ActualitéStartup du jourTech

La start-up du jour : Matooma, une plateforme pour connecter vos objets avec des cartes SIM

La start-up se présente comme un guichet unique entre plusieurs services…

Matooma est une start-up montpelliéraine qui édite des solutions de machine-to-machine (MtoM) en connectant divers appareils entre eux grâce à des cartes SIM, le tout géré depuis une plateforme. Plus de détails avec Frédéric Salles, le fondateur.

–> FrenchWeb sera à Montpellier les 12 et 13 mars prochains, dans le cadre du FrenchWeb Tour

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société?

frederic-sallesFrédéric Salles : Lorsque j’étais responsable de marché M2M au sein de SFR, j’ai constaté que les opérateurs investissent massivement sur le déploiement de la 3G/4G et ne font que très peu évoluer les réseaux 2G. Il se trouve que 90% des objets connectés par cartes Sims communiquent sur les réseaux 2G car ils intègrent des modules 2G (modem). De fait, les installateurs de solutions connectés doivent avoir sur eux 3 cartes activées (une pour SFR, une pour Orange et une pour Bouygues) afin de tester le meilleur réseau disponible. Une fois l’installation terminée avec le meilleur opérateur, cela ne garantit pas un fonctionnement sur la durée de vie du boitier car entre temps la qualité du réseau initial a pu varier et le réseau peut se trouver indisponible par la suite.

Cela nous posait problème dans de nombreux projets (santé, énergie, sécurité) où nous avions besoin d’une qualité de couverture maximale sur toute la durée d’utilisation des boitiers connectés.

Nous avons donc travaillé, avec nos partenaires, sur la mise en place de la Matoocard, une carte Sim générique et multi-opérateurs qui permet de scanner le meilleur réseau disponible à la mise en service du boitier et de se caler automatiquement sur les réseaux en fonction de la qualité sur sa durée d’utilisation. Cette carte applique les mêmes propriétés quel que soit le pays dans lequel l’installation s’effectue. Avec une seule référence, nous permettons à nos partenaires industriels de sécuriser leurs installations et d’utiliser une seule carte Sim pour leurs ventes dans le monde entier.

En complément, les clients rencontraient de gros problèmes de gestion de leurs parcs d’objets connectés par cartes Sims, il fallait leur permettre une gestion simple avec une solution unique et ce, quel que soit l’opérateur concerné. Nous avons conçu la plateforme de gestion M2MManager.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Nous avons conçu une solution qui répond simplement, en tant que guichet unique, aux besoins du marché des objets connectés par cartes Sims : des cartes multi-opérateurs et une plateforme Web de gestion des objets et des cartes.

matooma-m2mmanager

Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous facturons un abonnement fixe mensuel par objets connectés. Cet abonnement d’exploitation intègre les cartes Sims avec les communications (data, gsm, sms), la plateforme de gestion M2MManager et le support (Objet et cartes Sims).

Les abonnements, sans engagement, se situent entre 2 euros HT et 75 euros HT et varient en fonction de la consommation de l’objet à connecter.

Qui sont vos compétiteurs ?

Nos compétiteurs sont les opérateurs télécoms qui proposent des cartes Sims mais ne proposent pas de plateforme de gestion à la fois des objets et des cartes Sims de tout opérateur, et surtout ils sont, par définition, mono-opérateur.

Quelle a été  l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Notre problématique initiale était de trouver 100 000 euros pour le développement de notre logiciel Web. Lorsque nous avons créé la société, nous étions au chômage (suite à un licenciement économique) avec mon associé et nous avons présenté notre projet à des banques qui ont toutes refusés de nous aider (chômeur + nouveau marché = refus).

Après plusieurs refus, nous avons rencontré le réseau Entreprendre qui a jugé les hommes plutôt que le projet et qui nous a accordé un prêt d’honneur de 25 000 euros. La Société Générale qui était partenaire a suivi mécaniquement avec un prêt de 75 000 euros.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Le professionnalisme de mes collaborateurs.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

« Garde les pieds sur terre et ne change pas » – Ma femme

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Bertin Nahum (président de MedTech).

Fondateurs: Frédéric SALLES et John ALDON

Investisseurs: en cours

Date de création: juin 2012

Nombre de salariés: 10 (+ 10 en cours de recrutement pour 2014)

Chiffres d’affaires: supérieur à 1 million d’euros

Société basée à : Montpellier

Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

7 commentaires

  1. GabalibusFlter frenchweb MTP_UNLIMITED MTP_Numerique Merci Aurélien, c’est toute la région qui pousse pour le label #FrenchTech

  2. OvaDesignStudio Bienvenue parmis nos abonnés! On va voter pour vous au Prix Jeune Entrepreneur de LaTribune #PLTJE

  3. MatoomaM2M Merci ! Ça serait intéressant que l’on se croise du côté de Paris ou Montpellier pour parler développement d’Objets Connectés !

La start-up du jour : Matooma, une plateforme pour connecter vos objets avec des cartes SIM
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link