/ InsidersActualité

[INSIDERS] Amazon: de faux colis pour détecter les voleurs parmi les livreurs

#Amazon: de faux colis pour détecter les voleurs parmi les livreurs

Amazon a décidé de piéger ses livreurs pour tester leur honnêteté. En effet, la marketplace américaine a décidé d’insérer de faux colis parmi les paquets commandés pour repérer d’éventuels voleurs, révèle Business Insider. Ces colis étant volontairement mal étiquetés, ils doivent être enlevés du circuit lorsqu’ils sont scannés. Une fois l’erreur constatée, la réaction du livreur va être scrupuleusement analysée par Amazon…

Crédit: Jonathan Weiss/Shutterstock

«Si vous ramenez le colis, vous êtes innocent. Si vous ne le faites pas, vous êtes un voyou», déclare Sid Shah, ancien manager au sein de DeliverOL, une entreprise qui livre des colis pour Amazon. «Cela a été pensé comme un piège pour évaluer l’intégrité des transporteurs», indique un ancien responsable de la logistique chez Amazon. Les livreurs d’Amazon sont désormais prévenus, la firme américaine les a à l’oeil !Apple-converted-space »> 

#SEC: Airbnb veut faire entrer ses hôtes à son capital

Et si les hôtes d’Airbnb devenaient des actionnaires de la licorne américaine ? L’idée peut paraître surprenante mais c’est bel et bien le souhait de Brian Chesky, le patron de la plateforme de location de logements. Pour ce faire, Airbnb a envoyé une lettre à la Securities and Exchange Commission (SEC) pour lui demander de réviser les règles régissant l’éligibilité des actionnaires. «Nous aimerions que nos hôtes les plus fidèles soient actionnaires, mais nous avons besoin que ces politiques changent pour y arriver», a déclaré Brian Chesky.Apple-converted-space »> 

Dans sa lettre à la SEC, «Airbnb estime que les entreprises du XXIème siècle ont plus de succès lorsque les intérêts de toutes les parties prenantes sont alignés». Et d’ajouter : «Pour les entreprises de l’économie de partage comme Airbnb, cela inclut nos employés et nos investisseurs, mais aussi les hôtes qui utilisent notre marketplace.»

Crédits : Airbnb.

Pour l’heure, la réglementation de la SEC exige que toute entreprise privée avec plus de 2 000 actionnaires ou 500 ou plus qui ne sont pas des investisseurs agréés aux États-Unis soit enregistrée. Or cela constitue un problème d’envergure pour Airbnb, qui a dépassé les 5 millions d’annonces dans 81 000 villes à travers le monde depuis sa création en 2008. Même si la SEC acceptait d’assouplir ses règles, reste encore à voir combien d’hôtes pourraient entrer au capital de la firme américaine. Airbnb, qui se fixe pour objectif d’accueillir un milliard de voyageurs par an d’ici 2028, pourrait entrer en Bourse dès l’année prochaine.

#EarlyStage: le fonds d’entrepreneurs Newfund double la mise

AFP – Newfund, le fonds d’investissement français principalement alimenté par des entrepreneurs, a levé 130 millions d’euros supplémentaires pour lancer Newfund2, après le succès du premier fond. Le total sous gestion de Newfund s’élève désormais à 230 millions d’euros.

Fondé en 2008, Newfund investit au début du développement de l’entreprise (early stage), des sommes allant de 500 000 à 2 millions d’euros. Depuis son démarrage, Newfund a réalisé au total 76 investissements en France et aux États-Unis. Il a cédé 13 participations, dont Medtech SA, Camping&Co, JobiJoba.

#Singapour: Uber et Grab condamnés à une amende de 9,5 millions de dollars

AFP – L’autorité de la concurrence de Singapour a condamné lundi à une amende de 9,5 millions de dollars Uber et Grab, estimant que les deux sociétés de location de véhicules avec chauffeur (VTC) avaient violé la réglementation lors de leur fusion.

Grab, connu pour ses services de motos-taxis via l’application sur smartphone et dont le siège est à Singapour, avait conclu un accord pour racheter les activités d’Uber dans le Sud-Est asiatique en mars, mettant fin à une âpre bataille entre les deux concurrents. Uber a obtenu en échange une participation de 27,5% dans Grab, l’une des principales «licornes», société non-cotée dont la valorisation dépasse le milliard de dollars, de la région.

Uber-Singapour-e1522055862619.jpg » alt= » » width= »650″ height= »434″ /> Crédits : Shutterstock.

