ActualitéRetail & eCommerceRussie

Groupon rachète ses clones russes et japonais

Créée à Chicago, Groupon est une des startups américaines les plus en vue depuis sa levée de 135 M$ en avril dernier auprès notamment du fonds russe Digital Sky Technologies (DST), déjà actionnaire de Facebook.

Sa spécialité : les achats groupés dans une dimension de proximité.

Groupon pratique un modèle de développement international assez original en rachetant ses principaux clones à l’étranger. Il y a quelques mois, la société s’offrait l’européen Citydeal et passait par la même occasion d’une présence aux Etats-Unis et au Canada à 18 pays. Groupon s’ouvre cette fois les portes des marchés russes et japonais avec les rachats aux montants non révélés de Qpod.jp et Darberry.ru.

Le modèle : Groupon propose un deal par jour, produit ou service, à proximité. Si le nombre minimum d’acheteurs potentiels est atteint, le deal est conclu. Dans le cas contraire, il est annulé. La société prend une commission sur chaque vente.

Aujourd’hui, un nouveau clone  se lance à Portland, CauseOn. Particularité, chaque acheteur reverse 20% du montant de ses achats à la cause de son choix.

L’un des concurrents-clones français de Groupon, Dealissime, spécialiste de la clientèle féminine haut de gamme a levé cet été 600.000 euros de fonds auprès d’investisseurs comme Oleg Tscheltzoff (Fotolia), Simon Istolainen (My Major Compagny) et Jonathan Benassaya (Deezer).

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Aujourd’hui, un nouveau clone se lance à Portland, CauseOn. Particularité, chaque acheteur reverse 20% du montant de ses achats à la cause de son choix.

Bouton retour en haut de la page
Groupon rachète ses clones russes et japonais
Comment les logiciels révolutionnent l’industrie automobile
IBM France: tentative d’invasion numérique par des salariés en « télégrève »
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance