ActualitéBusinessStartup

[Exclu] La vérité sur la vente de Sparrow à Google

Selon nos informations, la cession de Sparrow à Google aurait été accélérée par une tentative de débauchage de la majeure partie des équipes par Facebook !

Le ton serait alors monté entre les actionnaires de Sparrow (Kima Ventures) et les équipes de Mark Zuckerberg, au point de faire entrer en jeu leurs avocats. L’objectif unique des investisseurs de Sparrow fut alors d’empêcher l’implosion de la société.

C’est alors que Google serait judicieusement entré en scène, en plein coeur de cette guerre des talents, et aurait réussi à mettre la main sur la start-up française avec l’aval et un soulagement certain de ses actionnaires.

La transaction, bien inférieure aux 20 millions évoqués par les médias (dont FrenchWeb), resterait très significative.

7 commentaires

  1. Mouais. Même si j’avais déjà entendu des rumeurs du même genre, je dois dire que cette explication ne me satisfait pas entièrement:

    1. « Débauchage de la majeure partie des équipes »: est-ce que ça comprend les fondateurs ? Si non, en quoi la vente à Google a empêché ça (je suppose que Facebook à de quoi compenser l’équipe pour la perte des BSPCE). Donc hypothèse: ça comprend les fondateurs.

    2. Quel intérêt aurait eu les fondateurs à se faire débaucher (= abandonner leur produit) ? Il y a quelque chose qui sent le camembert là dessous.

    3. Il est probable que ni les fondateurs ni les investisseurs avaient les votes nécessaires au board pour céder la société sans l’aval de l’autre partie. Ils ont donc bien du se mettre d’accord pour choisir Google plutôt que Facebook.

    Jacques Dutronc a raison, on ne nous dit pas tout. En même temps, ça ne m’empêche pas de dormir.

  2. A mon avis c’est plutôt une histoire de valo et de potentiel.
    Les fondateurs ont peut être voulu vendre trop vite d’après le fond qui voulait peut etre faire monter les enchères un peu plus (ou plus tard).

Bouton retour en haut de la page
[Exclu] La vérité sur la vente de Sparrow à Google
Buy now, pay later: soutenue par Amazon, la startup indienne Capital Float lève 50 millions de dollars
Le jour où j’ai appris la date de la mort de ma startup
Bonsoirs: comment Nicolas Morschl a lancé sa DNVB de linge de maison
esport
Sept studios indépendants de jeu vidéo lèvent 100 millions d’euros pour fonder un nouvel éditeur
Swan
Banking-as-a-Service: la FinTech Swan lève 16 millions d’euros auprès d’Accel
10 ans après son arrivée en France, Outbrain veut devenir l’alternative des GAFA auprès des éditeurs et des annonceurs