ActualitéData RoomMarketing & Communication

[Innovation Napoléon] L’e-réputation au menu de la première session 2012

Mercredi 11 janvier  à partir de 19h30, l’e-réputation sera au coeur de la première édition 2012 du cycle de conférences Innovation au Napoléon dans l’hôtel parisien du même nom.

Rumeurs malveillantes, images de marque malmenées par des commentaires clients, faits divers ou images volées et relayées… Les champs de l’e-réputation sont nombreux et concernent aussi bien les entreprises que leurs dirigeants et employés. Compte tenu de ces nouveaux enjeux, Innovation au  Napoléon consacrera cette session à décortiquer toutes les problématiques liées à l’e-réputation.

Faut-il surveiller son e-réputation ? Quels en sont les enjeux juridiques ? Comment travaillent les professionnels de l’e-réputation ? Avec quels outils, quels moyens, quelles limites ? Ce seront les principaux thèmes abordés lors de ce rendez-vous.

Plusieurs speakers animeront les débats. Parmi eux :

  • Anthony Babkine, Mounira Hamdi, Nabila Moumen, auteurs de l’ouvrage « Bien gérer sa réputation sur Internet – E-réputation personnelle : mode d’emploi », récemment interviewés sur FrenchWeb.
  • Joël Heslaut, avocat au barreau de Paris depuis 1993
  • Alexandre Villeneuve, coauteur du livre « E-réputation. Stratégies d’influence sur Internet »
  • Et enfin, Alberic Guigou, co-fondateur et responsable marketing de Reputation Squad.

Réservez vos places sur le site officiel et bénéficiez d’une réduction de -20% avec le code de réduction : FWEB0111

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Innovation Napoléon] L’e-réputation au menu de la première session 2012
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance
Après la « hype », quel avenir pour les NFT?
Amazon s’ancre un peu plus en Inde avec un fonds de 250 millions de dollars pour les startups
tiktok
Face aux pressions de Pékin, les géants de la Tech s’engagent à respecter la concurrence