ActualitéRetail & eCommerceRussie

Groupon rachète ses clones russes et japonais

Créée à Chicago, Groupon est une des startups américaines les plus en vue depuis sa levée de 135 M$ en avril dernier auprès notamment du fonds russe Digital Sky Technologies (DST), déjà actionnaire de Facebook.

Sa spécialité : les achats groupés dans une dimension de proximité.

Groupon pratique un modèle de développement international assez original en rachetant ses principaux clones à l’étranger. Il y a quelques mois, la société s’offrait l’européen Citydeal et passait par la même occasion d’une présence aux Etats-Unis et au Canada à 18 pays. Groupon s’ouvre cette fois les portes des marchés russes et japonais avec les rachats aux montants non révélés de Qpod.jp et Darberry.ru.

Le modèle : Groupon propose un deal par jour, produit ou service, à proximité. Si le nombre minimum d’acheteurs potentiels est atteint, le deal est conclu. Dans le cas contraire, il est annulé. La société prend une commission sur chaque vente.

Aujourd’hui, un nouveau clone  se lance à Portland, CauseOn. Particularité, chaque acheteur reverse 20% du montant de ses achats à la cause de son choix.

L’un des concurrents-clones français de Groupon, Dealissime, spécialiste de la clientèle féminine haut de gamme a levé cet été 600.000 euros de fonds auprès d’investisseurs comme Oleg Tscheltzoff (Fotolia), Simon Istolainen (My Major Compagny) et Jonathan Benassaya (Deezer).

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Aujourd’hui, un nouveau clone se lance à Portland, CauseOn. Particularité, chaque acheteur reverse 20% du montant de ses achats à la cause de son choix.

Groupon rachète ses clones russes et japonais
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Malgré son éviction par Apple et Google, Fortnite génère toujours plus de revenus
[DECODE Brésil] La FinTech et l’e-commerce défient la pandémie en Amérique latine
Gate Watcher : « Chaque pays européen souhaite avoir son industrie de la cybersécurité »
Comment Welcome at Work! a vu les besoins en animation des bureaux changer avec la crise
Gleamer
MedTech: Gleamer boucle un tour de table de 7,5 millions d’euros mené par XAnge
Copy link