ActualitéBusinessComData Room

Klout lève 30 millions de dollars mais restera-t-il numéro un ?

Alors que Klout vient de confirmer une impressionnante levée de fonds de 30 millions de dollars, le service n’a jamais été autant critiqué et surtout, c’est une nouveauté, concurrencé.

J’ai reçu mon invitation pour la bêta de Kred.ly il y a quelques jours. Ce nouveau service propose, tout comme Klout, de mettre un chiffre sur l’influence online de tout un chacun. Ce qui le différencie de son principal concurrent, c’est avant tout la transparence : là où votre Kloutscore peut fluctuer sans vous vous ne puissiez faire plus que supputer des raisons derrière ces variations, Kred vous laisse voir le nombre de points que vous fait gagner la moindre de vos actions sur Twitter (et bientôt Linkedin et Facebook, nous assure-t-on).

Le côté opaque, voire abscons, de son algorithme est un des plus gros reproches fait à Klout, et c’est vrai qu’il peut être rageant de suivre les fluctuations de son Klout sans vraiment comprendre en quoi on est moins ou plus influent aujourd’hui qu’hier. Personnellement, le jour où j’ai été le plus retweeté de ma vie (environ 90 fois, si vous voulez savoir, pour une blague que j’avoue un peu mauvaise mais qui est tombée au bon moment), mon Kloutscore a baissé. Kred résout se problème, mais en crée un autre : si vous savez exactement ce qui vous rapporte des points, il est beaucoup plus facile de “tricher” en répondant aux tweets de gens plus influents que vous, en faisant du following massif, etc…

Pourquoi Klout n’a pas à craindre Kred ?

Le fait est que Klout n’est pas parfait, donc, mais le site a réussi à s’imposer comme un standard, et ces 30 millions de dollars tous neufs vont sûrement lui permettre de garder son avance. Il n’est peut-être pas indéboulonnable, mais quand les marques ont commencé à utiliser Klout pour repérer les influenceurs et que les agences s’y réfèrent avant d’embaucher, il va être difficile de s’imposer sur le marché.

Klout, contrairement à Kred, est simple et lisible : quand vous arrivez sur la page Klout d’un influenceur, vous voyez directement un score sur 100, alors que Kred propose deux scores, un sur mille et un sur dix, qui représentent respectivement son influence et son “outreach” (qu’on traduira peut-être par “portée”), sans que la différence entre les deux soient claire.

Mais surtout, Klout peut compter sur sa relative ancienneté (3 ans) qui lui a permis d’imposer sa marque. On l’a vu quand le site a changé en profondeur son algorithme il y a quelques mois : peu importe qu’il soit devenu plus juste (bien que cette affirmation, comme toutes celles de Klout, soit invérifiable), le changement a mis la communauté en colère. Pour être utile, un outil de mesure a besoin d’une certaine constance, qui permette  de comparer le chiffre d’hier à celui de demain. Klout l’emportera parce qu’il a su s’imposer comme standard, mais pour le rester, il va falloir trouver un équilibre entre nouveautés et stabilité.

Les véritables concurrents de Klout

On parle beaucoup de Klout parce qu’on a tous un score sur le site, qu’on l’ai demandé ou non, et qu’il est public. Ca crée une certaine émulation, des débats, des rejets… Mais ça ne veut pas dire que Klout est l’outil le plus utile ou le meilleur. Klout est plutôt un point de départ, permettant d’identifier quelques influenceurs avec une approche généraliste (Klout a bien lancé un système de “topics”, mais pour l’instant il semble fonctionner encore moins bien que son score).

L’avenir appartient peut-être plutôt aux social media monitors, comme Trendybuzz ou  Synthesio, qui proposent des solutions sur mesures, permettant entre autres d’identifier les influenceurs sur le sujet qui vous intéresse, et ce avec une véritable transparence pour les marques, mais pas pour les influenceurs eux mêmes qui ne peuvent donc pas tricher pour augmenter leur score.

Klout gardera probablement sa place, parce qu’il faut un standard autour duquel se positionner, mais à l’instar de nombreuse plateformes généralistes, son utilité pratique restera sans doute limitée aux opérations les moins subtiles, laissant un boulevard grand ouvert aux prestataires de services spécialisés.

Déjà évoqué en octobre dernier, la massive levée de fonds de Klout a été officialisée hier par son fondateur. Le tour de table d’un montant de 30M $ a notamment été mené par Kleiner Perkins. Cette augmentation de capital valoriserait la société près de 200M $. Klout compte sur ce nouveau financement pour améliorer ses outils de mesure. Il s’agit de sa troisième levée de fonds. La société avait déjà levé près de 11M $ lors de deux précédents tours de table. 

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “Klout lève 30 millions de dollars mais restera-t-il numéro un ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This