A la uneActualité Start Me UpLes levées de fondsRetail & eCommerceStart Me Up

Exclusif – ChicTypes fait entrer dans sa malle 1,4 million d’euros

« Les hommes ne nous ont pas attendu pour s’acheter des vêtements… ils sont pourtant nombreux à ne pas aimer faire du shopping » envoie d’emblée Antoine Régis, cofondateur de ChicTypes, un site de mode online qui veut transformer le personal shopping pour les hommes. Une expérience qui passe d’abord par un profilage du client sur ses goûts, et la collaboration d’un styliste avisé qui conseille et prépare le colis, avec une sélection de vêtements que le client ne connaît pas à l’avance, et les recevra dans une « malle » un peu plus classe, livrée directement chez soi. Le client essaie tranquillement chez lui les vêtements, il a ensuite une semaine pour se décider.

chictypes
Etienne Morin et Antoine Régis, les deux fondateurs de ChicTypes, avec une malle

Le conseil en magasin appliqué à l’e-commerce

La société, qui avait levé plusieurs centaines de milliers d’euros investisseurs/106749″ target= »_blank »>en avril dernier, vient de lever 1,4 million d’euros auprès de Kernel Investissements (le fonds de Pierre Kosciusko-Morizet et Pierre Krings, déjà investisseur au premier tour), de Pascal Cagni, (ex-Apple de 2000 à 2012) et de nouveaux business angels. « Ce tour de table va nous permettra d’accélérer notre croissance et d’améliorer encore l’expérience utilisateur, au travers notamment du développement de la plate-forme technologique, du lancement d’une application mobile et de la création d’un showroom pour accueillir les clients. Cela nous permettra aussi de recruter de nouveaux talents pour renforcer l’équipe » précise Antoine Régis.

Lancé en 2013 par Etienne Morin et Antoine Régis, le concept a séduit 35 000 membres, 5 000 malles ont été expédiées, pour un panier moyen de plusieurs centaines d’euros, et 70 marques sont devenues partenaires dont Levi’s, Alain Figaret ou encore Gant. « ChicTypes nous a convaincu sur la beauté du modèle : un service adressé à une cible masculine qui a du mal à s’habiller, une simplicité opérationnelle, et pas de critère de prix, pas de discount » explique Pierre Krings, co-investisseur. Un modèle, pour lui, tout à fait « scalable ».

Un parcours client différenciant

Plutôt que l’éternel catalogue affichant les prix et les tailles, l’internaute doit répondre à une série de question. « quelle importance accordez-vous à votre style vestimentaire ? », « comment vous habillez-vous pour aller travailler ? »… ?

chictypes
Plus de 70 marques sélectionnées par des stylistes sont disponibles

Une fois le « portrait » du consommateur dressé et un formulaire d’inscription rempli, ChicTypes propose alors la contribution d’un(e) styliste, un service qui rappelle le conseil en magasin. Des stylistes qui sont au nombre d’une dizaine dans l’entreprise. « ChicTypes est aujourd’hui le seul en France à proposer ce service aux hommes. Nos concurrents indirects sont donc les canaux de distribution traditionnels, physiques ou online » affirme Antoine Régis.

A la question de savoir si le modèle (sans abonnement) est fragile, « le fait qu’il n’y ait pas d’abonnement est une façon de se démarquer des box e-commerce par exemple. On compte sur le repeat business et sur la satisfaction des clients qui sont à la base du service ChicTypes. Je crois dans la scalabilité du modèle, et à l’augmentation des gains de productivité, associés à l’expérience » répond Pierre Krings.

« Notre stratégie depuis le lancement est inchangée : proposer aux hommes l’expérience d’achat qui correspond spécifiquement à leurs attentes » glisse le cofondateur. Pour poursuivre dans cette idée, « dans les mois qui viennent, nos clients qui le désirent pourront rencontrer leur styliste et bénéficier de leurs conseils dans un showroom où ils découvriront leurs sélections ». La start-up compte aujourd’hui 25 employés.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Exclusif – ChicTypes fait entrer dans sa malle 1,4 million d’euros
FinTech : Klarna s’offre Inspirock pour séduire les voyageurs
French Tech : Thierry Petit quitte Showroomprivé
Amazon expédie désormais plus de colis que FedEx aux États-Unis
E-santé: DentalMonitoring, nouvelle licorne française après une levée de 150 millions de dollars
360Learning, fleuron de l’EdTech française, lève 200 millions de dollars
Batch, la startup de Simon Dawlat (AppGratis), boucle un tour de table de 20 millions d’euros