/ InsidersActualité

[INSIDERS] Headoo placé en redressement judiciaire

#FrenchTech: Headoo placé en redressement judiciaire

Rentrée douloureuse pour l’équipe de la société Headoo. Créée en 2011 par Jean Dussetour, Karim Cassam Chenaï et Guillaume Ridolfi, l’entreprise parisienne a été placée en redressement judiciaire le 28 août, laissant ses fournisseurs sur le carreau. Headoo a développé une plateforme de Visual Marketing permettant de connecter les marques et les clients au travers de la photo et de la vidéo. Ce dispositif interactif de marketing photo pouvait être déployé sur des événements et dans des boutiques physiques. Ainsi, Headoo assurait le lien entre les contenus visuels générés par ou pour les utilisateurs (posts Instagram, bornes vidéo, photographes lors d’événements…) et la marque (mini-site événementiel, social wall, plugin dans un site e-commerce…).

Crédits : Headoo.

Dirigée par Jean Dussetour, la société avait levé 360 000 euros en janvier 2014 avant de boucler un tour de table de 520 000 euros en juillet 2015. Il y a trois ans, Headoo rêvait encore de réussir aux États-Unis et de devenir le leader incontesté sur le marché du Picture Marketing. Avant son placement en redressement judiciaire, la société affirmait travailler avec près de 200 marques, dont Netflix, Louis Vuitton, Cosmopolitan, Clud Med, YouTube ou encore Disney.


Droit de réponse de Jean Dussetour | CEO de la société Headoo

« C’est avec stupéfaction que j’ai pris connaissance de votre article, concernant ma société, Headoo, diffusé dans la newsletter de FrenchWeb, le 20 septembre avec pour titre : « The End : Clap de fin pour Headoo » (titre modifié plus tard dans la journée). Il relate l’histoire de l’entreprise au passé, laissant penser que tout est fini. Or, il n’en est rien.

Aussi, afin de permettre à vos lecteurs de se faire une juste opinion de la situation, et n’ayant pas été contacté par la rédaction en amont de l’article, je remercie la rédaction de Frenchweb de m’accorder la publication de ce droit de réponse en application des dispositions de l’article 13 de la Loi du 29 juillet 1881 sur le droit de la presse.

Oui Headoo est en redressement judiciaire. Rappelons qu’un redressement judiciaire est une procédure visant à permettre à une entreprise, sur une durée de plusieurs mois, de reconstituer sa trésorerie après un passage difficile, afin de maintenir son activité économique et l’emploi de ses salariés. Le clap de fin aurait donc été la liquidation judiciaire et non le redressement judiciaire actuel.

Malgré la procédure collective à laquelle nous avons dû nous soumettre fin août 2018, Headoo continue d’opérer techniquement et commercialement. Headoo a toujours des salariés, qui travaillent au quotidien avec conviction et détermination pour redresser la situation. Le plan de développement informatique de la plateforme Headoo est plein pour les 6 prochains mois, et de nouvelles évolutions seront annoncées dans les prochaines semaines.

Dans cette période délicate pour un entrepreneur et l’ensemble de ses partenaires, le ton de cet article surprend et fragilise la réputation d’une entreprise. La vie des startup est ainsi faite, de succès et de moments difficiles, mais cela ne condamne pas pour autant les perspectives et la volonté de s’en sortir. « 


La réponse de la Rédaction:

Nous avons eu communication du redressement judiciaire par les administrateurs nommés par le tribunal de commerce. Mr Jean Dussetour ne devrait pas être stupéfait qu’un média informe l’écosystème, et s’étonner de conjugaisons qui marquent une étape de l’entreprise.

La société headoo ne bénéficie pas d’un plan de sauvegarde mais a été placé en redressement judiciaire, ce qui est une obligation légale, et non une mesure de gestion comme le droit de réponse le laisse entendre.

Enfin les partenaires et fournisseurs dont les factures n’ont pas été réglées apprécieront vos mots de solidarité à leur égard et votre leçon d’entrepreneuriat.

Cordialement.

Richard Menneveux, Directeur de la publication de FrenchWeb.fr.


#Asie: Fabernovel ouvre un bureau à Singapour

Pour renforcer sa présence en Asie, le groupe de conseil et de services Fabernovel annonce l’ouverture d’un bureau à Singapour. Cette nouvelle antenne s’inscrit dans le prolongement du bureau ouvert à Shanghai l’an passé, suite à l’acquisition de Velvet Group. Sylvain Joandel, ancien membre de l’équipe de direction du bureau de Shanghai, est nommé General Manager du bureau de Singapour, sous la direction de Patrice Nordey, qui dirige les activités de Fabernovel en Asie.

