ActualitéBusinessComManagement

Jérémy Schinazi (Creative Spirit): «Nous avons connu des modèles de management Top Down et leurs limites»

Selon l'étude «Comprendre et améliorer le bien-être au travail» publiée par Ederend et Ipsos, les Français souhaitent se sentir plus considérés par leur hiérarchie. Leur travail ne serait pas assez reconnu. Pour éviter ce manque de considération, l'agence de communication Creative Spirit a décidé d'écouter ses employés. Jérémy Schinazi, creative director et head of strategy de l'agence, revient en détails sur les différentes initiatives mises en place pour que tout le monde se sente bien au bureau.

FrenchWeb: Pourquoi le bien-être de vos salariés est l'une de vos préoccupations principales?

Jeremy-Schinazi-creative-spirit-2016Jérémy Schinazi, creative director et head of strategy de Creative Spirit: Notre idée est avant tout de créer une culture qui puisse participer activement au positionnement de l’agence. Une culture collaborative, horizontale au sein de laquelle chacun participe à la création de valeur par l’idée.

Nous cultivons un format start-up. Nous sommes 50 «friends» répartis entre les agences de Paris, Cannes et Barcelone. Une petite équipe qui nous permet une réactivité créative et stratégique en réponse à une nécessité de marché.

Ce format impose un sélection de talents d’élite qu’il faut pouvoir attirer mais dont il faut aussi satisfaire les aspirations. Selon une recherche faite par la Brighton School of Business and Management l’attente principale des millenials: le bien-être au travail à 37%. Ils veulent des entreprises plus proches de leurs valeurs et qui contribuent positivement à la société.

Comment vous est venue l'idée d'amener ces initiatives (applications Supermood, Haws etc) dans votre entreprise?

La première étape était pour nous d’identifier les points sur lesquels nous pouvions et devions en priorité nous améliorer.

Nous avons lancé une campagne de crowdsourcing interne et en continu en établissant un partenariat avec la start-up Supermood qui a mis au point un outil d’évaluation du bien être au travail. Trois questions (deux fermées et une ouverte) sont envoyées chaque semaine à tous les collaborateurs des agences. Ensuite il nous a fallu analyser les résultats et écouter ceux qui ont bien voulu prendre la parole.

Il en ressort que les motivations et l’éthique de l’entreprise jouent un rôle fondamental dans l’appréciation des entreprises par les jeunes.

Nous voulions, au delà de notre mission, apporter une certaine contribution positive à la société. Nous avons dans cette perspective lancé «Charity Miles» à l’agence. L’application recense tous les efforts physiques (course à pied, marche, vélo) des collaborateurs des 3 agences et les transforme en dons pour des oeuvres caritatives via un sponsoring marques (plus de 600 km parcourus par notre équipe!). Cela plait beaucoup en interne!

Nous avons également contribué l’année dernière à la construction d’une école au Ladakh.

Une autre problématique identifiée grâce à nos questionnaires fait référence à la valorisation des talents et du travail des collaborateurs en général. Pour exemple, nous avons lancé «Hey Tacos» sur Slack, parallèlement à l’outil Superlike. «Hey Tacos» donne accès à chaque collaborateur à 5 tacos par jour. Chacun est invité à les distribuer librement à ses collègues à la suite d'une expérience positive (toutes les occasions sont bonnes: une bonne réunion, un conseil, un fou rire). Nous tenons ainsi un leaderboard (classement) digital et des lots sont disponibles. Par exemple 50 tacos peuvent être échangés contre un massage expert de Loic (Creative Strategist).

Nous avons par ailleurs identifié la nécessité d’organiser des activités physiques en groupe. En partenariat avec Haws nous organisons chaque jeudi matin avant le début de la journée de travail une séance de yoga, méditation, pilat ou tai chi. L’agence cannoise, organise même des cours de pole dance ou séances de Beach Volley à l’heure du déjeuner.

La journée de travail à beaucoup évolué avec l’arrivée de talents plus jeunes dans l’agence. Les plages de travail sont plus courtes et alternées avec des phases de relâche. Il fallait offrir des activités en réponse à ce besoin. Jeux de société, ping pong, babyfoot ont dès lors été commandés à Cannes, Paris et Barcelone, tout comme l’installation d’espaces de repos. Barcelone a même aménagé une salle de massage/aromathérapie.

Quelles sont les différentes leçons à tirer de ce nouveau management? 

Nous avons connu des modèles de management Top Down et leurs limites. Nous travaillons tous ensemble à la construction du modèle d’agence dans lequel nous aimerions tous évoluer demain. 

Les 50 collaborateurs ont été sensibles à la démarche et démontré leur engagement. Il n’est jamais simple de faire ressortir les problèmes mais c’est aussi la seule manière de les résoudre.

Nous sommes persuadés que la réussite d'une entreprise devrait être mesurée sur des critères allant au-delà des seuls résultats financiers. C’est aussi le cas de 9 employés sur 10 issus de la génération Y (Deloitte).

Rester à l’écoute, c’est pouvoir se remettre en question en permanence. Cette nécessité de rester agile et en mouvement se montre très profitable dans notre quotidien professionnel.

En quoi votre méthode est-elle efficace?

Globalement, il apparaît que les collaborateurs sont pour la grande majorité très engagés. Sachant que le score d'engagement global d'un collaborateur est mesuré entre 0 et 10, celui-ci est passé d’une fourchette basse de 2,3 à 5 ou plus… avec une grosse majorité de 8/10 et 10/10. La politique RH doit donc s'attacher à améliorer les satisfactions des collaborateurs pour les rendre encore plus épanouis, et donc … productifs.

C'est ce que nous appelons «la politique du kiff». Engagés et…confiants! À la question «je respecte mon manager», un 4.9/5 vient conforter l’agence dans son changement récent de management.

Par ailleurs, l'introduction de séances de yoga le matin coïncide avec l'évolution du score d'engagement de 30 à 42 (/100), plaçant notre agence dans le top 10% des clients Supermood (nous n’en sommes pas peu fiers)!

Enfin, après avoir mis en place les salles de repos (où s’isolent souvent ceux qui ont besoin de calme), nous avons pu noter assez rapidement une progression de 10% de satisfaction quant à l’emménagement des bureaux. Les commentaires sur l'espace de travail sont passés en moins de deux mois d'une multitude de demandes à quelques demandes isolées: les collaborateurs sont désormais pleinement satisfaits de leurs locaux!

Avec toutes ces données nous avons pu alors identifier nos points forts: vision d'entreprise, espace de travail, management, relation entre collaborateurs et autonomie. Un atout pour la marque employeur.

Tags
atelier-platform

Myriam Roche

Chef de projet éditorial at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This