ActualitéBusinessMarketing & CommunicationStartupStartup du jour

[FW Radar] Pour Jacaré Technologies, la publicité performante en ligne n’est pas un mythe

Créée en 2014 par Arnaud Bingono, Jacaré Technologies propose aux annonceurs, agences médias et régies publicitaires, un logiciel de mesure d'audience. Ils peuvent ainsi connaître l'intérêt suscité par leurs campagnes publicitaires en analysant par exemple le nombre de clics.

Ce logiciel offre aussi la possibilité aux Trading Desks d'acheter et de vendre les espaces publicitaires comme aux enchères. Plus de détails avec Arnaud Bingono, fondateur et CEO de Jacaré Technologies.

FrenchWeb: A quel besoin répond Jacaré Technologies?

Arnaud Bingono, fondateur et CEO: Jacaré Technologies apporte une brique disruptive au marché de l’affichage publicitaire extérieur digital (Digital Out of Home) qui permet désormais d’acheter des espaces publicitaires (impressions) en temps réel, à la performance et aux enchères si besoin est.

Nos compétences dans le domaine de la mesure d’audience et l’analyse de données nous permettent de valoriser des espaces publicitaires instantanément.

Nous répondons aux besoins des annonceurs d’afficher leurs publicités au bon endroit, au bon moment mais surtout au bon prix. De plus l’annonceur ne paye que si sa publicité est jouée.

Nous répondons également aux besoins des régies publicitaires qui souhaitent optimiser le taux de remplissage de leurs espaces, voire supprimer totalement les invendus.

Quelle est votre proposition de valeur?

Nous avons développé «Share As Ad» (prononcer Sherazade) qui est une plateforme Programmatique «Full Stack» dédiée à l’affichage publicitaire extérieur digital. C’est une place de marché (Ad Exchange) qui met en relation de manière automatisée, des agences média (ou des Trading Desks) avec des régies publicitaires qui ont référencé leurs espaces publicitaires sur notre plateforme. 

Nos algorithmes analysent en temps réel les données collectées sur ou à proximité des panneaux publicitaires pour leur attribuer une valeur et ainsi diffuser les bonnes publicités en fonction du budget qui leur était attribué. Nous aurions pu appeler notre plateforme «Adopte un panneau.com» si on peut dire les choses ainsi.

Qui sont les utilisateurs de vos solutions? 

Les utilisateurs de la plateforme proviennent des 2 parties de l’écosystème de l’affichage, à savoir l’annonceur et la régie publicitaire. L’annonceur est souvent représenté par une agence à qui il a confié son budget publicitaire.

Les régies publicitaires et/ou les afficheurs qui possèdent les espaces à vendre, disposent également d’une interface d’utilisation de la plateforme pour y gérer leurs inventaires, gérer des offres mais aussi accéder aux performances des campagnes et des panneaux publicitaires.

L’annonceur veut que sa marque soit présente dans les esprits, mais il souhaite aussi améliorer le taux de transformation des actes d’achats. D’où le besoin d’adresser ses campagnes publicitaires aux bonnes cibles de consommateurs mais au moment opportun et au bon endroit.

La régie publicitaire souhaite vendre ses espaces avec le minimum de perte possible. Pour ça, «Share As Ad» leur apporte une visibilité instantanée auprès des agences grâce à des algorithmes de matching et de recommandation qui leur permet de vendre leurs espaces aux bons prix et au bon moment.

Qui sont vos concurrents?

La concurrence n’est pas du tout rude aujourd’hui. Il y a tellement de choses à faire sur ce marché que nous pourrions très bien créer de la complémentarité avec ceux que l’on appelle la concurrence.

Je pense même que si nous voulons vraiment faire émerger notre modèle, nous avons intérêt à travailler en toute intelligence et main dans la main en apportant un nouveau souffle au modèle traditionnel de la vente d’espaces publicitaires extérieurs.

En revanche, ce qui nous différencie de la concurrence, c’est notre savoir faire en intelligence artificielle, en collecte et analyse des données. Nous avons également une équipe de développeurs expérimentés qui a compris quels étaient les verrous techniques à faire sauter pour rendre notre solution aussi proche de ce qui se fait sur Internet. Notre technologie intègre tout le processus de valorisation, de vente et d’achat des espaces publicitaires en temps réel.

D’ailleurs, celle-ci est disponible en marque blanche pour les entreprises qui souhaiteraient utiliser notre moteur d’intelligence sur leurs propres réseaux d’affichage avec leurs propres réseaux d’agences.

Quel est votre plan de développement?

Bien que la notion de programmatique existe depuis plus de 10 ans sur Internet, ce principe est encore nouveau sur le secteur de l’affichage publicitaire extérieur (Offline). Il convient donc de proposer une alternative sans forcément l’opposer au modèle traditionnel de vente et d’achat actuel sinon le côté disruptif de notre solution risquerait d’engendrer de la résistance et d’être contre-productif.

C’est une technologie qui est dans toutes les bouches depuis un certain temps, mais personne ne se lance réellement alors que nous la rendons désormais disponible. Pourquoi? Il faut se poser les bonnes questions.

Notre plan consiste donc à proposer la plateforme telle qu’elle a été décrite précédemment et de faire évoluer les services au fur et à mesure. Notre coeur de métier, c’est l’analyse de la data. Plus il y aura d’utilisateurs et plus nous pourrons optimiser les services à apporter à nos clients.

Nous avons une vision mondiale et un objectif à l’international. Malheureusement la France ne représente que 1% du marché mondial des dépenses publicitaires d’affichage digital.

Aux USA et en Asie, la part du digital représentera un peu plus de 50% des revenus publicitaires extérieurs d’ici 2018, sur chacun des 2 continents. (Source: eMarketer, Octobre 2015)

Notre objectif est de devenir un des acteurs majeurs de la plateforme programmatique «Digital Out of Home» mais avec une technologie RTB (Real Time Bidding) puisque nous continuerons à performer en terme d’analyse d’audience en temps réel. 

Quels sont vos enjeux?

Nos enjeux sont d'adresser le marché sans créer de crispation dans l’écosystème traditionnel et proposer une nouvelle façon de commercialiser l’affichage digital extérieur (DOOH). 

Nous avons identifié des espaces publicitaires digitaux qui ne demandent qu’à être exploités avec un potentiel compris entre 100.000 écrans en France à quelques millions d’écrans rien qu’en Europe.

Nous lancerons très bientôt des campagnes programmatiques à travers notre plateforme sur des espaces publicitaires DOOH différents. Il s'agit là d'une preuve de concept qui devrait permettre de démontrer le potentiel de notre solution mais surtout, qu'il est désormais possible d'acheter des espaces publicitaires à travers une plateforme qui automatise ce processus commercial. 

Nous amorçons une phase de levée de fonds de 700.000 euros pour développer l’activité commerciale et marketing de l’entreprise.

Sur le plan RH, nous souhaitons recruter la force de vente dont Jacaré Technologies à absolument besoin et consolider notre équipe R&D pour continuer d’améliorer nos algorithmes et répondre aux demandes du marché. 

Fondateur : Arnaud Bingono

Date de création : 28 mars 2014

Levée de fonds : 300 000 euros constitués de love money et quelques généreux donateurs sans vraiment parler de Business Angel

Siège : Orsay

Capital : 37 200 euros

 

Lire aussi: 

Tags

Myriam Roche

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[FW Radar] Pour Jacaré Technologies, la publicité performante en ligne n’est pas un mythe
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
[#NoMatterWhat] Retail: comment s’adapter à la crise pour réussir cette fin d’année?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
Copy link