormais la fonction «@».

Concernant Facebook, 74 % des entreprises autorisent les utilisateurs abonnés à leur page « fan » à écrire des messages sur leur mur et plus de la moitié (57 %) répondent aux messages et commentaires.

Enfin, seules 2 entreprises françaises sur les 11 du classement Fortune 100 affichent leurs médias sociaux sur leur site institutionnel.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

Bouton retour en haut de la page
Les entreprises du classement Fortune 100 et les médias sociaux
Airbnb
Airbnb vise jusqu’à 35 milliards de dollars de valorisation pour son IPO
Quelle est cette startup qui vaut 1 milliard de dollars pour Facebook?
FinTech et DeepTech au cœur de l’écosystème du Grand Est
Le commerce en ligne pèse 103 milliards d’euros en France
Vianova
Mobilité: Vianova lève 1,8 million d’euros auprès de la RATP
Palantir
[DECODE Market] Palantir, Ant Group et Altice Europe : 3 destins très différents sur les marchés boursiers