ActualitéBusinessLes levées de fondsStartupTech

FittingBox lève 2,1 millions d’euros

FittingBox, une société lancée en 2006, entend bien grandir. Elle vient d’opérer une nouvelle levée de fonds de 2,1 millions d’euros auprès d’Innovation Capital et de Banexi Ventures. En 2009, elle avait levé 1,5 million d’euros pour développer sa solution web-to-store dédié à aux professionnels de l’optique: marques, grandes enseignes de la distribution et enseignes e-commerce. La société développe depuis 8 ans maintenant un système d’essayage virtuel et de numérisation des lunettes, auprès des principaux fabricants du secteur. Elle produit en ligne des modèles de lunettes en photo HD, des modèles 3D et une vue des lunettes en 360°. Au total, son catalogue comporte de plus de 40 000 modèles de lunettes numérisées. Elle compte aujourd’hui 900 clients, représentant 10 000 magasins dans le monde.

Fittingbox

Les fonds frais récemment récoltés seront principalement orientés sur la commercialisation de la solution SaaS, en France mais aussi à l’international. « Déjà présent dans 26 pays, ces fonds permettront à la société de poursuivre son développement à l’international tout en renforçant sa structure financière, lui permettant de signer plus de contrats sur le long terme avec les grands comptes » précise FittingBox. La start-up toulousaine, dirigée par le jeune Benjamin Hakoun (31 ans, diplômé d’HEC) et Ariel Choukroun (ingénieur Insa, docteur en sciences INP), emploie actuellement une quarantaine de personnes. En 2012, elle revendiquait 2 millions d’euros de chiffre d’affaires dont 50% à l’export, comme il est précisé sur son site officiel

Bouton retour en haut de la page
FittingBox lève 2,1 millions d’euros
Les consommateurs ont-ils davantage confiance dans l’identité numérique ?
Cybersurveillance: l’entreprise française Nexa Technologies mise en examen pour « complicité de torture » en Egypte
[Silicon Carne] Le réel contre-attaque
Qu'est ce qu'un Webinar
Quel format choisir pour rendre votre webinar intéressant ?
Machavia Pichet, sans diplôme et manager chez Blablacar
Comment Big Mamma veut réinventer le paiement au restaurant avec sa startup Sunday?