/ InsidersActualité

[INSIDERS] EdTech: Educlever et Orthodidacte s’allient pour former un seul groupe

#EdTech: Educlever et Orthodidacte s’allient pour former un seul groupe

Educlever et Orthodidacte, deux spécialistes français de l’EdTech, annonce leur fusion pour former le groupe Educlever.

Lancé en 2000 par Benjamin Magnard, Educlever est un spécialiste de l’éducation et de la formation. Le groupe édite notamment le site spécialisé dans le soutien scolaire Maxicours.com pour lequel il revendique 1,5 million de visites mensuelles, propose le service Enseigno à destination des enseignants et de leurs élèves, ou encore la plateforme E-Scope de positionnement et de remise à niveau en mathématiques et en français.

De son côté, Orthodidacte créé en 2009 par Michael Hiroux et Guillaume Terrien, édite des solutions numériques spécialisées dans la communication écrite en langue française comme des plateformes d’e-learning, de certification ou de dictées en ligne et complète son offre avec des services d’audit et de cartographie des écrits professionnels. L’entreprise cite notamment les responsables de formation d’organisations telles que Geodis, Orange ou encore le ministère de l’Intérieur comme clients.

Avec ce rapprochement, les deux acteurs souhaitent donner naissance à « un champion français de l’éducation numérique et de la formation tout au long de la vie« .

«L’association de nos compétences et de nos expertises va nous permettre d’asseoir notre position de leader sur le marché de la formation initiale et continue en communication écrite. Nous sommes très enthousiastes à l’idée de contribuer à l’amélioration de l’éducation sur des savoirs fondamentaux, de l’élève au professionnel, en relation directe avec les enseignants et formateurs », souligne Michael Hiroux, président d’Orthodidacte.

À la suite de ce rapprochement, le groupe Educlever est présidé par Benjamin Magnard. La société Orthodidacte continue d’être pilotée par ses deux fondateurs, Michael Hiroux et Guillaume Terrien.

#FinTech: Revolut lance sa version bêta en Australie 

Revolut, la néobanque britannique, lance sa version bêta en Australie. La start-up accroit ainsi son offre avec une nouvelle devise, le dollar australien, que les utilisateurs pourront convertir gratuitement en euro ou en livre sterling.

Vlad Yatsenko et Nikolay Storonsky, les fondateurs de Revolut. Crédits : Revolut.

Revolut n’ajoute les utilisateurs inscrits que progressivement. 20 000 australiens sont actuellement sur liste d’attente selon TechCrunch.

Lancée en 2015 par Nikolay Storonsky et Vlad Yatsenko, la start-up britannique n’était jusqu’alors qu’accessible sur le continent européen, où elle revendique plus de 3 millions d’utilisateurs. Elle ambitionne de se développer en Asie ainsi qu’Amérique, un marché que son principale concurrent, la néobanque allemande N26 veut conquérir très prochainement.

#Transport: Citymapper met fin à son service mêlant bus et VTC

La start-up britannique de calculs d’itinéraires en transports Citymapper a annoncé la fin de son programme de bus Citymapper Ride pour le 14 juillet, dans un post Medium. Lancée en 2011 par Amat Yusuf, un ancien employé de Google, Citymapper est une application dédiée à optimiser les déplacements en transports en commun de ses utilisateurs, en proposant notamment des calculs d’itinéraires.

Crédit: Citymapper

Le projet Citymapper Ride, lancé à Londres en 2017, consistait à affréter les propres autobus de l’entreprise britannique en fonction des besoins des utilisateurs, mêlant ainsi service de bus et celui de VTC. Ces besoins étaient connus grâce à l’analyse des données récoltés par l’application, qui permettait de savoir quels étaient les trajets les plus populaires et en manque de solutions.

L’entreprise dit avoir renoncé notamment pour ne pas entrer en concurrence avec les moyens de transports déjà existants, mais promet de se focaliser davantage sur Pass, son service d’abonnement. Pass permet aux utilisateurs d’accéder à divers services comme les transports en commun, les vélos ou encore les taxis.

Tags

Assiya Berrima

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This