ActualitéRetail & eCommerceStartup du jour

La start-up du jour : BeezUp propose aux e-commerçants d’adapter leur catalogue à toutes les marketplaces

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir BeezUp, une start-up qui propose aux e-commerçants d’adapter leur catalogue à toutes les marketplaces, les comparateurs de prix et les plateformes d’affiliation… Plus de détails avec Michel Rachat, le président.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

beezupMichel Racat : Avec mon associé, nous avions créé une boutique en ligne de vente d’accessoires pour les smartphones. Pendant les 5 années où nous avons géré cette boutique, le principal challenge a été de trouver un maximum de clients par différents canaux d’acquisition.

En diffusant nos produits sur plus de 30 sites, en particulier des comparateurs, nous avons bâti 80% du chiffre d’affaire de notre boutique. La grande difficulté a été de rentabiliser l’investissement que nous faisions. Nous avons analysé tout le trafic produit par produit pour chacun de ces sites, en développant nos propres outils. En quelques mois, nous sommes passés de 30 euros gagnés pour 100 euros investis, à plus de 300 euros gagnés pour 100 euros investi.

Ces méthodes et outils que nous avons créé, nous avons souhaité les partager avec le plus grand nombre d’e-commerçants. C’est pour cela que nous avons choisi de fonder BeezUP.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Nous aidons les cyber-marchands à trouver plus de clients en leur permettant de diffuser facilement leurs produits sur plus de 1000 réseaux à fort trafic en Europe : des Comparateurs de prix les plus connus comme LeGuide aux spécialistes comme Un Cadeau, des Places de marché comme Amazon ou Ebay, des plateformes de Retargeting comme Criteo dont nous parlons beaucoup dans l’actualité, …

Une fois leurs produits référencés, nous comptabilisons le trafic et surtout la rentabilité générée : nombre de commandes, chiffre d’affaire, marge…  Enfin, nous mettons à disposition des marchands des outils pour augmenter la profitabilité de leurs campagnes d’au moins 30% en investissant leur budget sur les produits qui leur rapportent le plus. Cela manuellement ou par des règles automatiques qu’ils définissent eux meme.

beezup-managementTrès simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous mettons à disposition des e-commerçants nos outils au sein d’une plateforme en ligne (SaaS). BeezUP est commercialisé sous forme d’abonnements mensuels à la plateforme de 44,99 euros par mois à 699 euros par mois en fonction du volume de trafic que nous gérons pour nos clients.

Qui sont vos compétiteurs ?

Différents acteurs existent dans notre métier qui s’appel aux Etats Unis le “Data Feed Management”. Certains sont spécialisés dans certaines régions du monde comme ChannelAdvisor dans les pays anglophones (Etats-Unis, Angleterre), d’autres sur des canaux particuliers comme Neteven pour les Places de marché.

A quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

Certains marchands nous confondent avec des plateforme d’affiliation. BeezUP dispose d’outils techniques avancés pour publier, transformer, optimiser et suivre la diffusion de son catalogue. Le marchand reste maître de choisir sur lesquels canaux il veut diffuser ses produits en contractualisant avec des différentes plateformes indépendamment de BeezUP.

Quelle a été  l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

La gestion de gros volumes de données est au cœur de notre métier. En remportant l’Ecommerce Award à Paris en 2009, nous n’avions pas dimensionné notre plateforme pour autant de sites marchands. Il nous a valu revoir toute notre architecture technique pour servir au mieux l’ensemble de nos clients.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Nous nous démarquons par la simplicité. Cela part de nos offres en proposant des tarifs transparents, disponibles en ligne, sans frais cachés ;  jusqu’à la conception de notre plateforme sur laquelle nous travaillons quotidiennement à fournir des outils puissant avec beaucoup de simplicité pour nos utilisateurs qui s’y connectent au travers un simple navigateur. Je parlerai aussi du support qui est au cœur de notre métier et pour lequel nous garantissons des délais de réponse pour assurer la meilleur réactivité possible à nos clients.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

Ce n’est pas tant un conseil qu’un exemple : mon père, lui-même entrepreneur, m’a toujours incité à monter des projets puis à créer ma propre entreprise. Aujourd’hui je suis très heureux du métier que j’exerce et c’est une réelle fierté d’être entrepreneur en France tout en travaillant pour des clients dans le monde entier.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Nous avons en France de grands entrepreneurs qui sont partis d’idées simples pour faire évoluer le service proposé aux consommateurs. J’admire Xavier Niel, qui est un vrai technophile partisans des offres simples. Il a su révolutionner un marché et faire sa place face à des acteurs géants institutionnels comme Orange.

Fondateur : Charles Barat et Michel Racat

Investisseurs : Autofinancé

Date de création : aout 2009

Nombre de salariés : 25

Chiffres d’affaires : N.C.

Société basée à : Paris et Francfort

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
La start-up du jour : BeezUp propose aux e-commerçants d’adapter leur catalogue à toutes les marketplaces
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
[#NoMatterWhat] Retail: comment s’adapter à la crise pour réussir cette fin d’année?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
Copy link