ActualitéObjets connectésStartup du jour

La start-up du jour : Prizm, le Nest de la musique

La start-up parisienne Ubithings commercialise Prizm, un objet connecté capable de diffuser de la musique sur mesure, adaptée aux goûts de l’utilisateur et à son environnement. L’objet, qui fonctionne en bluetooth, ne se substitue pas aux enceintes, mais sert de relais entre elles et les comptes de streaming musical de l’utilisateur. Son design est particulièrement réussi, pour un objet qui n’est qu’en début de phase de pré-commercialisation. Le marché des enceintes connectées est par ailleurs occupé par des acteurs comme Cone ou Gramofon.

Interview de Olivier Roberdet (25 ans seulement), DG d’Ubithings:

Olivier Roberdet, co-fondateur de Prizm
Olivier Roberdet, co-fondateur d’Ubithings

FrenchWeb : Comment avez-vous eu l’idée de créer Ubithings ?

Olivier Roberdet : Nous sommes quatre amateurs de services de musique en streaming – comme Spotify, Deezer, Soundcloud – pour lesquels nous disposons d’abonnements mensuels illimités. Ecouter de la musique en streaming, cela suppose d’allumer un ordinateur ou de brancher un smartphone sur une enceinte. Ensuite, il faut sélectionner sa musique. Le plus souvent, l’utilisateur branche sa playlist préférée et l’écoute en boucle. Nous avons eu l’idée de créer notre start-up à l’été 2013, pour développer notre appareil connecté Prizm.

Comment fonctionne Prizm ? Quel est votre modèle économique ? 

Prizm est notre unique produit pour le moment. Il coûte 169 dollars à l’unité, soit environ 136 euros. C’est un appareil qui se connecte aux enceintes de l’utilisateur. Prizm dispose d’un algorithme qui analyse les goûts musicaux de son propriétaire, ceux des autres personnes présentes dans la pièce – Prizm détecte les smartphones et les bracelets connectés – ainsi que l’ambiance de la pièce, grâce à ses capteurs. Il diffuse une musique adaptée aux circonstances à partir des catalogues de Spotify, Deezer et Soudcloud des personnes présentes dans la pièce. Si la musique ne plaît pas, l’utilisateur appuie sur le bouton en forme de croix pour en changer. Si au contraire le morceau plaît, l’utilisateur appuie sur le bouton en forme de coeur pour l’intégrer à ses favoris. Prizm fonctionne grâce à une application du même nom, disponible gratuitement sous iOS et sous Android.

Les quatre co-fondateurs d'Ubithings
Les quatre co-fondateurs d’Ubithings

Qui sont vos clients ?

Nos clients ont entre 25 et 30 ans. Ils sont comme nous déjà clients de plateformes de streaming musical pour lesquelles ils ont souscrit un abonnement récurrent. Nous sommes au début de notre phase d’industrialisation. Notre campagne Kickstarter démarrée fin octobre 2014 nous a déjà permis de pré-vendre un millier d’unités.

Qui sont vos concurrents et comment vous différenciez-vous ?

La société californienne Aether commercialise Cone, une enceinte connectée dont les fonctionnalités se rapprochent de Prizm. Il existe aussi d’autres appareils comme Rocky ou Gramofon – sorti en avril 2014 – qui se connectent aux enceintes. Prizm tire son avantage de son approche contextuelle. C’est en adaptant de manière autonome la musique à l’ambiance d’une pièce que Prizm se différencie.

L'objet connecté Prizm développé par Ubithings, placé entre deux enceintes
L’objet connecté Prizm développé par Ubithings, placé entre deux enceintes

Quelle a été la première problématique à laquelle vous avez dû faire face ?

Notre appareil est un produit hardware, ce qui rend très délicats les choix en termes de composants électroniques, de connexions sans fil et d’interfaces physiques. Nous avons dû déterminer les caractéristiques techniques susceptibles de répondre aux besoins d’aujourd’hui tout en anticipant l’évolution technologique à venir. Il ne fallait pas que notre produit devienne obsolète trop vite.

Que faisiez-vous avant de créer Ubithings ?

J’ai créé en 2012 avec Arthur Eberhardt – aujourd’hui l’un de mes associés chez Ubithings – le bureau d’étude Myrobotics. Nous travaillions déjà en sous-traitance pour d’autres sociétés dans le domaine des objets connectés.

Quel a été le meilleur conseil qu’on vous ait donné ?

Nous avons reçu beaucoup de conseils au moment de notre développement. Les plus utiles ont certainement été ceux qui nous ont encouragés à la persévérance. Au départ, notre projet n’attirait pas vraiment l’attention. C’est à partir du moment où nous avons pu présenter un prototype et démontrer ses possibilités que nous avons suscité l’intérêt. Aujourd’hui, nous tirons vraiment parti du premier retour de marché que représente notre campagne Kickstarter. Cette étape a plus d’impact que les avis d’autres entrepreneurs, c’est la confrontation au réel.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

J’admire particulièrement la trajectoire d’Elon Musk, le créateur de Paypal qui aujourd’hui construit des fusées pour la NASA.

[tabs]
[tab title= »Les données clés »]
Fondateurs : Pierre Gochgarian, Pierre Verdu, Arthur Eberhardt et Olivier Roberdet

Investisseurs : Les fondateurs de Ubithings

Fonds levés : PCE de 10 000 euros, 122 000 dollars levés en Kickstarter – 150 000 dollars espérés d’ici fin novembre 2014 –

Date de création : juin 2014

Société implantée à : Paris

Effectif total : 4 collaborateurs, 10 embauches prévues sur 2015

[/tab]
[/tabs]

Présentation Kickstarter de Prizm :

Tags

Mathilde Hodouin

Journaliste chez FrenchWeb. Pour contacter la rédaction, cliquez ici. Présentez votre application mobile avec la Bon App' du jour. Faites-vous connaître en devenant "la start-up de la semaine". Ajoutez un événement à notre agenda : cliquez ici

Sur le même sujet

Share This