/ InsidersBusinessTech

[INSIDERS] Les 5 infos Tech pour briller en société

Amazon, victime de la mode avec le lancement de Find

Amazon a lancé le 4 septembre en Europe sa marque de prêt-à-porter féminin, appelée Find. L’originalité de Find est sa vocation à se positionner sur un créneau proche de la high-street fashion (mode tendance à prix abordable, de type Zara ou TopShop). A ce titre, Find bénéficie d’une campagne publicitaire à la création travaillée et sophistiquée – ce qui n’est pas franchement dans les habitudes du e-commerçant. La campagne touchera le Royaume-Uni, la France, l’Espagne, et l’Allemagne.

Amazon opère de nombreuses marques blanches ou grises, dont certaines commercialisaient déjà des vêtements. Mais jusqu’alors, rien de bien fou-fou dans le style – pas de bottines-chaussettes en velours rose tyrien ou de robe asymétrique unimanche pour tenir la porte du garage : cette offre se concentrait sur les basiques.

Ainsi, le polo homme en maille piquée Amazon Essentials, est selon le cabinet L2, l’une des meilleures ventes du e-commerçant, toutes marques Amazon confondues. Le lancement-test d’une marque de mode uniquement sur le territoire européen, connu pour son affinité avec la mode, est aussi une manière de valider un positionnement nouveau pour une enseigne qui n’a pas eu besoin de d’exploiter des accents glamour pour fonder sa réussite : Amazon est déjà l’un des plus gros distributeurs de vêtements aux Etats-Unis.

Al Gore, tête d’affiche de Slush 2017

Al Gore prononcera le discours d’ouverture de l’édition 2017 de Slush.

Crédit photo : Slush

En quelques années, Slush est devenu l’événement start-up référence en Europe du nord. Forte d’un esprit unique, elle rassemble une communauté d’entrepreneurs, d’investisseurs, et d’étudiants à Helsinki, en Finlande. 17 500 participants, 120 pays, 2300 startups, plus de 1000 investisseurs ont assisté à l’édition 2016.

Slush se déroulera du 30 novembre au 1er décembre à Helsinki. La conférence mettra cette année l’accent sur la façon dont les entrepreneurs peuvent être impliqués dans la résolution des problèmes majeurs du monde avec la technologie. En ce sens, l’ancien vice-président américain, prix Nobel de la paix 2007 et Oscar 2006 du meilleur film documentaire avec Une vérité qui dérange, cofondateur et chairman de Generation Investment Management, partner KPCB et membre du board d’Apple, est un casting de rêve pour ouvrir l’évènement.

Vous noterez aussi qu’on a également spotté l’ancien président François Hollande au sommaire des speakers du Web Summit, qui aura lieu du 6 au 9 novembre à Lisbonne au Portugal.

Cyberattaque Equifax, de mal en pis

Nous avons relayé la semaine dernière l’attaque de grande ampleur subie par Equifax, une des trois grandes agences de creditscore en Etats-Unis. Jusqu’à 142 millions de personnes sont susceptibles d’être victimes de cette brèche. Rajoutons à ça un possible délit d’initié, avec une revente à l’arrache de titres par les dirigeants de la société, quelques jours après la découverte de la faille, et avant que l’attaque ne soit annoncée publiquement. Est-il possible de creuser davantage ? La réponse est oui.

Comment ? Equifax a mis en place un site d’information de crise, sur lequel on vous demande de saisir votre numéro de sécurité sociale afin de déterminer si vous faites partie de ceux dont les données sont été exposées à tous vents. Selon Ars Technica, ce site a le bon goût d’utiliser un simple WordPress à l’hébergement standard et certificat gratuit SSL. En même temps, pas de panique, puisque certaines sources rapportent que vous pouvez rentrer indifféremment notre numéro de sécurité sociale, 1234, test test ou j’aime manger des Granola la nuit, le site vous retournera la même bonne nouvelle : vos données ont été compromises.

Dans sa communication, Equifax avait également insisté sur la possibilité pour les victimes d’obtenir un an d’aide gratuite en cas d’usurpation d’identité avérée, mais l’étude des conditions générales d’utilisation précisait que ceux qui l’acceptaient renonçaient de fait à participer à toute action collective devant les tribunaux. Devant le tollé provoqué par la découverte de ces lignes, l’entreprise a changé ses conditions pour qu’elles ne concernent pas cette attaque en particulier.

Le New-York Times rapporte par ailleurs que ceux qui ont tenté de geler leur compte, dans une procédure nommée credit freeze destinée à empêcher des manoeuvres frauduleuses, se sont rendus compte avec effroi que les codes PIN le permettant étaient eux aussi d’une qualité très discutable.

BNP Paribas s’offre le robo-advisor Gambit

BNP Paribas Asset Management a pris une participation majoritaire de la fintech belge Gambit Financial Solutions, créée en 2007. Dans le cadre de cette prise de participation, Gambit va devenir le partenaire privilégié pour la fourniture de solutions de robo-advisory (et non, il n’y a pas de faute d’orthographe) aux réseaux de banque de détail et de banque privée du Groupe BNP Paribas. Les solutions de Gambit associent des interfaces utilisateur ergonomiques pour un parcours client accompagné d’un conseiller ou en totale autonomie. Gambit avait remporté le premier prix de la catégorie « intelligence artificielle et robots conseillers » au BNP Paribas International hackathon, en 2016.

La société a obtenu l’assurance de conserver une totale autonomie vis-à-vis de BNP Paribas, avec sa propre gouvernance et son équipe de direction.

Le graphe du jour

Un forecast repéré sur Quartz, la contribution de l’internet mobile à la croissance du marché publicitaire global, selon les prévisions de Zenith, sur la période 2016-2019.

Parce que, comme disait Napoléon Bonaparte, une bonne dataviz vaut toujours mieux qu’un long discours.

Tags

Carolina Tomaz

Computer Girl depuis 2000. Stratégie numérique, innovation, direction éditoriale. Spécialisée en médias, TV et internets.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This