ActualitéAsieLes levées de fondsMarketing & Communication

Guide de restaurants : l’Indien Zomato lève 60 millions de dollars

Le site de recommandation et de découverte de restaurants Zomato a levé 60 millions de dollars (47,9 millions d’euros) auprès de Vy Capital et de ses investisseurs historiques Sequoia Capital et Info Edge, portant sa valorisation à 660 millions de dollars selon The Economic Times. Ce nouveau tour de table porte à 113 millions de dollars les montants levés par l’entreprise depuis sa création.

La société souhaite utiliser ce nouvel investissement pour se renforcer à l’international et poursuivre le développement de sa plate-forme. En août, la start-up indienne s’était déjà renforcée en Europe en rachetant Lunchtime.cz, un site tchèque, et la plate-forme slovaque Obedovat.sk pour 3,25 millions de dollars.

Réseau social

Fondée en juillet 2008 à New Delhi, Zomato permet non seulement de trouver des restaurants, mais également de connaître les informations détaillées, comme les cartes des menus qui sont scannées par les utilisateurs. Pour se différencier de Yelp ou de Trip Advisor, qui eux aussi rassemblent des évaluations clients, le site fonctionne comme un réseau social où il est possible de s’abonner à d’autres membres.

Aujourd’hui, l’entreprise revendique couvrir 121 villes dans une quinzaine de pays et employer plus de 750 personnes dans le monde. Plus de 290 000 restaurants seraient listés sur Zomato.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Guide de restaurants : l’Indien Zomato lève 60 millions de dollars
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link