ActualitéHealthcareStartupStartup du jour

La start-up du jour : myBrain Technologies, un casque connecté pour en finir avec le stress

La start-up parisienne myBrain Technologies combat le stress grâce aux avancées de la recherche dans le domaine de l’électro-encéphalographie – ou EEG – . Avec ses capteurs, le casque de myBrain Technologies capte en temps réel – à l’échelle de la micro-seconde – les microvolts émis par le cerveau. L’application associée analyse les zones du cerveau activées, mesure le niveau de stress et renvoie dans les écouteurs du casque une musique apaisante adaptée. Sur le marché des casques connectés EEG, myBrain Technologies cotoie des acteurs comme Emotiv, Interaxon et Neurosky. La start-up participera au CES de Las Vegas du 6 au 9 janvier prochain.

Interview de Thibaud Dumas, 29 ans, co-fondateur de myBrain Technologies :

FrenchWeb : Comment avez-vous eu l’idée de créer myBrain Technologies ?

Thibaud Dumas, co-fondateur de myBrain Technologies
Thibaud Dumas, co-fondateur de myBrain Technologies

Thibaud Dumas: Nous sommes deux chercheurs qui avons voulu mettre les avancées des neuro-sciences à la portée du grand public. Nous nous sommes rencontrés en 2006 alors que nous faisions chacun notre thèse à l’ICM – l’Institut du Cerveau et de le Möelle épinière – à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris. L’idée a pris forme lentement dans nos esprits jusqu’en 2013, où nous nous sommes vraiment lancé dans le développement de notre concept. Nous avons adapté la technologie médicale de l’électro-encéphalographie dans un dispositif hardware et software, avec un casque et une application mobile associée, disponible gratuitement sous iOS et Android.

Qui sont vos clients ?

Notre premier produit permet grâce à la relaxation de lutter contre le stress de l’utilisateur. A terme, notre technologie permet aussi de combattre les troubles de l’attention, l’hyperactivité ou les troubles du sommeil par exemple. C’est un dispositif à la fois préventif et curatif. Nous sommes actuellement en négociations avec des acteurs BtoB, et nous avons prévu de lancer la commercialisation de notre produit auprès du grand public courant 2015.

Quel est votre modèle économique ?

Nos concurrents commercialisent leurs casques EEG connectés entre 200 et 500 dollars, nous nous positionnerons donc dans la même gamme de prix.

Qui sont vos concurrents et comment faites-vous la différence ?

Nos principaux concurrents sont américains comme Emotiv et Neurosky, ou canadiens comme Interaxon. Ce sont des entreprises qui développent une technologie d’EEG pour le grand public dans une dynamique de neurogaming. Nos visées sont très différentes, puisque myBrain Technologies se positionne sur la santé et le bien-être. Il existe aussi un écart technique avec nos concurrents, qui mesurent également les mouvements musculaires au niveau du front pour analyser les réactions de l’utilisateur dans un contexte de gaming, alors que myBrain Technologie ne mesure que le champ électrique du cerveau.

Que faisiez-vous avant de fonder myBrain Technologies ?

J’ai fait mes études de neuro-biologie à l’Université Pierre et Marie Curie à Paris, en même temps que j’étais chargé de cours pour les universités Paris VIII et Paris XIII. J’ai co-fondé myBrain Techonologies en 2013, un an après la fin de mon cursus.

Quelle a été la première problématique à laquelle vous avez dû faire face ?

Au départ, nous sommes des chercheurs avec un background scientifique. Notre première problématique a donc été de trouver un mentor business. C’est dans cet esprit que nous sommes entrés en 2014 à l’incubateur l’Agoranov à Paris, célèbre pour ses business success stories. Nous sommes également co-incubés à l’IPeps, l’incubateur de l’ICM.

Quel est le meilleur conseil qu’on vous ait donné ?

Nos différents mentors et les entrepreneurs que nous avons rencontrés à l’incubateur nous ont constamment répété que nous devions « être dans une démarche de test pour avoir des retours le plus vite possible ». Sans feedback, notre concept perd de sa force, puisque nous visons le grand public.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Jacques Martinerie, qui n’est pas un entrepreneur mais un chercheur à la retraite. Avec 120 publications dans le domaine des neuro-sciences et quatre brevets à son actif, il est notre mentor et notre conseiller scientifique. J’admire le rôle qu’il joue dans le développement de la technologie de l’EEG à Paris, mais surtout la vision qu’il développe de la problématique de l’interface entre l’homme et la machine.

[tabs]
[tab title= »Les données clés »]
Fondateur : Yohan Attal et Thibaud Dumas

Date de création : décembre 2012

Société basée à : Paris

Effectif total : 8  personnes, 5 embauches supplémentaires prévues en 2015

[/tab]
[/tabs]

Tags
atelier-platform

Mathilde Hodouin

Journaliste chez FrenchWeb. Pour contacter la rédaction, cliquez ici. Présentez votre application mobile avec la Bon App' du jour. Faites-vous connaître en devenant "la start-up de la semaine". Ajoutez un événement à notre agenda : cliquez ici

Sur le même sujet

Share This