Data RoomStartup

Famicity, le réseau social de la famille

Lancé mi-2009 par par deux jeunes ingénieurs en informatique, Famicity propose dans un premier temps à ses utilisateurs la création d’un arbre généalogique, la trame à partir de laquelle se construit le réseau familial au sens large puisqu’on peut  y inviter des amis proches. En terme de partage de photos, vidéos et de messagerie, on peut y faire tout ce que proposent habituellement les réseaux sociaux.

La principale promesse de Famicity est le respect total de la confidentialité des données et des échanges : pas d’indexation sur les moteurs de recherche, visibilité des infos personnelles aux seules utilisateurs expressément désignés, possibilité de supprimer totalement son compte et bien sûr garantie d’une non-utilisation des données à des fins commerciales. Famicity positionne donc son service en contrepoint radical de Facebook pour ses 60 000 membres.

Le modèle économique de Famicity se doit donc d’être différent. Le site propose à des partenaires commerciaux d’intervenir dans l’espace Chroniques autour de thématiques familiales, banques et assurances, bricolage, aide à domicile… La société va également lancer en premium un service de coffre fort numérique.

Entretien avec Guillaume Languereau, co-fondateur de Famicity

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

3 thoughts on “Famicity, le réseau social de la famille”

  1. l’idée est amusante…et pas inintéressante d’un point de vue marketing…
    Je viens de m’inscrire et de le tester à titre perso, parce qu’après les fêtes on a toujours envie de garder un contact plus serré avec la famille et qu’on a pas envie d’attendre un an pour voir la tête des plus éloignés géographiquement !
    Bien vu, très intuitif, adapté à tous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This