ActualitéArts et CultureRetail & eCommerce

La start-up du jour : Newarty’s, la marketplace pour l’art urbain, le graffiti et le street art

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

La plateforme veut convaincre les clients d’acquérir des pièces uniques, et non des séries numérotées…

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Newarty’s, une start-up basée à Etampes qui édite une plateforme d’art urbain depuis octobre dernier. Plus de détails avec Benoit Brigault, co-fondateur.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

newartysBenoit Brigault : Un matin, nous voulions acheter un tableau pour habiller un mur de notre salon. Habitant en banlieue parisienne, il était impossible de trouver une galerie d’art proche de chez nous. Nous avons réfléchis à un moyen de rapprocher l’offre de la demande. Une galerie consultable en ligne était la solution.

Amateurs d’art urbain, l’idée de concevoir une galerie online spécialisée dans le graffiti et le street art était toute trouvée.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Nous avons souhaité rapprocher les artistes de clients potentiels qui ne pouvaient pas avoir accès à leurs œuvres. Nous proposons aux amateurs d’art ou à des personnes qui souhaitent se faire plaisir la possibilité d’acheter facilement une pièce unique. A l’heure de l’hyper consommation et de la globalisation, les individus ont besoin de références fortes auxquels ils peuvent se rattacher.

Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous prenons une marge sur chaque vente effectuée.

Qui sont vos compétiteurs ?

Nos principaux concurrents sont les sites qui proposent des reproductions et des tirages d’art en série limité. Leur prix sont forcement inférieurs, nous espérons donc mettre suffisamment nos pièces en valeur pour convaincre les internautes qu’acheter une œuvre unique est une toute autre démarche. Acheter une pièce unique permet de soutenir le développement des artistes et leur intégrité.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Nous n’étions pas certains de la réaction des artistes pour la vente en ligne de leurs oeuvres. Notre démarche est nouvelle et le circuit d’écoulement classique étant les galeries d’art, il fallait démontrer tout de suite que le potentiel de vente était là et que leur travail serait respecté.

Le projet à été muri pendant deux ans. Ils nous fallait arriver avec un projet quasi prêt à rentrer en production pour gagner leur confiance et les convaincre de travailler ensemble.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Notre principal avantage est d’être précurseurs et spécialisés dans l’art urbain. Nous avons donc une longueur d’avance sur la concurrence, mais tout le travail de communication autour de ce nouveau média reste à faire.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

C’est celui de notre amie Nathalie Marius qui est directrice e-commerce du site MyClubDesign. Elle nous a alerté sur la difficulté à mesurer les retombées et performances des investissements en presse écrite, ce que nous avions prévu à l’origine. Nous avons donc davantage orienté nos actions vers les réseaux sociaux et les médias pure-players pour faire connaitre Newarty’s.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Jacques-Antoine Granjon, le fondateur de Vente-privee. Il n’a pas peur des préjugés. Il est de plus un grand amateur d’art contemporain.

Fondateurs : Charlotte Gautrain et Benoit Brigault

Investisseurs : N.C.

Date de création: octobre 2013

Nombre de salariés: 2

Chiffres d’affaires: N.C.

Société basée à : Etampes (91)

Bouton retour en haut de la page
La start-up du jour : Newarty’s, la marketplace pour l’art urbain, le graffiti et le street art
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
[Silicon Carne] Faire grandir la startup economy
Facebook, Amazon, Uber, Twitter… Pourquoi la Tech américaine recrute moins qu’avant ?
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media