ActualitéComDistributionMedia

Les 3 dernières études à découvrir

[E-commerce] Les silver-surfeuses dépensent 140 € de plus que les jeunes actives…. Orange et TNS décryptent les usages multimédias dans trois pays européens…. 60 % des décideurs estiment que leur entreprise ne sait pas mesurer l’e-réputation…. Zoom sur trois nouvelles études.

[E-commerce] Les silver-surfeuses dépensent 140 euros de plus que les jeunes actives

Une récente étude publiée par ebay tend à contrecarrer les nombreux préjugés établis autour des habitudes des seniors sur le web, et plus particulièrement des silver-surfeuses.
En effet, d’après l’observatoire eBay-Terrafemina, les femmes de plus de 60 ans constituent des e-shoppeuses à haut potentiel pour les marques. Chiffres à l’appui !

  • 45% des femmes seniors connectées, achètent au moins une fois par mois sur un site de e-commerce
  • Neuf retraitées sur dix plébiscitent le e-commerce pour ses avantages : praticité, gain de temps, variété des produits et prix attractifs.
  • Les femmes seniors dépensent en moyenne 446€ par an pour leurs achats en ligne, soit 140€ de plus que les jeunes actives.

Les silver-surfeuses se distinguent toutefois à différents niveaux :

  • Seuls 52% d’entre elles ont déjà revendu des achats d’impulsion sur Internet, contre 75% des femmes en général.
  • Elles donnent moins d’importance au prix que la moyenne des Françaises (72% contre 82%.
  • Elles ne réalisent que 3% de leurs achats en ligne via un Smartphone, contre 9% pour la moyenne des Françaises, et 4% via une tablette, contre 7% pour les femmes en général.

Orange et TNS décryptent les usages multimédias dans trois pays européens

Orange a dévoilé hier les résultats de son enquête sur les habitudes de consommation médias sur mobile et tablette dans 3 pays : France, Royaume-Uni et Espagne. Réalisée par TNS Sofres, l’étude a été menée auprès de plus de 3000 mobinautes (dont 1077 en France) et de plus de 1300 tablonautes (dont 336 en France).

Multitasking, smartphones, t-commerce… Voici les principales informations de cette enquête.

  • 41% des utilisateurs de smartphone possèdent un terminal Android (38 % au Royaume-Uni, 50% en Espagne), soit une augmentation de 11 points depuis l’an dernier en France.
  • 30% des mobinautes déclarent passer plus de temps sur l’internet fixe depuis qu’ils possèdent un smartphone.
  • 74% des mobinautes et des tablonautes accèdent à Internet tout en regardant la TV au moins une fois par semaine.
  • Plus d’1 utilisateur de tablette sur 2 a utilisé son terminal pour acheter, collecter ou réserver quelque chose online au cours des 6 derniers mois.

Par ailleurs, pour la première fois, Orange s’est penché particulièrement sur les habitudes des adolescents (âgées de 11 à 17 ans) en la matière. On y apprend que :

  • Près d’1 adolescent sur 2 accède à internet sur son mobile en France (65% en Espagne et 69% au Royaume-Uni).
  • En France, les adolescents sondés déclarent suivre en moyenne 98 marques sur Facebook (vs 80 au UK et 43 en Espagne).
  • 19% des adolescents français seraient prêts à répondre à un message publicitaire sur leur téléphone.

60 % des décideurs estiment que leur entreprise ne sait pas mesurer l’e-réputation

L’agence Idaos a récemment publié un étude sur les enjeux de l’e-réputation au sein des entreprises. Réalisée du 2 au 12 novembre dernier auprès d’un échantillon de 200 décideurs, l’enquête montre clairement une prise de conscience de l’importance des réseaux sociaux, en soulignant toutefois une difficile mise en application.

En effet, 88% des décideurs d’entreprise considèrent que les réseaux sociaux changent profondément la société parce qu’ils répondent à un réel besoin de dialogue, de coopération et de communauté. En revanche, selon l’étude, plus des trois quarts des interrogés admettent être encore en phase d’exploration dans l’usage des réseaux sociaux en marketing et plus d’un tiers rapporte des expérimentations peu probantes.

Par ailleurs, d’après Idaos, 60 % estiment que leur entreprise ne sait pas mesurer l’e-réputation. Et, 66 % jugent que leur entreprise n’est pas capable d’influencer son e-réputation.

Franck Perrier, Directeur Général d’Idaos résume donc la situation : « Les entreprises nous confient qu’elles ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour intégrer les réseaux sociaux dans leur stratégie globale comme dans leur marketing. »

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This