ActualitéAmérique du nordBusinessMedia

Facebook en opération séduction à New York après une année noire

Avec l'AFP

Face aux scandales et au flot de critiques sur son utilisation des données personnelles, Facebook a ouvert pour quelques heures jeudi à New York une boutique censée montrer combien l’entreprise est soucieuse de la vie privée de ses utilisateurs. Après une expérience similaire à Londres en septembre, le premier réseau social au monde a organisé cette opération à vocation pédagogique agrémentée de chocolat chaud et de café, sa première aux États-Unis, au coeur du marché installé chaque année pour la saison des fêtes à Bryant Park, au centre de Manhattan.

Pendant dix heures, des employés de Facebook ont discuté avec des passants, leur montrant comment vérifier les paramètres de confidentialité de leur compte Facebook et comment les modifier pour notamment en exclure certaines personnes ou annonceurs. «Nous savons que les gens ont des questions sur les données personnelles et les publicités sur la plateforme, on s’est dit que c’était un excellent moment pour les rencontrer en personne», a expliqué Khaliah Barnes, responsable des questions de confidentialité chez Facebook.

Annus horribilis

Neuf mois après le scandale Cambridge Analytica, qui a déclenché des enquêtes parlementaires et des appels à boycotter le réseau aux plus de deux milliards d’utilisateurs, l’objectif était de montrer les efforts faits par l’entreprise californienne pour clarifier son utilisation des données personnelles. Jennifer Shin, venue avec deux collègues pendant sa pause déjeuner, a jugé la démarche «intéressante, vu toutes les inquiétudes qu’il y a avec Facebook et la confidentialité».

«Je suis entré avec un a priori négatif, après tous ces articles sur les mauvaises choses qu’a faites Facebook», a relevé Michael Beswetherick, 26 ans, utilisateur «semi-régulier» de Facebook et ingénieur informatique au quotidien New York Times. Il a posé une série de question aux employés de Facebook, notamment sur les actions de l’entreprise pour limiter la diffusion de fausses informations en période électorale.

Facebook est empêtrée cette année dans plusieurs affaires. L’entreprise doit d’abord encaisser les répercussions à la chaîne de l’ingérence russe sur sa plateforme dans l’élection présidentielle américaine de 2016, mais aussi le scandale de l’exploitation par la firme Cambridge Analytica de données d’utilisateurs à leur insu à des fins politiques, et une faille de sécurité ayant conduit au piratage de millions de comptes. Plus récemment, une enquête publiée par le New York Times a révélé que Facebook a induit le public en erreur à propos de ce qu’il savait sur l’ingérence russe et a eu recours à une entreprise de relations publiques, Definers, pour discréditer ses concurrents afin de détourner la colère populaire à son égard.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Facebook en opération séduction à New York après une année noire
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch
Pourquoi LGO, la plateforme crypto de Frédéric Montagnon, fusionne avec Voyager
[DECODE Quantum] A la rencontre de Iordanis Kerenidis, Directeur de la R&D de Qc-Ware
Malgré 1,75 milliard de dollars levés, Quibi ferme ses portes au bout de 6 mois