ActualitéEurope

Evernote Business se lance dans 26 nouveaux pays

Le logiciel de capture et de gestion d’informations multi-formats, Evernote, annonce le lancement de son application d’entreprise, Evernote Business, dans 26 nouveaux pays.

evernote business
L’Australie et la Nouvelle-Zélande devraient à leur tour disposer d’Evernote Business, à partir de la semaine prochaine.

Le lancement de la version Business a été annoncé par Phil Libin, CEO d’Evernote, durant la conférence LeWeb 2012. L’expansion du service, initialement lancé sur sept marchés, va permettre à Evernote d’étoffer davantage sa base d’utilisateurs. Déjà, plus de 2000 entreprises ont opté pour Evernote Business et la société s’attend à ce que 50 pays supplémentaires aient accès au service au cours du 1er semestre 2013, les marchés de la zone EMEA, en Amérique latine et en Asie-Pacifique devraient suivre « dans les prochains mois. »

Phil Libin a également nommé hier Ken Gullicksen, au poste de Chief Operating Officer (COO) d’Evernote. Il sera ainsi en charge de la gestion des affaires d’Evernote, mais aussi des relations avec les investisseurs, et du développement de l’entreprise au niveau mondial.

Evernote Business est facturé 10 € par utilisateur par mois, et est à présent disponible dans 33 pays.

A partir d’aujourd’hui, la liste des pays pris en charge par Evernote Business sont : l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Canada, Chypre, République tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Islande, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni et l’Australie. 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Evernote Business se lance dans 26 nouveaux pays
Comment les logiciels révolutionnent l’industrie automobile
IBM France: tentative d’invasion numérique par des salariés en « télégrève »
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance