/ InsidersActualité

[INSIDERS] Paiement mobile: des banques suisses soupçonnées d’entente pour contrer Apple et Samsung

#PaiementMobile: plusieurs banques suisses soupçonnées d’entente pour contrer Apple Pay et Samsung Pay

AFP- La Commission de la concurrence (Comco) en Suisse a ouvert une enquête sur cinq instituts financiers, les soupçonnant de s’être entendus dans les paiements mobiles pour privilégier un système suisse et boycotter Apple Pay et Samsung Pay.

Crédits : Shutterstock.

L’enquête vise les branches suisses d’UBS et de Credit Suisse, ainsi que PostFinance, le bras financier de la poste, mais aussi les émetteurs de cartes Aduno Holding et Swisscard AECS, a indiqué la commission suisse de la concurrence dans un communiqué. Des perquisitions ont été menées, a-t-elle précisé. « L’enquête doit permettre de déterminer si plusieurs instituts financiers suisses se sont entendus pour ne pas soutenir les solutions de paiement mobile d’offreurs étrangers comme Apple Pay et Samsung Pay« , a détaillé la Comco.

Ils sont soupçonnés de s’être concertés pour empêcher que leurs cartes de crédit ne soient utilisées avec les systèmes Apple Pay et Samsung Pay afin de privilégier leur solution suisse, appelée Twint, a-t-elle détaillé. « Nous sommes surpris par cette enquête et convaincus que les reproches se révéleront infondés« , a réagi Credit Suisse dans un communiqué. Par l’intermédiaire de sa société affiliée à 50% à Swisscard, la banque suisse propose déjà aux consommateurs l’accès à Apple Pay et à Samsung Pay, a-t-elle fait valoir. « En outre, nous sommes en discussion avec d’autres prestataires comme Apple, Samsung et Google depuis plusieurs mois sur l’introduction de leurs solutions de paiement mobiles pour nos clients« , a-t-elle ajouté.

#Communication: Facebook accusé d’avoir orchestré une campagne de dénigrement visant notamment George Soros

AFP–  Facebook s’est défendu d’avoir orchestré une campagne de dénigrement visant entre autres le financier George Soros, afin de détourner l’attention du scandale autour de l’ingérence russe avant les élections américaines de 2016, un reproche que lui fait le New York Times dans une longue enquête.

Crédits : Facebook.

Le NYT « a tort de suggérer que nous ayons jamais demandé à (la société de relations publiques) Definers de payer pour, ou d’écrire des articles pour le compte de Facebook, ou de répandre de fausses informations« , se défend Facebook dans un communiqué jeudi.

Le géant de l’internet n’en a pas moins « rompu son contrat » mardi soir avec cette société de relations publiques, proche du parti républicain. Definers a bien « encouragé des journalistes » à se pencher sur le financement d’une campagne anti-Facebook, mais « suggérer que (cette action de la société de relations publiques) relevait d’une attaque antisémite est répréhensible et faux« , ajoute le groupe dirigé par Mark Zuckerberg, lui-même de confession juive.

Selon une longue enquête du NYT, le groupe aurait demandé à Definers de mener une campagne pour discréditer les critiques du groupe, en suggérant des liens entre ces critiques et George Soros. Le milliardaire est l’une des bêtes noires des leaders populistes dans le monde. Plus récemment, il a été pris pour cible par le président américain Donald Trump lui-même.

Le NYT reproche par ailleurs à Mark Zuckerberg et à la numéro deux de Facebook Sheryl Sandberg d’avoir « ignoré les signes avant-coureurs » de tentatives d’ingérence russe dans les élections américaines en 2016. « Nous avons reconnu publiquement à plusieurs reprises – y compris devant le Congrès – que nous avions été trop lents à détecter l’ingérence russe sur Facebook », souligne en réponse la société, ébranlée ces derniers mois par des scandales à répétition.

#Insee: les créations d’entreprises accélèrent en octobre

AFP–  Les créations d’entreprises en France ont progressé de 4,3% en octobre en données corrigées des variations saisonnières, tirées par celles des micro-entreprises, en hausse de 8,4%, a rapporté jeudi l’Insee.

Crédit: A. and I. Kruk/Shutterstock

L’augmentation sur un mois est nettement plus forte qu’en septembre, quand les créations d’entreprises avaient progressé de 1,1%, selon un chiffre révisé à la hausse de 0,3 point de pourcentage, détaille dans un l’Institut national des statistiques.

La progression du nombre de nouvelles entreprises classiques ralentit en revanche à +0,8% le mois dernier contre +1,6% en septembre. Au cours des trois derniers mois, l’essor a été tiré par le secteur des transports et de l’entreposage, avec 8 800 créations de plus sur un an, dont 7 500 dues aux « autres activités de poste et de courrier » qui comprennent notamment les entreprises de livraison à domicile.

En glissement annuel sur 12 mois, la plus forte hausse de créations d’entreprises se trouve dans la catégorie « transport et entreposage » avec un bond de 69,8%, suivi par « commerce, transport, hébergement et restauration », qui augmente de 24%. En octobre, plus de deux créations d’entreprises sur cinq sont des demandes d’immatriculation de micro-entrepreneurs, précise encore l’Insee.

Le nombre d’entreprises créées en octobre s’élève à 62 365, portant à 488 507 leur total depuis le début de l’année, dont 197 972 micro-entreprises et 126 028 entreprises individuelles classiques. La microentreprise est une notion utilisée par l’Insee. Distincte du régime fiscal éponyme, elle englobe les sociétés de moins de 10 personnes, au chiffre d’affaires annuel ou au total de bilan n’excédant pas 2 millions d’euros.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Share This