ActualitéBusinessTech

King.com, l’éditeur de Candy Crush Saga, concocte son entrée en Bourse

Candy Crush est devenu le jeu le plus populaire sur Facebook avec 45 millions d’utilisateurs et 15 millions de joueurs actifs par jour.

King.com, l’éditeur du célèbre jeu social Candy Crush Saga, aurait l’intention d’entrer en bourse. Le 18 juin dernier, le Wall Street Journal a en effet révélé que l’éditeur venait d’engager des banques pour l’aider à préparer son IPO aux Etats-Unis. Pour l’instant, aucun montant n’a été dévoilé, et la date d’introduction exacte reste encore inconnue.

Fondé en 2003, King.com possède des bureaux à Londres, Hambourg, Stockholm et San Fransisco. Son jeu social Candy Crush Saga, qui consiste à aligner au moins trois éléments similaires pour les faire disparaître de l’écran, attire de plus en plus d’utilisateurs accros.

Avec 45 millions d’utilisateurs et plus de 32 millions de fans sur sa page officielle, Candy Crush est devenu le jeu le plus populaire sur Facebook : plus de 15 millions d’internautes y jouent quotidiennement sur le réseau social. La version mobile de Candy Crush Saga n’est pas en reste, et occupe la 2e place du classement des jeux gratuits les plus populaires sur l’App Store.

Un succès qui contraste avec les déboires récents de Zynga, le principal concurrent de King.com, qui vient de licencier 18% de ses effectifs, et dont l’action en bourse a chuté de 12%.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
King.com, l’éditeur de Candy Crush Saga, concocte son entrée en Bourse
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link