BusinessEuropeTech

La Tech française portée par le vent marin de la French Startup Cup

Pour la troisième année consécutive, la Tech française a fait le plein d’énergie à La Rochelle à l’occasion de la French Startup Cup. Organisée par la société rochelaise Sellsy, qui développe une solution logicielle en ligne de gestion commerciale, et la Société des régates rochelaises, la compétition de voile s’est déroulée fin août sur le plan d’eau du Pertuis d’Antioch, situé entre les îles d’Aix, de Ré et d’Oléron, au large de La Rochelle. Charline Picon, championne olympique de planche à voile à Rio en 2016, était la marraine de cette édition 2017.

Faisant la part belle aux échanges et aux rencontres, l’événement a attiré cette année 50 start-up françaises qui ont permis de constituer 26 équipages. Pour la première fois depuis la création de la French Startup Cup, Sellsy n’a pas décroché la victoire. En effet, la start-up rochelaise a vu son titre lui échapper au profit de l’équipe Drust, emmenée par le skipper François Gabart, vainqueur du Vendée Globe 2012-2013 et de la Route du Rhum 2014.

De son côté, FrenchWeb s’est contenté de la 20ème place… Pour viser le Top 10, Alain Mevellec, co-fondateur et directeur général de Sellsy, nous invite d’ailleurs à venir à La Rochelle dès cet hiver pour faire quelques sessions d’entraînement. Une quatrième édition de la French Startup Cup est d’ores et déjà prévue l’été prochain.

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
La Tech française portée par le vent marin de la French Startup Cup
Nintendo
Obsolescence programmée: Nintendo sujet à une alerte au niveau européen
Porté par le cloud et les jeux vidéo, Microsoft dépasse ses attentes et celles du marché
[NEXT40] Comment Blablacar s’organise face à une baisse de 30% de son activité
Elon Musk (SpaceX) et Jeff Bezos (Amazon) se disputent l’espace pour leurs constellations de satellites
Après son succès en Inde, YouTube Shorts entend rivaliser avec TikTok
IA: Kili Technology lève 7 millions de dollars auprès de Serena et e.ventures