ActualitéFoodTechRetail & eCommerceStartup du jour

La start-up du jour: MonPotager .com, pour cultiver son potager en ligne et recevoir ses fruits

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Monpotager.com, une start-up qui propose aux internautes de « cultiver leur potager en ligne », et de recevoir les fruits à leur domicile. Plus de détails avec Thierry Desforges, le fondateur.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

Thierry DesforgesThierry Desforges : Avant de trouver la bonne idée, il m’aura fallu quelques années. Je baigne dans l’univers du potager depuis l’enfance. Déjà petit, je piquais les outils de mon père, jardinier fin et passionné, et m’amusais dans l’exploitation agricole familiale en région parisienne. Ça a toujours été une évidence de trouver un projet en rapport avec l’agriculture. Il m’aura fallu 10 ans pour imaginer, concevoir et développer monpotager.com (ndlr : nom de code « e-mog »).

Né dans une ferme d’élevage dans un environnement urbain, j’ai subi pendant toute mon enfance les railleries des enfants (et des adultes). C’est un joli clin d’œil à cette période difficile que de porter un projet agricole en plein milieu des zones les plus urbanisées du territoire que sont Paris, Lyon et d’autres métropoles en développement. Je suis fier d’être agriculteur, et de porter les valeurs de l’excellence agricole française auprès des citadins.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Monpotager.com est un site internet innovant qui apporte une réponse à un doux rêve quand on vit en ville, celui d’avoir son propre potager et de cultiver ses fruits et légumes.

Cette idée responsable permet de cultiver son potager en ligne et de se faire livrer dans un point relais ses propres fruits et légumes de saison. Ce service, lancé officiellement en septembre 2013 à Paris et en avril 2014 à Lyon, devrait dans les mois à venir s’étendre aux principales métropoles françaises.

Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Nos sources principales de revenus sont les suivantes :

  • nos abonnements : 4 forfaits de 15 euros à 75 euros par mois ;
  • nos coffrets cadeaux : 3 formules de 49 euros à 149 euros pour une année de potager ;
  • des produits dérivés : une offre de produits dérivés viendra bientôt compléter les choix de légumes. Ces produits seront accessibles sur une place de marché conçue comme un lieu d’échange et de troc.

 

Pour les réfractaires à l’engagement annuel, une offre de paniers, plus traditionnelle, sera également accessible dès l’automne.

Qui sont vos compétiteurs ?

Sur un marché des fruits et légumes frais représentant plus de 6 milliards d’euros, la part des légumes provenant des circuits courts est encore anecdotique (moins de 5 %) bien qu’en pleine explosion. Dans cette petite tranche de 5% se bat un nombre d’acteurs pléthorique, et notamment les agriculteurs eux-mêmes ainsi que tous les concepts de paniers de légumes et aussi les forains. Monpotager.com est actuellement principalement en concurrence avec les paniers de légumes frais.

monpotager-comA quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

Il est fréquent que monpotager.com soit comparé par erreur aux entreprises proposant des paniers de fruits et légumes. Pour la plupart de ces entreprises, le métier est celui du détaillant, voire du grossiste. Il consiste à acheter ou produire au meilleur prix et à vendre avec la meilleure marge.

Nous, nous ne vendons pas à proprement parlé de paniers, mais un potager et tout ce qui va avec. C’est-à-dire une année de récoltes de ses propres fruits et légumes (fruits et légumes que nos abonnés aiment forcément d’ailleurs puisqu’ils les ont choisis parmi une quarantaine de variétés). Ainsi qu’un suivi de ce qui se passe sur sa parcelle (réception de photos et notifications) afin que nos abonnés apprennent à jardiner sans avoir besoin de se casser le dos.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Comme beaucoup de jeunes entreprises ayant une période longue de cash burn, j’ai dû faire face à une période de gestion de la trésorerie très délicate. Il aura fallu le concours des fournisseurs, des banques et une révision temporaire du planning de développement pour repasser au-dessus de la ligne de flottaison. Mais la vraie première problématique fut logistique. J’avais sous-estimé le calibrage du dispositif logistique, et je me suis retrouvé piégé à cinq jours de la première livraison. J’ai alors utilisé mon réseau professionnel pour gérer cette question, avec un acteur incontournable de la logistique des produits frais. La première livraison est arrivée à l’heure, dans de bonnes conditions, laissant aux premiers servis une bonne image de monpotager.com.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Sur le marché des fruits et légumes frais, et plus généralement de l’agriculture, la tradition est un maître mot. Le produit est traditionnellement cultivé par un agriculteur professionnel, puis récolté, conditionné, expédié, mis en étal et vendu au consommateur.

Dans un marché aussi normé et codé, monpotager.com apporte une innovation particulièrement disruptive. Convenons-en, qui aurait imaginé un jour pouvoir cultiver son petit carré potager en ligne, sur internet, et recevoir ses propres légumes à domicile ? Au-delà de l’innovation d’usage que nous proposons, notre principal atout est donc la plate-forme Internet ludique, ergonomique, pédagogique.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

Mon meilleur ami, Emmanuel, deputy director makerting stratégique chez Orange International, diplômé de l’Insead, fondateur de The Manson London, m’a dit un jour : « modélises et bêta teste ton projet 10 fois, car ce sont tes clients qui te donneront 95% des réponses à tes questions ».

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Jeff Bezos. Je conseille en particulier l’ouvrage « One click : Jeff Bezos and the incredible rise of Amazon » de Richard L. Brandt.

Fondateur: Thierry Desforges

Investisseurs: 98% de capital familial

Date de création: création de la société en juin 2013, lancement du site en septembre 2013

Nombre de salariés: 4

Chiffres d’affaires: 120 000 euros depuis la création

Société basée à : Lyon

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Attention, la fiabilité n’est pas au rendez-vous ! Je n’ai jamais réussi à être livrée (3 tentatives de livraison = 3 échecs) et maintenant ils ne veulent pas me rembourser…

  2. Monpotager.bio a disparu !
    Ou sont les levées de fonds des crowfunders? Bref , beaucoup de marketing, de vidéos, d’interventions de blabals , pour crouser un joli trou?
    Ce concept pour bobos naïfs désormais enterré sous le tas de compost numérique?

Bouton retour en haut de la page
La start-up du jour: MonPotager .com, pour cultiver son potager en ligne et recevoir ses fruits
carrefour
La Cnil condamne Carrefour à une amende de 3 millions d’euros pour manquements au RGPD
Télétravail: quelles sont les principales mesures validées par la majorité des partenaires sociaux?
Comment le service de location de voitures Carlili veut s’étendre en France
General Electric s’apprête à supprimer près de 300 postes en France
Unacademy
EdTech: Unacademy lève de nouveaux fonds pour atteindre une valorisation de 2 milliards de dollars
Blast, un programme soutenu par Starburst qui veut faire exploser les startups françaises du spatial