ActualitéObjets connectésStartup du jour

La start-up du jour: Sezam Labs crée les bracelets connectés des temps de loisirs

La Startup du jour vous est présentée par Sellsy, le meilleur outil pour gérer vos ventes:
  • Logiciel collaboratif web et mobile
  • CRM puissant et productif
  • Facturation et calcul de marge
  Vous souhaitez également parrainer la Startup du jour ? Pour en savoir plus, cliquez ici

FrenchWeb vous propose aujourd’hui de découvrir Sezam Labs, une start-up auvergnate qui commercialise des bracelets connectés. Ils permettent de remplacer une place de concert ou de payer des achats par exemple. Plus de détails avec Benoît Pascal, né en 1991, co-fondateur de la start-up avec Clément Barbier :

FrenchWeb: Comment avez-vous eu l’idée de créer cette start-up? Quel a été le déclic?

Benoît Pascal: Depuis plusieurs années je fais partie de plusieurs organisations de festivals. Avec cette expérience, j’ai connaissance de beaucoup de problématiques liées à l’organisation et aux spectacles. Grâce à une veille technologique pour l’agence dans laquelle je travaillé j’ai vite compris que certaines technologies étaient sous-utilisées et qu’elles pouvaient changer beaucoup de choses, offrir une nouvelle expérience de vie.

benoit-pascal
Benoît Pascal

A quel besoin répondez-vous ? Qui sont vos clients ?

Le consommateur est habitué aux solutions destinées à simplifier la vie quotidienne. On vit dans un monde où l’instantanéité et la mobilité ne sont plus des options mais la norme. La peur du temps perdu est une notion propre à notre époque et qui concerne tout le monde. Aujourd’hui avec Sezam Labs ont veut répondre à ce besoin de liberté. 

Que se passe-t-il si on perd le bracelet en plein concert ?

Si on perd le bracelet, il est possible de le désactiver en 2 clics via son smartphone ou via les bornes installé sur l’évènement.

Quel est votre modèle économique ? Précisément, comment gagnez-vous de l’argent? Quel est le prix de vente?

Nous nous rémunérons sur la vente de bracelet Event et sur une commission liée aux ventes avec le bracelet. Le prix de vente du bracelet dépend de l’évènement, la durée et le prix du billet. 

La fabrication du bracelet est-elle sous-traitée?

Oui, nous sous-traitons la production du bracelet.

Qui sont vos concurrents?

MyBee, Yuflow sont certainement nos premiers concurrents puisque nos offres ont des similitudes.

Comment vous en démarquez-vous? Que peut-on faire en plus ?

On peut accéder à un évènement et payer avec le bracelet sans avoir besoin d’imprimer un billet et sans son portefeuille le jour J. L’autre différence c’est la technique, le SezamCore. C’est un cloud privé sécurisé, autrement dit l’infrastructure technique qui permet le contrôle et le paiement sans temps mort et en toute sécurité.

Avez-vous déjà organisé une levée de fonds? Si oui auprès de qui, quand et combien? Sinon, est-ce envisagé?

Non pas encore mais cela fait partie de nos objectifs pour le premier trimestre 2015. Nous souhaitons agrandir l’équipe Sezam Labs pour développer les autres idées que nous avons.

Bénéficiez-vous de soutiens particuliers?

Nous sommes lauréats du concours 101projets et depuis cet été la Région Auvergne subventionne une partie de nos investissements dans le cadre d’une convention pour l’innovation. Elle nous a apporté une aide de 100 000 euros sur 2 ans.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Avec Clément nous avions toutes les compétences marketing, financière, juridique nécessaires à la création de la startup. Mais il nous manquait le principal : un développeur. Avec de la patience et beaucoup de recherches nous l’avons trouvé.

Que faisiez-vous avant de fonder cette société ?

J’étais étudiant en alternance dans une école de commerce et chef de projet en agence digitale. J’accompagnais de grands comptes dans l’élaboration et la mise en place de stratégie digitale. Des veilles régulières sur le marché des nouvelles technologies ont grandement participé à la naissance de Sezam Labs.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

« Savoir s’entourer». Que ce soit du côté pro ou perso il est important d’être bien entouré. Entreprendre, c’est comme les montagnes russes, il faut faire face aux montées d’adrénaline.

Fondateurs: : Benoît Pascal (Président) et Clément Barbier (Directeur)

Date de création: mars 2014

Société basée à : Ambert (Puy-de-Dôme)

Effectif: 6 personnes

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Share This