ActualitéLes levées de fondsMedia

Le New York Times et Axel Springer investissent 3 millions de dollars dans Blendle

Le New York Times et Axel Springer, le groupe de médias allemands qui édite notamment le magazine Bild, sont parvenus à un accord avec Blendle pour y investir 3 millions de dollars. A l’issu de l’opération, les deux cofondateurs détiendront toujours plus de 75% du capital explique-t-on. Ce nouvel investissement permettra à la société de se lancer dans plusieurs pays européens dans les deux prochaines années.

Fondée en 2013 par Alexander Klöpping et Marten Blankesteijn, la start-up édite un « iTunes de la presse », un kiosque à partir duquel les internautes peuvent acheter des articles de journaux et de magazines à l’unité. Entré en service aux Pays-Bas il y a six mois, le service revendique déjà 130 000 utilisateurs. Il propose une sélection de papiers parmi un large choix de titres de presse pour un prix moyen de 20 centimes d’euros, selon les chiffres communiqués par la société. A chaque fois, ce sont les éditeurs qui définissent le tarif sur lequel Blendle prélève une commission de 30%.

« Blendle a le potentiel d’attirer les jeunes »

« Nous sommes très honorés que deux des éditeurs les plus influents au monde montrent tant de confiance en nous. Axel Springer a réussi à transformer son entreprise en une maison d’édition numérique avec un grand portefeuille d’offres en ligne et de start-ups dont nous pouvons beaucoup apprendre. La stratégie en ligne du New York Times constitue un exemple dans le monde entier pour d’autres journaux et magazines » explique M. Klöpping.

« En tant qu’éditeur, nous voulons convaincre les utilisateurs de payer pour du grand journalisme, y compris à l’ère du numérique. Je suis donc ravi qu’une start-up européenne construise une plate-forme facile à utiliser pour un accès payant à un journalisme de qualité. Blendle a le potentiel d’attirer les jeunes et les lecteurs avertis d’Internet » ajoute Mathias Döpfner, PDG d’Axel Springer SE.

Cette annonce survient alors que plusieurs éditeurs, regroupés sous le nom d’Open Internet Project, sont entrés dans un bras de fer avec Google en déposant plainte devant la Commission européenne. En Allemagne, le collectif VG Media – dont Axel Springer fait partie – avait porté plainte contre la firme de Mountain View en se reposant sur la loi allemande selon laquelle les plates-formes ne peuvent faire apparaître gratuitement que de petits extraits. Philipp Justus, le numéro 1 de Google Allemagne, avait alors annoncé que 200 médias allemands ne seraient plus référencés qu’avec les titres de leurs articles.

Changement de modèle

En septembre, le directeur général de News Corp, le groupe média de Rupert Murdoch, propriétaire notamment du Wall Street Journal, rendait publique une lettre à la commission européenne datée du 8 septembre pour signifier « le pouvoir écrasant » de Google. « Par le suivi de lecteurs et l’exploitation de sa position dominante dans la publicité en ligne, Google marchandise l’audience des éditeurs spécialisés et limite leur capacité à générer des revenus publicitaires » estimait-il.

Plus récemment, plusieurs éditeurs français se sont plaints de la search box, une petite fenêtre de recherche apparaissant sous le principal résultat pour laisser la possibilité à un internaute d’effectuer une autre recherche parmi les contenus du site, tout en restant sur Google.

Le concept de Blendle, pour l’instant disponible qu’aux Pays-Bas, pourrait donc séduire les titres de presse, toujours à la recherche de monétisation de leur audience sur fond de transition numérique. Il s’agirait cependant d’un changement important de modèle économique pour des éditeurs habitués à vendre des numéros entiers de magazine ou des abonnements (y compris depuis des applications comme LeKiosk ou le Newsstand d’Apple), plutôt que des articles au compte-gouttes. En France, certains sites de presse proposent cependant déjà cette dernière option, mais l’achat s’effectue directement depuis leur site, et non celui d’un tiers, et pour un tarif généralement bien supérieur aux 20 centimes annoncés en moyenne sur Blendle.

Crédit photo : Blendle
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Le New York Times et Axel Springer investissent 3 millions de dollars dans Blendle
Uber permet désormais à ses chauffeurs de fixer leurs propres tarifs en Californie
Faute de budget, l’Europe spatiale devient vulnérable face aux puissances étrangères
[DECODE] IoT : la course à l’innovation chez Legrand
Blossom Capital lève 185 millions de dollars pour rapprocher startups européennes et investisseurs US
LumApps lève 70 millions de dollars pour son intranet collaboratif
[Webinar] Comment les assistants numériques vont révolutionner votre environnement de travail
Copy link