ActualitéAmérique du nordBusinessTech

Facebook admet avoir stocké des mots de passe non cryptés sur des serveurs internes

AFP

Facebook a reconnu jeudi que les mots de passe d’un très grand nombre d’utilisateurs avaient été stockés sur des serveurs internes sous forme non cryptée, mais a affirmé qu’il n’y avait eu aucune faille de sécurité. « Nous avons résolu le problème et, par mesure de précaution, nous allons prévenir tous ceux dont les mots de passe ont été stockés sous cette forme», a souligné Facebook dans un communiqué. Selon le site spécialisé en cybersécurité KrebsOnSecurity, quelque 20 000 employés de Facebook ont eu ainsi accès parfois pendant des années à plusieurs centaines de millions de mots de passe stockés en clair.

Le géant d’internet a l’intention de prévenir « des centaines de millions d’usagers de Facebook Lite», une version du site allégée pour les régions du monde ayant une connexion internet de plus basse qualité, « des dizaines de millions d’autres usagers de Facebook et des dizaines de milliers d’utilisateurs d’Instagram», a détaillé le groupe américain. « Soyons clairs: ces mots de passe n’ont jamais été visibles par quiconque en dehors de Facebook et nous n’avons rien trouvé à ce jour indiquant que quiconque en interne en a fait un usage abusif ou y a accédé indûment», a insisté le réseau social, déjà violemment critiqué pour sa gestion des données personnelles de ses utilisateurs, en particulier depuis l’éclatement du scandale Cambridge Analytica en 2018.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Facebook admet avoir stocké des mots de passe non cryptés sur des serveurs internes
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer