ActualitéBusinessStartupStartup du jour

[FW Radar] Ween, la plateforme d’IA qui veut rendre les objets autonomes

Ween a été fondée par Jean-Laurent Schaub et Nathanaël Munier (photo de Une) en juillet 2014. L’entreprise développe une plateforme avec pour objectif, d’aider à rendre les objets autonomes.

Plus de détails avec Jean-Laurent Schaub, CEO de Ween.

FrenchWeb: A quel besoin répond votre service?

Jean-Laurent Schaub, CEO de Ween: Avec une moyenne de 30 produits connectés par foyer, ces objets vont envahir nos vies et nous n’aurons ni l’envie ni le temps, et sans doute plus la compétence pour les utiliser à leur juste valeur. Près de 70% des objets connectés de la maison ne sont jamais utilisés par leur propriétaire.

Ainsi, l’ambition de Ween est de créer des objets autonomes, capables de prendre des décisions plus pertinentes et plus régulières que celles que nous prendrions nous-mêmes pour gérer notre confort et notre consommation d’énergie au quotidien.

Quelle est votre proposition de valeur?

Ween souhaite adresser une demande émergente de grands industriels souhaitant intégrer de l’Intelligence Artificielle (IA) dans leurs produits. Afin de répondre à leur demande, Ween développe l’offre «ween.ai» permettant d’implanter, dans des produits tiers, tout ou partie sa technologie:

  • Apprentissage des habitudes,
  • Géolocalisation temps réel,
  • Détection de présence.

Les clients bénéficient ainsi d’une technologie éprouvée, pouvant être rapidement implémentée, ce qui réduit considérablement les investissements R&D (temps et coûts de développement) nécessaires.    

Qui sont les utilisateurs de vos solutions?

Si les industriels «historiques» du secteur détiennent encore 95% du marché de l’équipement de la maison, ils cherchent à se positionner face à l’arrivée des géants du numérique: Google (Nest), Amazon (Echo) ou Apple (HomeKit et HomePod) sur le marché de la maison intelligente.

L’enjeu pour eux est de combler leur retard sur la partie digitale, en allant vite et à moindre risque.

Ils ont donc massivement recours à des prestataires de service bénéficiant d’une expertise approfondie en matière d’Intelligence Artificielle, de Big Data ou de connectivité.

Nos utilisateurs sont ces industriels qui doivent continuer à innover face à l’arrivée des géants du numérique (fournisseurs d’énergie, domoticiens, chauffagistes, équipementiers de la maison, constructeurs automobiles), auxquels viendront s’ajouter les industriels souhaitant bénéficier de notre outil pour développer d’autres usages de la maison autonome (sécurité, loisirs, etc.).

L’équipe Ween

Quel est votre plan de développement?

Le développement de notre thermostat connecté autonome nous a permis d’acquérir une notoriété importante auprès des industriels qui y voient une réelle valeur ajoutée pour leur équipements connectés. Notre solution d’Intelligence Artificielle embarquée peut aujourd’hui, au-delà du thermostat, s’intégrer aux objets connectés de l’ensemble des lieux de vie comme la maison, le bureau, la chambre d’hôtel et la voiture.

Avec notre technologie, nous sommes en mesure de reproduire ce que nous avons développé dans le thermostat dans ces 4 lieux de vie qui présentent de fortes similarités dans la façon dont ils doivent nous accueillir, agir, à la suite de notre départ, se gérer pendant nos absences ou réagir en cas d’imprévu. Nous sommes aussi en mesure d’agir sur la consommation d’énergie et d’offrir une expérience unique de confort et de sécurité aux occupants de ces lieux de vie.

Pour ce faire, nous mettons d’ores et déjà en place des partenariats de co-développement avec des industriels dans chacun de ces 4 univers.

La commercialisation de notre technologie auprès de ces grands acteurs à terme permettra un rapide déploiement de notre technologie à l’international.

Quels sont vos enjeux?

Ces marchés (liés à la maison, le bureau, la chambre d’hôtel et la voiture, tout univers confondu) pourraient représenter 1 240 milliard de dollars dans le monde d’ici 2025 dont 350 milliards de dollars pour le «Smart Home», 740 milliards de dollars pour la voiture connectée, et 150 milliards de dollars pour les immeubles de bureau.

Compte tenu de l’expérience de la société, le premier segment visé est celui de la gestion de l’énergie dans la maison, soit un marché de plus 4 milliards de dollars en 2020 pour l’Europe et de l’ordre de 12 milliards de dollars dans le monde. Toutefois, la mise en place de notre plateforme d’Intelligence as a Service (IAAS) et la standardisation de notre technologie nous permettront d’adresser rapidement de nombreux autres applicatifs.

Qui sont vos concurrents?

Nous identifions 3 types de concurrents pour le développement de notre outil:

  • SSII: ces entreprises ne sont pas positionnées sur des solutions de rupture technologique et ne bénéficient pas de notre expérience d’intégration.
  • Les services R&D: les équipes internes de nos clients manquent de compétence en IA.
  • Start-up IA: ces start-up n’ont pas l’expérience «Hardware» pour proposer un produit fiable.

 

Les données clés:

  • Fondateurs : Jean-Laurent Schaub et Nathanaël Munier
  • Date de création : juillet 2014
  • Levées de fonds : oui, 42 000 euros en

    crowdfounding sur KissKissBankBank, puis 2 millions d’euros.

  • Siège : Paris

 

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle (IA)? Qu’est-ce que cela signifie pour les entreprises ? Et comment votre entreprise peut-elle en profiter ? Pour en savoir plus, inscrivez-vous au séminaire AI : Future of Business

Tags

Myriam Roche

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[FW Radar] Ween, la plateforme d’IA qui veut rendre les objets autonomes
UE: Thierry Breton l’affirme, la supervision des Gafa sera du ressort de chaque État membre
Royaume-Uni: Nokia signe son premier contrat 5G depuis l’exclusion de Huawei
eSport : PandaScore lève 5 millions d’euros auprès de la FDJ, Serena et Alven
S’adapter: le maître-mot des artisans et des boutiques depuis le confinement
Cryptoactif: Bitpanda lève 52 millions de dollars auprès du fonds de Peter Thiel 
Comment Cafeyn profite de la crise pour se renforcer