ActualitéFonds d'investissementInvestissementsLes levées de fonds

Le capital-risque rebondit en Europe sauf pour les petites entreprises

Les entreprises européennes ont levé 2,3 milliards d’euros au troisième trimestre 2014, en hausse de 3% par rapport au trimestre précédent selon une étude réalisée par Dow Jones VentureSource. Il s’agirait ainsi du meilleur trimestre enregistré depuis le troisième trimestre de 2001 où 2,7 milliards d’euros avaient alors été levés.

Ces chiffres portent à 6,1 milliards d’euros les fonds levés par les entreprises européennes auprès des fonds de capital-risque depuis le début de l’année. Sur le trimestre, les services financiers et aux entreprises ont cristallisé 40% des fonds levés, devant les services aux consommateurs (30%), la santé (15%) ou l’énergie (11%).

L’early stage en difficulté

Au final, le tour de table médian est de 2 millions d’euros – ce qui signifie que 50% des deals ont été bouclés à des montants supérieurs, 50% en dessous – un niveau stable par rapport au trimestre précédent, et en hausse par rapport à la même période un an plus tôt.

Malgré ce qui s’apparente à une bonne nouvelle, le rapport souligne que seuls 323 deals ont été conclus, ce qui représente une baisse de 17% par rapport au trimestre précédent. Autrement dit, davantage de fonds ont été injectés, mais moins d’entreprises en ont profité. Dans ce contexte, les premières à rencontrer des difficultés pour se financer sont les petites sociétés.

De juillet à septembre, l’early stage (seed, first round et second round) a totalisé 712 millions d’euros des fonds investis, contre 1,176 milliard un an plus tôt à la même période, ce qui représente une chute de plus de 39%. Dans le détail, les fonds levé en seul seed ont quant à eux chuté à 9 millions d’euros, contre 19 millions d’euros un an plus tôt.

Bpifrance, 3e investisseur le plus actif

Mais les disparités sont extrêmement fortes selon les pays. L’Allemagne arrive ainsi largement en tête et représente 53% des montants levés, loin devant le Royaume-Uni (23%), la Suisse (6%) et la France (5%) qui est reléguée à la quatrième place. Bonne nouvelle cependant pour l’Hexagone, le rapport estime que Bpifrance, lancée en 2012 par le gouvernement Ayrault, est le troisième investisseur le plus actif d’Europe – derrières deux fonds allemands – avec une dizaine de tours bouclés.

Pour rappel, l’organisme issu du regroupement d’Oséo, CDC Entreprises, FSI et FSI Régions suite à la loi du 31 décembre 2012, se fixe pour objectif d’investir environ 8 milliards d’euros d’ici à 2017 dans des entreprises tricolores. La structure dispose de 42 implantations régionales et 21 milliards d’euros de fonds propres.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This