ActualitéDistributionLes levées de fonds

EXCLUSIF – Prêt à changer, plateforme d’échange de vêtements, lève 600 000 euros auprès de XAnge

Deux ans après sa création, il aura fallu quatre mois à l’entreprise pour y parvenir.

Frenchweb :  Vous annoncez un investissement de 600 000 euros dans Prêt à changer, une plate-forme de troc de vêtements entre particuliers. Quels éléments ont motivé cette décision ? Comment s’intègre ce placement dans votre portefeuille ?

rmRodolphe Menegaux (directeur des participations chez XAnge) : Il existe un vrai marché du troc et de la revente de vêtements et d’objets en France et à l’étranger, les changements de comportements poussent vers moins de gaspillage et plus de recyclage, PretAChanger.fr s’inscrit dans cette dynamique. L’engouement de la communauté pour la plateforme qui affiche une forte croissance mensuelle très importante nous a également convaincu que PàC était sans doute en train de changer un élément du jeu dans le domaine du prêt à porter.

Le business model lie au volume de transaction nous permet de penser que PàC peut devenir une société générant beaucoup de volume et de profitabilité. Enfin, Benjamin et Alexandre, les deux fondateurs, ont toutes les caractéristiques de bons entrepreneurs : une vision sur les tendances de fond et une capacité à créer et tester rapidement.

Nicolas Debock (chargé d’affaires chez XAnge) : D’une façon plus globale, nous observons actuellement une véritable montée en puissance des sociétés de notre portefeuille qui sont dans l’univers de la consommation collaborative (La ruche qui dit oui, A little Market, KisskissbankBank et donc maintenant Pretàchanger). Après une première vague d’early adopteur (les premiers consommateurs à adopter le modèle, ndlr), de passionnés, nous avons le sentiment que le grand public est en train de rejoindre ces modèles de consommation.

nd

Or avec les modèles économiques de place de marché, la valeur augmente fortement avec l’augmentation de la liquidité (c’est-à-dire le nombre d’échanges sur la plateforme). Avec un afflux de nouveaux utilisateurs, la liquidité et la fréquence des échanges augmentent naturellement. Plus généralement, nous croyons fortement aux modèles économiques fondés sur des flux et les organisations décentralisées où la valeur se crée aussi aux extrémités des réseaux.

Nos investissements sont très majoritairement ciblés sur Internet en allant du logiciel B2B en SaaS aux places de marché C2C.

Rodolphe Menegaux  : Nous recherchons des modèles de grande efficacité capitalistique et le positionnement de places de marché est particulièrement pertinent puisqu’il permet de gérer de gros volumes en maintenant de faibles coûts. Nous investissons dans quelques dossiers assez early stage comme Prêtàchanger et plus généralement dans des Tour A et B de 500 000 à 5 millions d’euros.

Par ailleurs, nous avons la chance d’avoir une partie de l’équipe en Allemagne et nous accompagnons les équipes à l’international. Nous ne cherchons pas de verticaux spécifiques car le numérique est en train de se propager dans toutes les industries et toutes les couches de la société.

Deux ans après le lancement de Prêt à changer, vous annoncez une levée de fonds. Comment s’est déroulée l’opération ?

pretachanger-fondateursAlexandre Trivella et Benjamin Augros (co-fondateurs de Prêts à changer) : Nous avions déjà mené une première levée de fonds fin 2012 auprès de business angels reconnus et intégré l’accélérateur 50 Partners.

Dès lors que le besoin s’est ressenti de faire une deuxième levée de fonds, nous avons été mis en relation avec des fonds grâce aux contacts de 50 Partners (Jérôme Masurel) et de nos business angels (Didier Kuhn, Laurent Merlino, Pierre Trémolière, Jonathan Zisermann…).

Nous avons rencontré Rodolphe et Nicolas d’Xange en septembre 2013 et j’ai dit à mon associé Alexandre « j’espère que ça se fera avec eux ». Nous avions très bien accroché au niveau humain, ils étaient les seuls capital-risqueurs à comprendre réellement l’intérêt profond du sujet du troc et de la consommation collaborative et notre capacité à monétiser de la gratuité. L’opération a donc pris environ 4 mois avec des allers-retours, des présentations et négociations.

Comment allez-vous utiliser ces fonds ? Quelles sont les nouveautés à venir ?

Nous allons effectuer des recrutements de développeurs, de développeurs mobiles et des community managers. Nous souhaitons accélérer le développement sur mobile : iOS et Android, lancer la troisième version du site Pretachanger en juin et investir en communication et marketing afin de faire croître la base de membres. Nous aimerions aussi si possible, poser les premières briques à l’international.

Quelles sont les principales évolutions du secteur de l’économie collaborative que vous percevez ? Quelles sont les principales contraintes ?

Nous trouvons des services de consommation collaborative pratiquement pour tout désormais avec une tendance à la verticalisation et à la curation ce qui est une bonne chose selon moi.Du coup, on en arrive à la création d’aggrégateurs de services. Les modèles qui fonctionnent, selon moi, sont ceux capables d’allier verticalisation et esprit communautaire, des services mobile-native avec des outils qui renforcent la confiance entre utilisateurs. Chez Pretachanger nous nous sommes clairement positionnés sur l’univers féminin et la mode moyen de gamme.

Nous facilitons les échanges grâce à des algorithmes maison et une monnaie virtuelle, et nous avons des outils qui renforcent la confiance entre les utilisateurs comme l’IDN de la Poste. Après, s’il est rapidement possible d’internationaliser le service c’est encore mieux. La principale difficulté réside dans la capacité à avoir des utilisateurs qui fournissent des produits ou des services de qualité tout en restant un intermédiaire qui ne gère pas de flux physique.

Mais c’est aussi la force des services de consommation collaborative avec leur capacité à scaler sans avoir des ressources humaines proportionnelles à la croissance exponentielle. Nous avons cependant fait le choix de gérer la livraison des produits échangés via notre site grâce à notre partenariat avec Mondial Relay : à l’issue d’un échange nos utilisateurs téléchargent et impriment leur étiquette colis sur Pretachanger et s’envoient les colis directement.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

4 thoughts on “EXCLUSIF – Prêt à changer, plateforme d’échange de vêtements, lève 600 000 euros auprès de XAnge”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This