ActualitéBusinessInvestissementsManagementMarketing & CommunicationStartup

Laurent Ruben (French Tech LA): «Los Angeles est un terrain propice pour les investisseurs de la high-tech»

La «French Tech» à l’étranger s’agrandit. Le 14 octobre, Manuel Valls a annoncé l’intégration de 10 villes dans le programme gouvernemental «French Tech Hubs». Après New-York et la Silicon Valley, au tour de Los Angeles d’arborer le label. Ce dernier permet d’identifier les villes où les entrepreneurs français sont les plus dynamiques.

La Silicon Beach est la seule des 10 nouvelles villes à être américaine. Los Angeles est la troisième communauté entrepreneuriale la plus dynamique du monde, après Tokyo et New York. Plus de détails avec Laurent Ruben, co-fondateur de la French Tech à Los Angeles.

Frenchweb: Pouvez-vous nous parler de l’écosystème tech à Los Angeles: quelle est sa taille, quelles sont ses particularités, comment est son dynamisme ?

Laurent Ruben, co-fondateur de la French Tech à LA: Los Angeles au sens large regroupe les villes de Los Angeles, Santa Monica, Venice, Playa Vista, Westchester et Marina del Rey. Plus de 500 start-up de la Tech y sont recensées, un chiffre en forte croissance. De nombreuses grandes entreprises de la Tech y sont présentes (Google, Yahoo, Hulu), des licornes comme Snapchat, JustFabulous, SpaceX, NantLife, Tinder, Dollar Shave Club, Sonos, ou encore TrueCar ainsi que des centaines de jeunes start-up en forte croissance.

Le PIB de la région métropolitaine de Los Angeles était de 860 milliards de dollars en 2014, ce qui place cette métropole à la troisième place au niveau mondial derrière Tokyo et New York. L’économie de la ville est diversifiée avec une forte représentation des activités de divertissement, de l’industrie aérospatiale et pétrolière, de la mode/habillement et enfin de la technologie.

La ville de Los Angeles regroupe plus 1000 entreprises innovantes, 44 incubateurs et 29 accélérateurs.

Aujourd’hui, la place de Los Angeles est un terrain propice pour les investisseurs de la high- tech, les investissements y ont été multipliés par 10 en 3 ans.

Ci-après la liste des sociétés d’investissements sur Los Angeles :

  • Upfront Ventures, 18 participations
  • Wavemaker partners, 16 participations
  • Tech Coast Angels, 12 participations
  • Double M Partners, 9 participations
  • CrossCut Ventures, 8 participations
  • Queensbridge Venture Partners, 7 participations
  • March Capital Partners, 5 participations
  • Launch Fund, 5 participations
  • French Accelerator, 4 participations
  • Karlin Ventures, 4 participations
  • Core Innovation Capital, 4 participations
  • Amplify.LA, 4 participations

 

Chacune de ces sociétés d’investissement est spécialisée sur la région de Los Angeles. On y retrouvera également tous les grands fonds d’investissements nationaux et internationaux.Aujourd’hui, la ville de Los Angeles rivalise avec la place de New-York en terme de «deal- flow» et est loin devant Austin et Seattle. Selon Dow Jones VentureSource, 3.2 milliards de dollars ont été investis sur plus de 105 transactions dans la seule première partie de 2015. Rétrospectivement durant la même période en 2010, seulement 59 transactions ont été constatées, représentant 317 millions de dollars. Des transactions records ont eu lieu, telles que les levées de fonds de SnapChat (538 millions de dollars), Lynda (186 millions de dollars) ou encore Chrome River Technologies (100 millions de dollars). Dans le monde de la finance High-Tech, Los Angeles est devenue une «hot» place.

La répartition sectorielle des investissements de 2015 s’est faite sur 40% dans le secteur des «services de consommation», 50% dans le secteur des «services business et financiers» et le reste dans le secteur des «technologies de la sante». La spécificité de Los Angeles apparaît notamment par sa capacité à attirer des investisseurs qui se placent sur des rounds de financement de taille moyenne, comparativement à la place de la Silicon Valley.

