ActualitéCrowdfundingInvestissementsStartup du jour

La start-up du jour : Afexios, le financement participatif pour les TPE et PME

Lancée en 2011, la start-up a dépensé la moitié de ses fonds en frais d’honoraire pour faire face au manque de réglementation du secteur à l’époque.

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Afexios, une start-up basée en région parisienne qui édite une plateforme de financement participatif à destination des TPE et PME. Plus de détails avec Yann Le Jeune, le fondateur.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

Yannlejeune-150x150Yann Le Jeune : Le concept Afexios est né en janvier 2010, même si depuis, de nombreux ajustements et repositionnements sont intervenus pour parvenir à notre offre actuelle. Lors de l’élaboration du premier business plan au premier trimestre 2010, MyMajorCompany se révélait comme étant une solution crédible de financement culturel par la foule.

C’est ce nouveau modèle de financement des artistes, couplé à l’expérience personnelle de créateur d’entreprise vécue entre 2001 et 2005, qui m’a donné vie à l’idée d’appliquer ce mécanisme d’apport de fonds au monde entrepreneurial. Le choix, dès le départ, a été de focaliser l’activité sur la finance participative en capital, « equity crowdfunding » ou encore « crowdinvesting ».

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Afexios permet aux entreprises en phase d’amorçage de faire leur promotion auprès d’une communauté de membres susceptibles d’investir et d’entrer directement dans leur capital. Il s’agit clairement de répondre à un besoin chronique de fonds propres à ce stade de maturité, couramment appelé « equity gap », car trop peu d’acteurs de la finance traditionnelle ne s’intéressaient jusqu’alors à ce type d’entreprises, considérées comme trop coûteuses pour les analyser et/ou trop risquées pour y investir.

En parallèle, nous répondons au besoin des particuliers de donner du sens à leur épargne en choisissant selon leurs affinités.

Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Afexios facture aux entreprises une solution d’augmentation et de gestion du capital 100% en ligne et sans intermédiaire avec ses actionnaires (2 700 euros HT). La solution intègre un système de paiement sécurisé sur lequel des frais financiers sont prélevés (2,5% HT). Les investisseurs utilisant le système de paiement sont également facturés à hauteur de 0,95%TTC (CB ou virement).

Qui sont vos compétiteurs ?

On peut dire qu’à ce jour, 5 plateformes « equity » dominent le marché (le site de la Banque Publique d’Investissement tousnosprojets.fr qu’à intégré Afexios dès son lancement référence la majorité d’entre eux).

afexios

Quelle a été  l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

La problématique majeure à laquelle nous avons du faire face a été l’élaboration du modèle juridique, compte tenu de l’inadaptation totale de la réglementation à notre innovation. Il nous a fallu faire appel à des avocats spécialisés pour affiner un modèle économique contraint par le code monétaire et financier et par le réglement générale de l’Autorité des marchés financiers.

Ceci nous a conduit à investir près de la moitié de nos fonds disponibles en frais d’honoraire. L’ensemble du business plan devenait caduque, et une première augmentation de capital a du être réalisée quasiment « en urgence » alors même que nous n’avions pas encore finalisé les développements technologiques de la plateforme. Autant le dire simplement : nous avons failli ne pas nous relever de cette épreuve.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Notre modèle de crowdfunding en capital communautaire sans intermédiation financière réduit significativement les coûts par rapport à ceux de nos concurrents et nous permet de proposer des tarifs bouleversant le capital amorçage. Par exemple, lever 300 000 euros coûte 3,4 % HT à l’entreprise qui utilise notre solution.

Le second avantage concurrentiel est notre avance technologique sur la gestion des actionnaires. Nous avons anticipé que la valeur d’une plateforme ne résidait pas seulement dans la dématérialisation des opérations d’augmentation de capital, mais dans la fourniture de services 100% en ligne pour qu’un entrepreneur puisse faire face à l’arrivée de dizaines d’actionnaires, tant dans ses obligations légales (organisation et tenue d’assemblées générales en visioconférence) que dans l’optimisation de la gestion de la relation actionnariale (incitations au suivi participatif des membres au-delà du simple apport financier).

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

« Mieux vaut détenir 25% d’une entreprise qui marche que 80% d’une entreprise qui fait faillite ». Ayant dit cela, je précise que je suis bien plus heureux et confiant aujourd’hui en détenant 24% du capital d’Afexios alors que j’en possédais le triple à la création…

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Outre l’hommage à mon père que je me permets de rendre ici, la personne que j’admire le plus est le physicien Stephen Hawking. Il porte selon moi les valeurs de la recherche perpétuelle qui, j’ose l’espérer, participent au progrès de l’humanité. Afexios, plus modestement, porte en elle ces mêmes valeurs de recherche et d’amélioration continue des services offerts pour fidéliser ses membres et élargir sa communauté, soutenues par 5 piliers : l’union, l’éthique, l’action, l’innovation et la simplicité.

Fondateur: Yann Le Jeune

Investisseurs: 14

Date de création: novembre 2011

Nombre de salariés: 3
 
Chiffres d’affaires: 20 000 euros (démarrage activité mi-2013)

Société basée à : Ivry sur Seine (94)

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
La start-up du jour : Afexios, le financement participatif pour les TPE et PME
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link