ActualitéStartupTech

Le it-tech de la semaine: Bringrr, le pense-bête connecté à vos objets

Bringrr, un objet présenté sur Kickstarter, permet de ne rien oublier et de localiser un chat, ses clés, ou encore son smartphone. 

Bringrr, une jeune startup  américaine, a créé un tout petit objet que l’on branche à l’allume-cigare de sa voiture par exemple, et qui utilise le bluetooth pour détecter les petites pastilles – les « BringTags »- auxquelles il est relié. Concrètement, un signal est envoyé depuis Bringrr quand il détecte le tag, qui se colle sur des pastilles en forme de porte-clé. Il permet ainsi à ses utilisateuUsages Bringrrrs de ne rien oublier quand on quitte un endroit.

Ces pastilles, de la taille d’une pièce d’1 euro, se fixent sur n’importe quel objet : smartphone, sac à main, animal de compagnie etc.. Chacune d’entre elles dispose de petits hauts-parleurs qui peuvent être activés depuis une application (iOS ou Android), qui émettent un son et s’allument en rouge et bleu en fonction de la localisation de l’appareil recherché. Mais attention, la portée est limitée : pas plus de 45 mètres.

La startup a choisi la plateforme Kickstarter pour présenter le prototype, et cherche encore 10 000 dollars, pour atteindre les 75 000 dollars nécessaires au lancement de la production. Bringrr voit loin et a d’ores et déjà développé une application Google Glass.

 
 

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Le it-tech de la semaine: Bringrr, le pense-bête connecté à vos objets
Quelles sont les grandes tendances du commerce avec la reprise?
Stimulé par le confinement, Samsung prévoit un bond de son bénéfice d’exploitation
Cloud : Deutsche Bank s’allie à Google pour un «accès à des technologies de pointe»
DeepTech : Honing Biosciences lève 2 millions d’euros pour vaincre les cancers avec les thérapies cellulaires
FoodTech: pourquoi Uber rachète le service de livraison Postmates pour 2,65 milliards de dollars
Criteo
Coronavirus: Criteo estime l’impact de la crise à 40 millions de dollars
Share via
Copy link