A Los Angeles, la mobilisation universitaire au service de la Tech: UCLA, USC et CalTech un peu plus loin, le laboratoire JPL à Pasadena. Aujourd’hui la région de Los Angeles est la première région universitaire en terme du nombre de diplômés des les domaines de l’ingénierie avec plus de 11.000 diplômés par an, loin devant la région de San Francisco (9.000) et New-York (8.000). Ces diplômés sont hautement qualifiés et désirent rester dans la région après leur formation.

Qui sont les acteurs français de la French Tech à Los Angeles?

Actuellement sont recensés plus de 20.000 Français dans la région de Los Angeles et l’on estime que le nombre réel est au-delà de 60.000 (confondu les personnes recensées ou non). On retrouve 357 entrepreneurs français répartis dans plusieurs secteurs et plus particulièrement 43 spécialisés dans les hautes-technologies. On notera des acteurs comme French Accelerator, Washos, Purple, LazRfit, Strip Messenger, NonLi, Wiredrive, Timyo, appyReward, Khepri.

Comment se structure la French Tech à Los Angeles?

La French Tech Los Angeles a été fondée par French Accelerator, la Chambre de Commerce franco-américaine et le Consulat General de France à Los Angeles.

Afin de participer à cette dynamique, la communauté Tech de Los Angeles se mobilise pour structurer et animer la French Tech Los Angeles, une initiative qui regroupe l’ensemble des acteurs de la région autours de 4 axes stratégiques :

  • Articuler et fédérer les communautés Tech francophiles de la région, regroupant entrepreneurs, dirigeants, investisseurs, structures d’accompagnement, acteurs institutionnels
  • Faciliter le développement des start-up françaises dans la région de Los Angeles.
  • La création d’un portail web dédié (la.lafrenchtech.com) qui cartographie l’ensemble des acteurs de l’écosystème (incubateurs, espaces de co-working, investisseurs, start-up françaises implantées localement, événements, etc.), et les différents dispositifs d’aide à l’internationalisation des start-up (programme d’accélération, programme d’immersion, outil de financement et de garantie, information et ressources sur l’environnement d’affaire, etc.). Sur ce site, des mentors (entrepreneurs, investisseurs, cadres dirigeants de la région) seront également mis en avant: ils seront volontaires pour conseiller gratuitement les entrepreneurs français arrivant dans la région et les aiguiller vers les bons interlocuteurs.
  • Faire découvrir la French Tech aux acteurs locaux (investisseurs, entreprises, entrepreneurs, cadres, incubateurs, accélérateurs, média) et les aider à saisir les opportunités qu’offre la France: recrutement de talents, opportunités d’investissement, de création d’entreprise, sourcing de start-up, etc.

 

Myriam Roche

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

3 commentaires

  1. Thanks to FrenchWeb, the best French Tech online magazine!

  2. French Accelerator ne sert à rien, il prospère sur l’inexpérience des nouvelles starup, il font miroiter une aide et un support efficace. En résumé cela se résume à un travail minimum et bâclé et par une facture de prestations hallucinantes mettant justement en péril ces nouveaux entrepreneurs.

Bouton retour en haut de la page
Laurent Ruben (French Tech LA): «Los Angeles est un terrain propice pour les investisseurs de la high-tech»
Uber
Uber prêt à racheter Free Now (Daimler/BMW) pour plus d’un milliard d’euros
Réseaux sociaux: Cédric O dénonce « l’opacité » des algorithmes et du système de modération
Covid-19: la révolution numérique pour préserver l’emploi?
Essity Ventures : accompagner des start-up pour construire le futur de l’hygiène et de la santé
Comment la crise a accéléré la transformation numérique des grands groupes bancaires
Couvre-feu: les taxis et VTC prévoient une baisse de l’activité encore plus forte dans les jours à venir