Actualité

Le World Wide Web 2012 s’invite à Lyon du 16 au 20 avril prochain

Du 16 au 20 avril prochain, Lyon accueillera le World Wide Web 2012, conférence annuelle mondiale du web fondée en 1994 par l’IW3C2 (International World Wide Web Conference Comittee).

En 18 ans d’existence, la France accueillera donc pour la deuxième fois cet événement d’envergure qui doit attirer près de 1500 participants pendant 5 jours.

Sont notamment attendus :

  • Tim Berners-Lee, l’inventeur du Web. Depuis le CERN à Genève, en 1989, il a notamment mis au point le langage HTML utilisé pour concevoir les pages Web et naviguer de l’une à l’autre via des liens hypertextes.
  • Neelie Kroes, Vice Présidente de la Commission Européenne en charge du numérique.
  • Bernard Stiegler, philosophe et Directeur de l’institut de Recherche et d’Innovation au Centre Georges Pompidou.
  • Chris Welty, Chercheur au centre IBM T.J. Watson à New York.

Des représentants de Google, Yahoo ou encore d’Exalead devraient également être au rendez-vous.

En l’espace d’une semaine Lyon se consacrera donc définitivement au Web puisque la ville ouvrira en parallèle ses portes à deux autres événements à consonance numérique. Il s’agit du CIUEN 2012 : colloque International de l’Université à l’Ere du Numérique et du W4A (Web For All), conférence sur l’accessibilité du Web pour les personnes souffrant de handicaps. Ces conférences donneront donc conjointement lieu à la tenue du « salon du numérique ».

Tous les renseignements sur le site officiel.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Le World Wide Web 2012 s’invite à Lyon du 16 au 20 avril prochain
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link