A la uneDistributionLes levées de fondsTransport

[Exclusif] Livraison le jour même : Deliver.ee lève 500 000 euros

« Nous avons commencé à travailler sur le projet en 2012. A l’époque, nous étions plus proches d’un modèle comme Postmates. Au fil de nos recherches et de nos tests, nous nous sommes orientés vers ce qu’est devenu deliver.ee aujourd’hui » explique à Frenchweb Romain Libeau,28 ans, le fondateur. Sa start-up vient de lever 500 000 euros auprès de plusieurs associés de 50Partners – elle est l’une des 10 start-ups de son accélérateur – et de business angels spécialisés dans l’e-commerce et le transport. Le concept : la livraison en main propre le jour même par coursier à partir de 5,50 euros.

« Le marché existant du transport de proximité est évalué à 500 millions d’euros par an, dont 80% sont réalisés dans l’Île-de-France selon le SNTL. Mais c’est un marché dormant qui ne demande qu’à être adressé. Pour cela, nous voulons démocratiser le concept, tout comme Uber l’a fait à New York avec Uber Rush, dont plus de la moitié des utilisateurs n’avaient jamais fait appel à un coursier auparavant. D’ici à 2020, le marché français de la livraison le jour même pour l’e-commerce pourrait peser 1 milliard euros selon une étude Mckinsey ».

500 livreurs revendiqués

Ce nouvel investissement permettra la jeune pépite de financer sa croissance et sa R&D. Car si elle a étendu son service dans les dix principales villes de France, elle développe également un logiciel de gestion et d’optimisation des flottes pour les sociétés de coursiers avec lesquels elle traite. Comptant déjà 500 livreurs disponibles (indépendants ou non) avec qui sont signés des contrats de prestations, le fondateur espère un assouplissement prochain de la législation pour agrandir sa base et convaincre notamment les étudiants que chercheraient à arrondir leurs fins de mois.

Pour les e-commerçants, sa solution s’intègre au moment du « checkout », grâce à un plugin compatible avec Prestashop, Magento, Hybris ou Demandware. Les magasins physiques peuvent également utiliser le service pour faire livrer un produit commandé par un client lorsqu’il n’est plus en stock, lui évitant ainsi de revenir.

Sur ce marché, plusieurs acteurs de la livraison ont déjà embrayé la seconde. Aux Etats-Unis, Postmates ou même Google se sont lancés sur ce segment. En France, on compte notamment le Lillois Colisweb qui propose la livraison en deux heures, ou encore Tok Tok Tok. « Nous ne faisons cependant pas le même métier. Nous ne sommes pas une marketplace et ne proposons pas de mandat d’achat et de livraison. Nous sommes clairement un transporteur » souligne M. Libeau qui précise que Deliver.ee fait appel à des professionnels du transport.

Offre d’appel à 5,50 euros

« Le transport de marchandise est très réglementé en France. Nous opérons en qualité de Commissionnaire de Transport ce qui nous habilite à opérer le transport de marchandises pour le compte d’un tiers en faisant appel à des transporteurs ». Schématiquement, le modèle économique consiste à acheter à prix de gros des prestations de services à des sociétés de livraison pour proposer les mêmes tarifs avec le service en plus. « Nous apportons du volume aux coursiers, ce qui nous permet de négocier des prix compétitifs tout en conservant nos marges ».

Lancée en 2013, Deliver.ee compte parmi ses clients des spécialistes du pressing comme 5 à Sec, des cavistes en ligne à l’instar de monChampagne ou du Petit Ballon, des épiceries fines et des marques de textiles. « En fonction du montant du panier, nous avons une offre adaptée. Ce qui nous permet de capter toutes les livraisons de petites distances. Lorsque la commande est éligible (client à proximité d’un stock ou magasin), nous sommes plus compétitifs que les transporteurs nationaux pour la livraison à domicile avec une meilleure qualité de service (remise en main propre garantie et livraison immédiate ou sur rendez-vous) ». Aujourd’hui, l’offre d’appel à 5,50 euros représente 70% des volumes de commande, mais c’est surtout auprès des cavistes que la société réalise du chiffre d’affaires « lorsqu’il faut, par exemple, aller chercher des caisses entières de bouteilles en région dans la même journée ».

Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This