ActualitéLes levées de fondsRetail & eCommerce

Nightswapping : le Lyonnais Cosmopolit Home lève 2 millions d’euros

Troquer des nuits de logements plutôt que de les payer, c’est le concept de Cosmopolit Home. La start-up lyonnaise vient de lever 2 millions d’euros auprès de Rhône Alpes Création, Expansinvest, Initiative Octalfa, de business angels, Bpifrance et Serge Duriavig, son fondateur.

Ce nouvel investissement permettra à la plate-forme d’accélérer sa croissance en Europe et de tenter l’aventure américaine. Le concept fonctionne via une monnaie virtuelle, laquelle est utilisée pour échanger des nuits : l’utilisateur cumule des nuits à utiliser chez d’autres après avoir lui-même hébergé des membres à son domicile, qu’il soit propriétaire ou locataire de son logement. Pour cela, l’entreprise a développé un algorithme d’évaluation du logement pour trouver le bon lieu et repose sur les avis d’utilisateurs pour qualifier les prestations offertes. Enfin, une assurance multirisque est proposée aux utilisateurs.

Ce concept de « nightswapping » s’inscrit dans la tendance de la consommation collaborative. Le concept fait d’ailleurs penser à celui de CouchSurfing, permettant ainsi aux internautes de loger « gratuitement ». Lancé en 2013 par Serge Duriavig, un ancien d’Orange et de SmartBox, Cosmopolit Home revendique plus de 6 000 « hébergeurs » dans 54 pays.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Nightswapping : le Lyonnais Cosmopolit Home lève 2 millions d’euros
Face à Starlink, OneWeb lève 400 millions de dollars auprès de SoftBank et Hughes
[Webinar] Accès aux services digitaux & identité digitale : comment répondre aux attentes de vos clients ?
CES: Drones désinfectants, masques intelligents… quelles sont les dernières innovations anti-Covid?
Streamland Media rachète les activités post-production de Technicolor pour 30 millions d’euros
Microsoft
Covid-19: Microsoft, Salesforce et Oracle travaillent sur un passeport de vaccination
Robots logistiques: pourquoi Scallog se lance aux Etats-Unis