BusinessCarTechDecode BusinessTVWe Love Innovation

Inside Stanley Robotics : leur robot en action à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry

Un reportage We Love Innovation de Maxence Fabrion et Joseph Postec

Rater son avion, c’est la hantise de millions de passagers à travers le monde, et plus encore pour ceux qui doivent garer leur voiture à l’aéroport avant de partir en voyage. Car trouver une place disponible peut vite s’apparenter à un parcours du combattant particulièrement chronophage et stressant. Au moment où les technologies de conduite autonome ont commencé à émerger, la start-up française Stanley Robotics a décidé de reprendre le coeur du dispositif destiné à rendre les voitures autonomes pour l’appliquer à la problématique à laquelle chaque conducteur a été confronté au moins une fois dans sa vie : trouver une place pour son véhicule.

Découvrez le reportage consacré à Stanley Robotics sur DECODE.Media le réseau des acteurs de l’innovation

Fondée en janvier 2015 par Clément Boussard, Aurélien Cord et Stéphane Evanno, la société a développé «Stan», un robot-voiturier qui prend en charge votre véhicule de manière autonome pour le garer sur un parking. Une fois que l’utilisateur a réservé sa place de parking en ligne, il lui suffit de laisser sa voiture devant un box réservé à Stanley Robotics. Une fois le véhicule déposé par le client, le voiturier automatique, aux allures de chariot élévateur, arrive de l’autre côté du box pour glisser sa palette extensible sous le véhicule puis le soulever par les pneus et le garer sur l’une des places de parking disponibles. 

Pour garantir son efficacité, le robot est doté de caméras, d’un GPS centimétrique et de différents capteurs, dont certains reposent sur la technologie LiDAR. Cette dernière est basée sur l’émission de courtes impulsions de lumière laser, de manière à ce que le logiciel intégré au robot autonome soit en mesure de générer une image 3D en haute définition de l’environnement autour du robot en temps réel. FrenchWeb s’est rendu à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry pour voir le robot-voiturier de Stanley Robotics en action…

3 robots pour gérer 500 places de parking à Lyon Saint-Exupéry

Pour déployer son robot-voiturier, Stanley Robotics, qui a levé 3,6 millions d’euros en mai 2017, s’est d’abord tourné vers les aéroports, car le stationnement longue durée engendré par les voyages aériens des automobilistes correspondait à la problématique des gestionnaires. De plus, le stationnement longue durée permet à la start-up française d’organiser plus facilement les parkings dont elle assure la gestion. En fonction du vol retour des clients, le robot peut en effet remplir et vider les files sans risquer de se retrouver dans l’impossibilité d’aller chercher un véhicule au milieu d’un bloc de voitures. 

Après un premier test de six mois à Roissy-Charles de Gaulle, Stanley Robotics déploie depuis cette année sa flotte de robots sur un parking de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. Sur ce terrain de jeu de 16 000 mètres carrés, la société a installé 12 box et déployé 3 robots-voituriers capables de gérer 500 places de parking. En 2020, l’entreprise espère décupler les capacités de son robot pour qu’il puisse gérer davantage de places et déployer sa solution dans de nouveaux aéroports, ainsi que dans des gares TGV, qui sont confrontées à la même problématique de stationnement que les aéroports. Vinci Airports, qui gère 46 aéroports dans 12 pays à travers le monde, dont celui de Lyon Saint-Exupéry, pourrait ainsi constituer une porte d’entrée idéale sur un marché mondial.

Stanley Robotics : les données clés

Fondateurs : Clément Boussard, Aurélien Cord et Stéphane Evanno
Création : 2015
Siège social : Paris
Secteur : Mobilité
Activité : robot-voiturier
Effectifs : 60 collaborateurs

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Inside Stanley Robotics : leur robot en action à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Share via
Copy link