ActualitéHealthcare

[FWDAY ESANTÉ] Le Q&A spécial esanté de Ronan le Quéré, directeur général d’Interaction Healthcare

Avec plus de 15 ans d’expérience à des postes de management en agence digitale, Ronan Le Quéré rejoint l’Agence digitale spécialisée en santé Interaction Healthcare en 2011, initialement en charge de la supervision de la conception des projets, puis au poste de Directeur Général depuis 2013.
Doté d’une forte culture médicale (environnement familial composé de médecins, expériences personnelles au contact de patients chroniques), Ronan suit avec un intérêt majeur les opportunités que peuvent apporter les nouvelles technologies au service des patients, et plus largement à tous les acteurs de santé.

Il interviendra lors du FWDay Esanté le 12 avril. En attendant sa conférence, il a bien voulu répondre au Q&A spécial e-santé de FrenchWeb:

Vos projets e-santé?

Au-delà des projets que nous réalisons pour le compte de nos clients, nous travaillons sur des projets au service des professionnels de santé et des patients.
Ainsi depuis près de 5 ans, nous développons une plateforme de conception et diffusion de cas cliniques virtuels, MedicActiV : elle permet aux professionnels de santé de créer leurs propres cas cliniques en 3D, sans aucune compétence ni graphique ni technique, pour partager auprès de leurs pairs les cas patients qu’ils adressent au quotidien ou des cas « d’exception » et ainsi partager et diffuser leurs connaissances.
Avec la démocratisation des nouvelles technologies et notamment de la Réalité Virtuelle, nous créons désormais, avec notre département SimforHealth, des cas cliniques diffusés dans des casques VR qui permettent d’assurer la formation des médecins, des IDE et tous les professionnels de santé, en compléments des autres dispositifs existants (mannequins, patients standardisés, etc.).
Parallèlement, nous travaillons sur des projets de R&D, dans le cadre de consortium réunissant des laboratoires de recherche tels que des unités INSERM, des centres de soins tels que le service de rééducation de l’Hôpital Cochin et d’autres partenaires industriels, pour concevoir de nouveaux dispositifs de prise en charge et de rééducation des patients.
Nous travaillons ainsi sur des plateformes d’auto-rééducation à domicile, supervisée par des thérapeutes pour les patients lombalgiques chroniques ou encore dans le cadre de la rééducation neuro-motrice du membre supérieur parétique pour les patients ayant subi un AVC.
Ces projets reposent sur les nouvelles technologies, couplées à l’exergamification, à savoir la diffusion d’exercices thérapeutiques dans des interfaces ludifiées, pour assurer l’engagement et la motivation des patients à adhérer au traitement.
Vous pouvez découvrir le concept du projet Hodorev, pour lequel le consortium bénéficie d’une subvention européenne via le Fonds FEDER de la Région Ile de France.

Vos craintes et espoirs en matière de e-santé?

Aujourd’hui, malgré une véritable légitimité dans le domaine de la Santé avec le meilleur système de santé au monde, des entreprises technologiques à la pointe, un accompagnement fort à l’innovation que ce soit par le biais des Pôle de Compétitivité tels que Cap Digital ou Medicen, les SATT, la BPI et tous les acteurs qui favorisent l’innovation en France, nous prenons un retard considérable en matière de déploiement de solutions de e-santé pour accompagner les patients.
Les pouvoirs publics ne mesurent pas suffisamment les opportunités apportées par les nouvelles technologies pour favoriser la prévention, que celle-ci soit primaire ou secondaire et favoriser l’autonomie des patients dans leur prise en charge. La temporalité des start-up n’est pas en phase avec les obligations légales, ni avec les besoins de financement auxquels elles font face et nous perdons un temps considérable sur un marché international hyper concurrentiel sur ces thématiques e-santé. Il suffit de lire vos articles pour identifier de nouvelles initiatives quasi quotidiennes des gros acteurs américains, souvent les GAFAM, sur ce marché. Rares sont les acteurs français à disposer d’une envergure et d’une notoriété internationale.
Parallèlement, nombre de ces acteurs américains font progresser la e-santé et apporte de nouvelles solutions pour faire avancer la recherche, accompagner le diagnostic et favorisent l’émergence de nouvelles solutions. L’exemple de IBM Watson, de Apple Research Kit ou encore de Google Cloud Healthcare sont des exemples concrets des innovations technologiques qui servent l’intérêt des patients. Ainsi, on perçoit dès à présent les bénéfices qu’apportent les solutions e-santé dans la prescription des traitements les plus appropriés au patient, la réduction des effets secondaires que cela peut apporter, l’amélioration de l’éducation thérapeutique de ceux-ci et par extension l’amélioration de l’observance.

Les grandes tendances e-santé à suivre absolument?

Sans conteste les digital therapeutics ! Dans la lignée de la prescription d’activité physique entrée en vigueur depuis mars 2017, les thérapies par les nouvelles technologies complètent les solutions thérapeutiques médicamenteuses.
On perçoit déjà les avantages que peuvent apporter les solutions de réalité virtuelle dans la prise en charge de la douleur, ou dans le traitement des phobies ou encore pour gérer les syndromes post-traumatiques des soldats de retour de terrains de guerre.
De plus en plus de start-up se développent aussi en concevant des solutions digitales et/ou des objets connectés de santé qui accompagnent le patient au quotidien dans sa prise en charge. Après les premières applications très orientées wellness, on assiste depuis peu à l’explosion de solutions de santé dédiées à des patients chroniques.
Des acteurs comme Kap Code ou Lucine sont des exemples concrets d’acteurs proposant des solutions à destination de ces patients.

Votre start-up e-santé préférée ?

J’apprécie tout particulièrement Kap Code qui conçoit et développe de nombreux projets à destination de tous les acteurs de santé. Que ce soit « DETEC’T' » qui identifie les tendances épidémiologiques sur base des discussions sur les réseaux sociaux, CONNECT’inh, le « Waze » des patients asthmatiques qui proposent d’analyser les prises de traitements de fond et d’urgence pour identifier les pics de pollution ou pollinisation et ainsi prévenir les membres de la communauté, ou encore WAS’M qui analyse la prise de traitement de ces mêmes patients asthmatiques via la reconnaissance d’image pour assurer des recommandations de bon usage !
L’équipe Kap Code est géniale, ils regorgent d’idées et de nombreux projets à mettre en oeuvre, et pour couronner le tout ils sont sympa et ont su rester humbles !

L’appli e-santé que vous utilisez au quotidien?

Apple Health. Cette réponse démontre l’avantage concurrentiel dont disposent les GAFAM en intégrant leur solution dans leur device, sans compter l’interopérabilité que propose cette application avec des applications tierces toujours plus nombreuses et souvent ultra-spécialisées sur une thématique en particulier. Émerger dans un univers ultra-concurrentiel d’applications santé, dont nombre ne sont pas connus du grand public, reste très complexe. L’intérêt de Apple Health est justement d’agréger les données issues de toutes vos applications tierces pour bénéficier d’une vie d’ensemble de votre état de santé…

 

 

Vous désirez en savoir plus sur l’esanté ?
FrenchWeb organise son FrenchWeb Day Esanté le 12 avril

Tags

Elen Bollache

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This