ActualitéBusinessDistributionLes ExpertsTech

[Ils l’ont dit] Blockchain, e-commerce, Gameloft…: le meilleur de la semaine

FrenchWeb a sélectionné les phrases clés de la semaine. La transformation digitale, l'OPA de Vivendi sur Gameloft ou encore les points essentiels d'une campagne PPC, retour sur ces phrases présentes dans nos tribunes.

 

[tabs]

[tab title= »Bertrand Duperrin, expert FrenchWeb »]

La transformation digitale est donc davantage le processus qui mène au changement que le changement lui-même

bertrand-duperrinLa transformation digitale est un changement comme un autre et, en tant que tel, obéit à certaines règles dont on ne peut s’affranchir. Un peu comme la gravité. Aussi évident que cela puisse sembler il est toujours bon de le rappeler tant c’est un domaine dans lequel les entreprises ont tôt fait d’oublier le bon sens, croyait à tort que la technologie va tout régler et le changement dans l’entreprise s’opérer comme par magie vu qu’il s’est produit naturellement à l’extérieur. Sauf que pour l’essentiel la technologie n’est pas levier du changement ni son objectif. C’est son utilisation qui est l’objectif et les leviers du changement principalement humains.

Mais il est tout de même un point où la transformation digitale tend à différer de  ce qu’on connaît. Habituellement, une fois l’objectif et la direction connus, il n'«y a qu’à»  construire un plan de conduite du changement. Etude d’impact, roadmaps individuelles et collectives, sensibilisation, formation, création d’une dynamique etc. L’objectif est de «faire atterrir» le changement, l’ancrer à la la fois dans la têtes et dans les actions quotidiennes. C’est ce qu’on peut, justement, appeler l’ancrage et qui est le but ultime de tout dispositif de changement.

Lire la suite…

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= »Frédéric Ichay, avocat associé Pinsent Masons »]

Il est probable que ceci ne soit qu'un tremplin vers un objectif bien plus important : Ubisoft

frederic-ichayDans le duel Vivendi-Gameloft, le marché glorifie la loi du plus fort. Grâce à sa dernière offre du 27 mai et à l'issue d'une bataille boursière ayant débuté en février, Vivendi a gagné le soutien de la majorité des actionnaires de Gameloft dans le cadre d'une offre de rachat hostile. Cela a donné à Vivendi le poids nécessaire pour progresser dans son acquisition.

En effet, un cheval de Troie s'est révélé et a fait pencher la balance : Amber Capital, l'un des groupes d'actionnaires les plus importants – et les plus récents – de Gameloft a offert son soutien à la société Vivendi. Cette dernière possède dorénavant 61,71% du capital de l'entreprise et 55,61% de ses droits de vote, devenant ainsi son principal actionnaire. Avec une majorité chèrement acquise, Vincent Bolloré a gagné son bras de fer et le changement attendu à la direction de Gameloft ne s'est pas fait attendre : Michel Guillemot, fondateur et PDG de la société, a annoncé, dans une lettre adressée à ses employés, son départ prenant effet dès la prochaine assemblée des actionnaires le 29 juin.

Lire la suite…

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= »David Teruzzi, consultant Blockchain »]

La philosophie de la blockchain est bien celle du traçage

David TeruzziSi la production des données numériques dans le monde a le vent en poupe, 90% de ces données ont été produites dans les deux dernières années, Facebook y est bien pour quelque chose. Le plus grand réseau social en ligne a récolté 300 petabytes de données personnelles depuis son commencement, cent fois la quantité que la Bibliothèque du Congrès a pu collecter en deux siècles !

Dans l’ère du big data, les données sont avidement rassemblées et analysées : les entreprises et les organisations les utilisent pour personnaliser des services, optimiser les processus de prise de décisions, prévoir des tendances futures et plus encore. Aujourd’hui, les données sont un actif de valeur de l’économie mondiale.

Lire la suite…

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= »Adrien Lemaire, chef de projet marketing France chez Twenga Solutions »]

adrien-lemaire-twenga-solutionsSelon eMarketer, la part des dépenses liées à la publicité en ligne était de 29,9 % en 2015 et devrait passer à 39,3 % d’ici 2019, ce qui rend le marché extrêmement compétitif. Optimiser les campagnes PPC (paiement par clic) doit donc être l’une des priorités pour les sites marchands cette année.

Google Shopping et AdWords vous permettent de définir des enchères au niveau du produit ou du mot clé. Toutefois, peu d’annonceurs savent comment tirer parti de cette fonctionnalité. Il est particulièrement important que les sites marchands segmentent leurs campagnes Google Shopping aussi précisément que possible, d’autant plus que leur inventaire est parfois saisonnier et que les articles ne présentent pas tous la même valeur en termes d’enchères.

Lorsque vous analysez les performances de vos campagnes, la tentation est parfois grande de se focaliser sur les raisons pour lesquelles vous ne vendez pas de produits. Toutefois, il est également important d’examiner dans quelles conditions vos campagnes sont les plus performantes. En adoptant cette approche, vous pouvez notamment découvrir que les ventes sont influencées par des facteurs environnementaux tels que l’heure, l’appareil de l’utilisateur ou le climat. Vous pourrez ensuite adapter votre stratégie d’enchères en conséquence. 

Lire la suite…

[/tab]

[/tabs]

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This