A la uneAsieAsieChineHong KongObjets connectés

Le Groupe SEB fait mijoter ses idées connectées en Chine

Depuis la réorganisation de ses directions en 2015, le groupe SEB, le spécialiste du petit électroménager, n'aurait-il d'yeux que pour la Chine? Installé dans l'Empire du Milieu depuis 2007, date de son OPA sur le Chinois Supor, l'industriel y affiche désormais de meilleurs résultats qu'en France ou que dans les 150 pays où il est implanté. Aussi, l'innovation est-elle une priorité quand il s'agit surtout de faire acheter ses produits par la nouvelle classe moyenne chinoise?

Si l'industriel créé près de Lyon en 1857 a toujours sa R&D en France, son histoire s'écrit ailleurs. Et pour cause. Entre 2015 et 2016, l'Empire du Milieu a représenté sa plus forte hausse annuelle devant les Amériques et l'Europe, à près de +15%. SEB et ses marques (Moulinex, Rowenta, Krups, Calor ou encore Téfal) ont connu les plus fortes croissances sur les ventes au troisième trimestre 2016, à 259 millions de dollars, en hausse de 10,2% (à périmètre et taux de change constants) par rapport au trimestre un an plus tôt. 

De directeur général adjoint du Groupe SEB en charge des Continents en 2007, Frédéric Verwaerde est aujourd'hui «uniquement» en charge de l'Asie pour faire face à la déferlante des produits chinois (Midea) et étrangers (Panasonic, Philips). En Asie, SEB emploie aujourd'hui 15 000 personnes, sur un total de 26 000 salariés. «L'Asie a la responsabilité de l'ensemble de la chaîne de création de produits», explique le directeur exécutif membre du CA.

La connectivité des appareils est bien un sujet chez SEB, mais l'industriel avoue lui même avoir été «surpris» par le succès de son application «Cookeo Connect» de Moulinex, qui a fédéré naturellement une communauté de fans autour du multicuiseur. Côté nouveaux modèles, SEB observe de la «location du robot cuiseur Companion, mais pour le pré-test du produit avant l'achat». Le modèle du partage n'est donc pas encore à l'ordre du jour.

Attentif aux nouveaux usages, c'est en Chine que l'industriel compte accélérer. Fin 2015, le groupe signait aussi un accord pour le rachat de 50 millions d'actions à Supor Group, holding de la famille Su, possédant plus de 81% du capital du Chinois. Si le Lyonnais, s'est aussi récemment doté d'une direction «Produits et Innovation», l'industriel joue avant tout son leadership. 

Siège : Hong Kong (Ecully en France)

Date de création : 1857

Effectif : 26 000 salariés (15 000 en Asie)

CA monde au 3e trimestre 2016: 1,2 milliard de dollars / 5 milliards attendus sur l'année.

Semaine Spéciale Chine3

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Share This