«Historiquement implanté à Paris, San Francisco et Lisbonne, Fabernovel a décidé d’accélérer ces deux dernières années son développement international avec l’ouverture de bureaux à New York en 2016, à Shanghai en 2017 et à Singapour en septembre 2018», indique Stéphane Distinguin, fondateur et président de Fabernovel. Et d’ajouter : «Les prochaines étapes de notre développement devraient nous conduire sur d’autres continents, notamment l’Afrique, relais annoncé de la croissance mondiale et place forte de l’innovation.»

#Télécoms: le PDG d’Orange regrette l’agressivité de la concurrence sur l’ADSL

AFP – Le PDG de l’opérateur historique Orange, Stéphane Richard, a regretté mercredi la «politique de prix très agressive sur l’ADSL» menée par certains concurrents qui selon lui «met en péril tout l’édifice du plan très haut débit». «Nous sommes engagés dans la commercialisation de la fibre optique mais nous devons jouer sans arrêt avec cette concurrence qui est, je le rappelle, de la vente à perte : les abonnements se vendent à un prix inférieur à celui du dégroupage», a regretté Stéphane Richard devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale.

© Christophe Pelletier – Orange.

Le PDG d’Orange, qui souhaite «alerter» les élus sur le sujet, estime que cette «pratique, que je dénonce, porte un vrai danger : retarder l’adoption de la fibre par les Français. C’est bien de construire la fibre, c’est encore mieux si les Français l’utilisent». «La concurrence est très bien mais a des limites si cela peut miner un projet comme le très haut débit en France, qui est un projet d’intérêt national», a insisté Stéphane Richard. La concurrence dans le secteur des télécoms s’est encore accélérée durant l’année 2018, avec des offres sur le fixe qui peuvent atteindre 5 euros par mois pendant les 12 premiers mois chez certains opérateurs.

Le Plan France très haut débit, lancé en 2013, doit coûter une vingtaine de milliards d’euros pour les infrastructures, auxquels doivent s’ajouter une dizaine de milliards pour la connexion finale aux logements. Selon l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep), 11,7 millions de logements étaient éligibles à la fibre au 30 juin, un chiffre en hausse de 33% sur un an, et 3,94 millions de foyers étaient abonnés au très haut débit via la fibre de bout en bout (FttH).

#Gaming: Sony va rééditer sa mythique PlayStation en console miniature

AFP – Le groupe japonais Sony a annoncé mercredi qu’il allait rééditer la première version de sa PlayStation en console miniature qui sera disponible mondialement, mais «en quantité limitée», à partir du 3 décembre. La console, rebaptisée «PlayStation Classic», aura le même look que la console d’origine «mais en taille miniature, 45% plus petite sur les côtés et 80% plus petite en volume», indique le groupe dans un communiqué. Sony précise que la console sera vendue au prix de 99,99 euros en Europe et 99 dollars aux États-Unis. Le nombre de consoles produites n’a pas été dévoilé.

20 jeux seront directement installés dans la console et notamment des titres comme le mythique «Final Fantasy VII», le jeu de combat «Tekken 3» ou le jeu de course «Ridge Racer Type 4» qui ont fait la gloire de la PlayStation. Elle sera également livrée avec deux manettes, un câble HDMI pour pouvoir la brancher sur la télévision ainsi qu’un câble USB qui devra être connecté à un adaptateur secteur vendu à part pour brancher la console. «PlayStation Classic correspond parfaitement aux fans nostalgiques de la PlayStation (…) ainsi qu’aux nouveaux joueurs qui veulent vivre l’expérience des jeux classiques des années 1990», explique le communiqué de Sony.

Crédits : Sony.

Le fabricant japonais suit la tendance du retour au «vintage» avec des consoles miniatures impulsée notamment par Nintendo qui avait sorti en novembre 2016 une réédition plus compacte de sa NES. L’année suivante, il avait réédité sur le même modèle sa Super Nintendo.

Sortie en 1994, la Playstation s’est imposée comme une console de référence à l’époque. Dix ans après sa sortie, Sony avait annoncé en avoir vendu plus de 100 millions dans le monde. Elle a depuis été remplacée par trois nouvelles versions et une PlayStation 5 pourrait sortir l’année prochaine.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Share This