AcquisitionActualitéTech

Gameloft dit non à l’OPA de Vivendi

Le conseil d'administration de l'éditeur de jeux Gameloft rejette officiellement l'offre publique d'achat du groupe Vivendi qui a été déposée le 18 février 2016 auprès de l'AMF (l'Autorité des marchés financiers). Cette décision aurait été prise à l'unanimité des membres, fait-on savoir.

Plus dans le détail, l'entreprise de Michel Guillemot estime dans un communiqué que «depuis la vente il y a plus d'un an de son activité jeux, Vivendi, dont le chiffre d'affaires est en très grande majorité généré par la télévision payante avec Canal+ et par la musique avec Universal Music, n'a plus aucune activité susceptible d'apporter des synergies à Gameloft». Le conseil d'administration pointe également «l'insuffisance des termes financiers de l'offre» ou encore des aspects liés au ressources humaines comme «la déstabilisation des équipes de Gameloft résultant de cette offre hostile».

256 millions d'euros de CA en 2015

Pour rappel, Vivendi avait annoncé mi-février qu'il avait déposé une OPA sur Gameloft pour un prix de 6 euros par action. Le groupe de Vincent Bolloré indiquait par la même occasion détenir 30% du capital. Par ailleurs, un peu plus tôt, en janvier, Vivendi avait cédé l'intégralité des parts qu'il détenait dans Activision Blizzard.

Fondée en 1999, la société Gameloft, qui est cotée en Bourse, compte plus de 6 000 employés et revendique 147 millions de joueurs uniques chaque mois avec ses différents jeux numériques et une distribution dans une centaine de pays. En 2015, l'entreprise a généré un chiffre d'affaires de 256 millions d'euros.

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Gameloft dit non à l’OPA de Vivendi
Jeux mobiles: la licorne Scopely lève 340 millions de dollars auprès de Wellington Management
Moratoire sur la 5G: Cédric O défend une «technologie indispensable» face à la maire EELV de Strasbourg
Grâce au cloud, Microsoft surpasse les attentes du marché
Quels enjeux pour Twitter, Facebook et Google face au Sénat américain?
Accenture s’apprête à acquérir le cabinet OpusLine pour se renforcer dans la santé
HR Tech: les annonces qu’il ne fallait pas manquer depuis juin