ActualitéBusinessStartupStartup du jourTech

[FW Radar] Chronocam veut révolutionner la vision artificielle

Lancée en 2014 par Luca Verre, Christoph Posch et Ryad Benosman, Chronocam développe des capteurs de vision artificielle à destination du secteur automobile ou de la robotique.

Plus de détails avec Luca Verre, CEO et cofondateur de Chronocam.

FrenchWeb: A quel besoin répond votre service?

Luca Verre, CEO et cofondateur de Chronocam: Chronocam développe une technologie de vision artificielle unique, inspirée du fonctionnement de l'œil humain. La solution de vision artificielle basée sur une rétine en silicium révolutionne les standards conventionnels en matière de vitesse, de précision des données et de largeur de plage dynamique. Elles peuvent s’appliquer aux besoins d’une multitude d’applications telles que celles des véhicules autonomes, des robots industriels, des dispositifs connectés ainsi qu'à celles des systèmes de sécurité et de surveillance.

Quelle est votre proposition de valeur?

Notre solution challenge les standards acceptés de vision artificielle car, comme l’oeil humain, elle s’intéresse uniquement aux éléments en mouvement dans une scène et non pas au reste de l'image. Elle répond aux problèmes liés aux limites des capteurs de vision conventionnels et permet la détection en temps réel du contexte dynamique pertinent sur le principe d’un traitement d’image événementiel.

Qui sont les utilisateurs de vos solutions?

Nos utilisateurs sont à la recherche de technologies qui vont au delà des performances existantes pour des nouveaux besoins en vision artificielle qui touchent de plus en plus de secteurs. Les partenaires et les clients directs de Chronocam sont les fabricants de véhicules, des acteurs industriels en robotiques, d’objets connectés en tous genres et plus encore.

Quel est votre plan de développement?

Nous développons des solutions qui peuvent révolutionner une multitudes de secteurs, en passant par la voiture autonome avec Renault-Nissan, la robotique industrielle, la sécurité, etc. avec des partenaires qui sont encore confidentiels. Les possibilités sont nombreuses, donc nous adaptons nos produits pour être les plus pertinents possibles selon leurs propres besoins. Notre premier produit devrait être lancé à la fin de l’année. Nous avons des ambitions internationales et visons le marché Américain pour une expansion en 2018.

Quels sont vos enjeux?

Le marché de la vision artificielle est déjà important mais continue sa forte croissance. C’est un marché à fort potentiel et on peut estimer que d’ici 2020 on depassera les 50 milliards de dollars. Chronocam est à la croisée de chemins des enjeux liés à la rapidité de l’évolution des marchés de l’intelligence artificielle, des objets et des véhicules connectés en particuliers. Nous travaillons au développement d’une technologie disruptive qui est parfaitement adaptée aux évolutions technologiques actuelles et qui a besoin d’être testée.

Qui sont vos concurrents?

Nous n’avons pas vraiment de concurrents. Notre technologie est unique. Elle réunit des capteurs de traitement d’image événementiel avec des applications de traitement et du machine learning pour créer une solution unique de vision artificielle qui s’inspire de l'œil humain pour répondre aux besoins d’une multitude d’applications.

[tabs]

[tab title= »Chronocam : les données clés »]

Fondateurs : Luca Verre, Christoph Posch et Ryad Benosman

Date de création : 2014

Levée de fonds : 20 millions de dollars (Intel Capital, Renault-Nissan, 360 Capital Partners, Robert Bosch, CEA Investissement et iBionext)

Siège : Paris

[/tab]

[/tabs]

Lire aussi: Les hauts et les bas du plan France Intelligence Artificielle

Tags

Myriam Roche

Chef de projet éditorial at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This