Mais plusieurs enquêtes ont été enclenchées par les autorités de la concurrence sur leurs différents marchés. La Commission de la concurrence et de protection des consommateurs de la cité-Etat a estimé que cette fusion avait réduit substantiellement «la concurrence sur le marché des plateformes de VTC à Singapour». Les prix des courses de Grab, présent dans plusieurs pays d’Asie du Sud-Est, ont ainsi augmenté de 10% à 15% après la fusion. En outre, la société a réduit le nombre de points gagnés par les chauffeurs tout en rendant ces points plus difficiles à monétiser, a observé la commission. Grab a aussi imposé des accords d’exclusivité à ses chauffeurs, ce qui a pesé sur les concurrents.

La commission a prononcé une amende de 13 millions de dollars singapouriens au total (9,5 millions de dollars américains), soit 6,42 millions de dollars singapouriens pour Grab et 6,58 millions pour Uber. Le régulateur a aussi imposé plusieurs mesures afin de limiter le prix des courses, et de permettre à de nouveaux entrants d’arriver sur ce marché très disputé. Le responsable de Grab Singapour, Lim Kell Jay, a souligné que Grab avait réalisé la fusion «dans un cadre légal», et maintenu que la société n’avait pas «violé les règles de la concurrence de façon intentionnelle ou par négligence».

Aux Philippines, le gendarme de la concurrence a approuvé la fusion des deux groupes le mois dernier mais a posé des conditions, notamment sur les tarifs et pour empêcher que Grab ne devienne un monopole. Le régulateur malaisien a aussi entamé un examen de la fusion sur son territoire.

#Canada: SmartPay sélectionné par l’accélérateur Holt FinTechApple-converted-space »> 

Belle reconnaissance pour l’entreprise canadienne SmarPay. Elle vient d’être sélectionnée pour prendre part au programme de 12 semaines de l’accélérateur Holt FinTech afin de poursuivre ses travaux dans l’ePayment.Apple-converted-space »> 

Créée en 2013 à Montréal, Smart Pay se présente comme le chaînon manquant entre les banques et les retailers pour les paiements instantanés par carte sur mobile. Concrètement, la société aide les retailers et les banques à déployer une solution de paiement dans leur propre application ou sur leur site web pour permettre aux clients de payer en utilisant l’identificant biométrique de leur smartphone, sans devoir s’enregistrer ou fournir des informations sécurisées.Apple-converted-space »> 

#School: l’école 42 de Xavier Niel essaime en Asie

Une école d’informatique gratuite sur le modèle de l’école 42 va être ouverte à Jakarta, la capitale indonésienne, la première de ce type en Asie. «L’Académie» devrait ouvrir en septembre 2019 pour 150 étudiants, financée notamment par la start-up OnlinePajak, selon un accord signé à l’occasion de la visite sur place du secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi.

L’école 42 fondée à Paris par le patron de Free Xavier Niel dispose d’un campus à Fremont en Californie et a passé des accords avec des institutions partenaires pour répliquer son modèle de formation sans professeur basé sur des projets, en Ukraine, en Roumanie et en Afrique du Sud.

#NoGame: Winamax se dit visé par des «attaques informatiques»

AFP – L’opérateur français de jeux en ligne Winamax a annoncé avoir été «la cible d’attaques informatiques à plusieurs reprises au cours du week-end», ce qui a contraint l’organisateur de tournois de poker à «interrompre les parties». La société a toutefois assuré, dans un communiqué tard dimanche soir, que ces malveillances n’avaient concerné «qu’un très faible nombre de joueurs» et n’avaient eu «aucun impact sur les fonds et les données des joueurs, qui sont entièrement sécurisés».

«Malheureusement, les tournois ne reprendront pas ce soir. Encore une fois, toutes nos excuses les plus sincères. Soirée gâchée pour nous autant que pour vous», a assuré Winamax sur Twitter, à l’attention de ses joueurs, dont certains ont affiché leur mécontentement.

Crédits : Shutterstock.

«Par souci d’équité, et afin que les joueurs déconnectés ne soient pas lésés par rapport à ceux pouvant jouer, Winamax interrompt volontairement l’ensemble de ces tournois. Ces actes de malveillance (appelés DDoS dans le jargon informatique) sont malheureusement courants sur Internet et sont entièrement indépendants de notre volonté. Ni la qualité des serveurs de Winamax ni la qualité de notre sécurité informatique n’est remise en cause par ces attaques», s’est encore défendu l’opérateur.

Winamax est une entreprise entièrement française, également partenaire de quatre clubs de football de L1 (Bordeaux, Nice, Lille et Amiens). Elle a été développée notamment par le comédien et chanteur Patrick Bruel, ainsi que le fondateur du site de rencontres Meetic, Marc Simoncini.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Share This