AcquisitionActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsStartupTech

[Ils l’ont fait] Mattermark, Alibaba, Altice et Sigfox…: les entreprises de la semaine

FrenchWeb a sélectionné 6 entreprises qui ont rythmé la semaine.

[tabs] [tab title= « Levée de fonds »]

Mattermark lève 7,3 millions de dollars pour devenir un géant de la donnée B2B

Golden Gate Bridge, San Francisco, USAMattermark, une start-up américaine qui édite une solution à destination des commerciaux, vient de lever 7,3 millions de dollars (environ 6,4 millions d'euros) auprès de Foundry Group, Jon Hallett et de ses investisseurs historiques. Cette nouvelle opération porte à 18,4 millions de dollars les montants réunis par l'entreprise depuis sa création, et à 42 millions de dollars sa valorisation.

Fondée en 2013, Mattermark développe une plateforme qui collecte et analyse des données sur les entreprises auprès d'une multitude de sources afin de les structurer. Celles-ci sont ensuite consultables et exploitables par d'autres professionnels. Comme l'explique la société sur son site Internet, il peut s'agir de se tenir informé d'un important contrat sur un marché, de rechercher des entreprises selon leurs profils, ou même des prospects. Une solution qui s'adresse non seulement aux services commerciaux, mais également aux investisseurs par exemple.

Lire l'article original

[/tab] [/tabs]

[tabs] [tab title= « Volume de transaction »]

Alibaba atteint les 476 milliards de dollars de volume de transactions

alibabaAlibaba vient d'annoncer avoir franchi les 3 trilliards de yuans (environ 476 milliards de dollars) de volume de transaction (GMV, gross merchandise volume) sur son exercice fiscal qui se terminera à la fin du mois de mars 2016, soit dans une dizaine de jours. Pour rappel, le géant chinois de l'e-commerce affichait un GMV de 2,44 trilliards il y a un an, ce qui représente une hausse de 22,9%.

Mais surtout, le géant chinois de l'e-commerce précise qu'il s'agit d'un triplement depuis 2012, époque à laquelle le cap du 1 trilliard avait été atteint. «La croissance n'a pas de sens si elle n'est pas soutenable. Ainsi, nous avons tourné notre attention sur la croissance de la qualité et l'élargissement de la consommation intérieure», a déclaré Joe Tsai, le vice-président exécutif d'Alibaba, dans un billet.

Lire l'article original

[/tab] [/tabs]

[tabs] [tab title= « Investissement »]

TF1 s’offre Bonzaï Digital pour se renforcer dans le marketing à la performance

Wall of old TV screensTF1 se renforce dans le numérique. Le groupe audiovisuel français vient de prendre une prise de participation majoritaire dans Bonzaï Digital, une entreprise française spécialisée dans le marketing digital. L'opération, dont le montant reste inconnu, a été réalisée via la filiale e-TF1 (plus de 83 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014).

Fondée en 2009 par Etienne Nael et David Sitbon, Bonzaï Digital développe des offres de marketing digital à la performance. Sur son site Internet, la société propose un ad network pour diffuser des campagnes publicitaires ou encore BonzaïMetrics, une plateforme de gestion des rémunérations, de tracking et de reporting.

Lire l'article original 

[/tab] [/tabs]

[tabs] [tab title= « Lancement »]

Google sur le point de lancer un Periscope-killer?

YoutubeLe service de diffusion de vidéos en direct Periscope pourrait avoir un nouveau concurrent de taille. Google travaillerait en effet au développement de sa propre application de live streaming qui reposerait sur sa filiale YouTube, selon VentureBeat.

Disponible à la fois sur iOS et Android, ce nouveau service permettrait aux internautes de diffuser un flux vidéo en direct à partir d'un smartphone. Les contenus seraient visionnables par les internautes depuis l'application ou sur YouTube. Selon le site d'information américain, plusieurs fonctionnalités seraient envisagées comme un flux d'informations ou la possibilité d'ajouter des «tags».

Lire l'article original

[/tab] [/tabs]

[tabs] [tab title= « Partenariat »]

Altice signe avec Sigfox pour bâtir un nouvel empire dans l’IoT

Patrick-DrahiAltice, maison-mère de l'opérateur SFR, et Sigfox, fournisseur de réseaux bas débits, ont annoncé avoir signé un partenariat qui doit permettre au groupe de télécommunications de se déployer dans les objets connectés. A terme, les clients du groupe Altice et des filiales en France et à l'étranger, se verront proposer de nouvelles offres entièrement dédiées à l'Internet des objets.

Pour son opérateur SFR, l'objectif sera ainsi de créér de nouvelles offres basées sur la convergence des réseaux (4G, Internet, et désormais IoT). «Nous sommes convaincus que le marché de l’Internet des Objets est une opportunité à saisir dès aujourd’hui, avec une vision mondiale », explique Michel Combes, Directeur des opérations d’Altice et Président-directeur général de SFR dans un communiqué commun. Derrière, ce sont aussi de nouveaux usages liés au «machine-to-machine», – lorsque les objets communiquent entre eux, qui devront remplir les attentes des clients.

Lire l'article original

[/tab] [/tabs]

[tabs] [tab title= « L’offensive »]

G7, Taxis Bleus, Alpha et les sociétés de taxis lancent un nouvelle offensive contre Uber

taxis-parisL'affaire du taxi lillois dédommagé par Uber France est-elle le signe d'un retournement juridique face à Uber? Les sociétés G7, les Taxis Bleus, Alpha Taxis et un groupement de 3 500 chauffeurs ont assigné vendredi 18 mars, lors d'une audience en référé, Uber France. A l'issue de cette procédure d'urgence, les compagnies de taxis espèrent faire prononcer de nouvelles interdictions pour «concurrence déloyale», indiquent Les Echos. Face au juge, elles ont pointé des « faits et comportements illicites et constitutifs de concurrence déloyale », précise le quotidien. 

Alors que le Conseil d'État a donné raison à Uber début mars sur son outil de géolocalisation, les sociétés de taxi ont choisi de nouveaux angles d'attaques. Elles s'appuient sur le statut de taxi, le transport public collectif et la loi Loti de 1982 et la loi Thévenoud de 2014 qui devait délimiter le statut de VTC. Pour prouver l'illégalité, les sociétés de taxis ont d'ailleurs recruté des enquêteurs privés afin de relever les manquements à la loi. D'après ces enquêtes, les chauffeurs Uber n'auraient pas tous la vignette réglementaire, ou ne respecteraient pas le transport minimum de deux personnes imposé par la Loi Loti.

Lire l'article original

[/tab] [/tabs]

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags
atelier-platform

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This