ActualitéBusinessTech

Google: après des mois de vives tensions en interne, des salariés créent un syndicat

AFP

Après une fin d’année 2020 noire où Google a fait face à une offensive judiciaire tous azimuts des autorités américaines pour abus de position dominante, le géant de l’Internet a démarré 2021 sous de mauvais auspices avec l’ouverture d’un front social, conséquence de mois de vives tensions en interne. Des salariés de Google ont annoncé lundi la création d’un syndicat, après des divergences avec leurs dirigeants qui se sont cristallisées autour du licenciement, en décembre, d’une chercheuse noire travaillant sur les questions d’éthique liées à l’intelligence artificielle.

Cette décision symbolise l’activisme des salariés de la Silicon Valley contre leurs firmes, dont le poids dans la vie quotidienne a considérablement augmenté avec les restrictions dues à la pandémie de coronavirus. Le syndicat, qui sera un des tout premiers au sein d’un fleuron de la tech, ne s’occupera pas que des questions salariales et conditions de travail mais aussi du rôle plus large de la technologie en société. « Nous espérons créer un processus démocratique pour les salariés afin qu’ils puissent y exercer leur pouvoir, promouvoir la justice sociale, économique et environnementale; et mettre fin aux disparités injustes entre les TVCs (intérimaires, vendeurs et contractuels) et FTEs (salariés à temps plein) », expliquent les fondateurs.

Un «retour de bâton contre les grandes firmes technologiques»?

Dans une tribune publiée dans le New York Times, Parul Koul et Chewy Shaw, deux des fondateurs, assurent que les questions éthiques, et notamment l’utilisation de l’intelligence artificielle, seront à leur agenda. « La devise de l’entreprise était ‘Ne pas être l’artisan du Mal’ », écrivent-ils. « Nous voulons suivre cette devise ». « Il y a un retour de bâton contre les grandes firmes technologiques alors qu’elles accumulent d’importantes richesses », analyse Darrell West, expert à la Brookings Institution, qui voit avec le nouveau syndicat la volonté des salariés du secteur d’«avoir leur mot à dire sur ce qui se passe et le fait qu’ils veulent voir davantage de responsabilité sociale» de la part de leurs sociétés.

La Silicon Valley était parvenue à éviter la création de syndicats en offrant de généreuses rémunérations mais est confrontée depuis peu à un activisme des salariés revigorés par l’éclosion des mouvements réclamant plus de justice sociale et raciale, comme Black Lives Matter, et ceux dénonçant les discriminations et le harcèlement sexuel, comme #MeToo. Chez Amazon, des salariés essaient d’attirer l’attention sur les conditions de travail et la sécurité des employés des entrepôts, en première ligne malgré la crise sanitaire. « Bien évidemment que nos employés ont des droits que nous soutenons. Mais comme nous l’avons toujours fait; nous continuerons à discuter directement avec tous nos salariés », a réagi Kara Silverstein, une dirigeante de Google dans un courriel à l’AFP.

Outre Google, les salariés d’Alphabet, qui chapeaute plusieurs entités dont YouTube, Waymo (voitures autonomes), Verily, Fitbit et Wing et emploie plus de 130 000 personnes à travers le monde, peuvent rejoindre le syndicat. La formation de cette organisation intervient après plusieurs mois de tensions internes.

Pression sur le syndicat 

En 2018, des salariés de Google avaient signé une pétition demandant à leur PDG Sundar Pichai de mettre fin à la participation du groupe au programme de recherche du Pentagone baptisé Maven. La même année, des employés avaient protesté contre l’octroi de grosses indemnisations de départ à des dirigeants accusés de harcèlement sexuel, dont 90 millions de dollars au patron d’Android, Andy Rubin. Plus récemment, c’est le licenciement en décembre 2020 de Timnit Gebru, qui a participé à la détérioration du climat en interne. « Ce licenciement a suscité l’indignation chez beaucoup d’entre nous, notamment chez les Noirs et les Hispaniques, qui sont bouleversés par les actions de l’entreprise et n’ont pas d’assurance sur leur avenir chez Google », dénoncent encore les fondateurs du syndicat.

Environ 226 salariés ont déjà fait part de leur intention de rejoindre le syndicat, selon les fondateurs, mais le chemin est encore long pour devenir un partenaire social ayant le droit de négocier des accords salariaux. Le nouveau syndicat doit en effet obtenir l’organisation d’un vote par les autorités. Pour y parvenir, il faut déjà que 30% des salariés éligibles indiquent qu’ils sont intéressés par une telle initiative, ce qui est loin d’être garanti.

Outre le coût de cette procédure, les entreprises, à l’instar des groupes automobiles dans le sud du pays, ont en effet souvent recours à de grands cabinets d’avocats pour torpiller de telles tentatives. « Cela met beaucoup de pression sur les fondateurs, qui courent le risque d’être licenciés ou d’être l’objet de harcèlement », prévient Art Wheaton, professeur des questions sociales à l’université Cornell, ajoutant néanmoins que cette première chez Google va être observée de près car elle pourrait faire tâche d’huile en cas de succès.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Google: après des mois de vives tensions en interne, des salariés créent un syndicat
Venmo
États-Unis: la très populaire application Venmo (PayPal) se lance dans les cryptomonnaies
Les géants du luxe LVMH, Prada Group et Cartier s’allient pour créer leur plateforme blockchain
D’Alibaba à Huawei, la Tech chinoise se bouscule sur le marché florissant de la voiture électrique
Quels outils pour faciliter le travail des développeurs?
Trottinettes électriques: la startup franco-néerlandaise Dott lève 70 millions d’euros auprès de Sofina
Covid-19: le passe sanitaire français pourrait préfigurer le dispositif européen