ActualitéAffaires publiquesBusinessEurope

Le Manifeste numérique du CNNum… fait-il route à part?

Le manifeste du CNNum est à retrouver ici.

70 personnalités du numérique, comprenant d’actuels et d’anciens membres du Conseil National du Numérique, ont signé un manifeste pour interpeller le nouveau gouvernement sur l’urgence d’une politique publique à la hauteur des enjeux de la transformation numérique du pays. Une manière pour le CNNum de rappeler son rôle de «traducteur, vigie et éclaireur des transformations numériques».

Sur la forme: le monde a changé et ce manifeste se positionne malheureusement dans le «vieux monde» par son approche. Dans le monde de 2017, un manifeste doit être nourrit par l’intelligence collective. Nous pensons, créons, élaborons, développons en réseau en nous appuyant sur des écosystèmes formels et informels. 

Via les réseaux sociaux, un mouvement doit avoir des milliers de participants, des débats, des tweets et de likes sans oublier des vidéos et des groupes de discussions. C’est la quantité et l’intensité des débats qui montrent la puissance des propositions. Que veulent dire 70 signatures dans un monde démocratique? Pour se mettre en marche et peser, il faut beaucoup de signataires (au moins 20.000) et il n’est pas si compliqué de les obtenir si le sujet est un vrai sujet sociétal. Le CNNum semble ne pas avoir pris la route du numérique.

Sur le contenu: 8 propositions intéressantes mais là aussi, c’est du déjà-vu. 

Le CNNum souhaite, via ses propositions autour de la confiance numérique, les plateformes digitales et l’intelligence artificielle, affirmer sa volonté de renforcer son impact au niveau européen comme si la France n’a pas eu son mot à dire. Nous sommes une des pierres angulaires de l’Europe et nous avons toujours eu une influence importante sur les décisions de l’Europe. Nous devons non seulement continuer à jouer ce rôle mais aussi saisir l’occasion que représente cette nouvelle dynamique politique afin d’abolir l’attitude ancestrale de certaines hiérarchies. L’actualisation technologique et le renouvellement de notre pays passent par une approche horizontale des organisations rythmée et nourrie par l’intelligence collective de nos citoyens.

Notre chef d’Etat est le plus jeune en Europe et, si les élections de juin le confirment, nous aurons aussi un système législatif radicalement renouvelé avec beaucoup de monde du civil, une configuration unique en Europe qui aura un impact fort sur nos décisions politiques. Il faut le souligner, nous avons sauté une génération en remplaçant les énarques de soixante à soixante-dix ans par des trente-quarantenaires qui comprennent mieux les enjeux du numérique. Cette  nouvelle jeunesse politique ne peut pas se satisfaire d’influencer l’Europe comme demandé par le CNNum mais doit en devenir le moteur. 

Mais le numérique ne résout pas tout. Comme le montre les études PISA, notre système éducatif n’est pas suffisamment performant et même si le numérique peut aider, il faut changer notre approche et système d’apprentissage. Même choses pour nos TPE/PME qui sont très bien équipées en ordinateurs, smartphones et tablettes mais largement en dessous de la moyenne Européenne en usages numériques surtout en ce qui concerne les réseaux sociaux professionnels.

Comme l’habit ne fait pas le moine, habiller nos faiblesses ne résout pas notre retard. 

Conclusion

Nous sommes beaucoup de chose à la fois. Un peuple prêt à se surpasser pour répondre aux nouveaux enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Un pays en pleine rénovation prêt à moderniser et défendre un certain idéal Européen. Enfin, nous sommes une France insoumise qui se rebelle face à un monde consensuel. Le numérique est une des solutions engageante pour faire battre le cœur de la France.

Même si nous ne le réalisons pas encore, la France a changé – un monde plus connecté mais aussi politiquement différent. Il est temps maintenant que les actions autour du numérique se mettent en marche pour soutenir les évolutions de notre société et pas l’inverse.

[tabs][tab title= « L’expert »]

Erik Van Rompay

Alliant une formation d’ingénieur à l’Insead, un esprit entrepreneur et des expériences en France et à l’International, Erik Van Rompay est un expert référent sur l’innovation en Europe.

Avec cinq années chez Walt Disney Imagineering à son actif, il a travaillé à la réalisation de plusieurs projets industriels pour Ford Motors, Volvo, Daf Trucks et Rolls Royce, ainsi qu'à la création de 5 start-up. Cette expérience lui a permis de maîtriser toute la problématique de la start-up jusqu’au grand groupe industriel.

mail : erikvanrompay@yahoo.com

twitter @vanrompay

 

[/tab]

[/tabs]

Lire aussi: Les 7 recommandations du CNNum pour que le numérique profite (enfin) aux PME françaises

Tags
atelier-platform

contributeur

Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This