Actualité

[#AtelierFW] Musique : la boîte à outils 2.0 des artistes

Cette semaine FrenchWeb organisait un atelier intitulé « Digital Music ». Celui-ci, animé par Pamela Hute, Auteur CompositeurLaure Decailly, Fondatrice de MyTourManager, et Pierre Niboyet, Marketing Artist Manager chez Deezer, a permis à ses participants de découvrir les nouveaux services dédiés aux artistes et d’échanger sur les meilleurs usages.

Pour une diffusion optimale de son projet musical sur Internet, il est important d’adopter la bonne stratégie qui est non pas d’utiliser tous les services existants mais les bons services. Laure Decailly est revenue sur les grandes tendances du marché artistique sur Internet et les services qui le façonnent, pour gagner en visibilité et en performance. Ces derniers s’intègrent dans un écosystème global qu’il est indispensable de comprendre pour gagner en efficacité.

Les quatre piliers de la Digital Music

1- La découverte musicale

La segmentation des goûts musicaux et l’abondance de musique a ouvert de nouvelles voies en termes de découverte et de recommandation sur Internet. La plupart des artistes est aujourd’hui présent sur les sites de streaming, les webradios (Spotify, Deezer), et bénéficie d’une distribution digitale globale, mais avec le nombre de titres produits aujourd’hui, il est difficile pour les artistes d’émerger de la « masse ».

Pour Laure Decailly, les moteurs de recherche ne sont pas assez ciblés, pas assez efficaces et pas assez expérientiels puisqu’ils restent cantonnés au Broadcast. Il faudrait aujourd’hui que l’information revienne au personal cast, c’est-à-dire en ciblant les données par personnes. Certains sites s’y attèlent, comme Musicovery, qui permet au consommateur de générer des playlists selon une ambiance, une humeur. On ne cherche ici plus à recommander des artistes selon un style musical mais en fonction »d’un moment de vie associé à la musique ».

Autre site, Whyd, ouvert depuis seulement une semaine. Il permet d’agréger un certain nombre de contenus provenant de différentes sources sur Internet: SoundCloud, Youtube, Dailymotion, sur une seule et même plateforme, offrant aux fans la possibilité d’accéder en un clic à tout le contenu relatif aux artistes.

2- Le fan-engagement

Les consommateurs de musique s’impliquent de plus en plus sur Internet, ce qui a ouvert de nouvelles voies en termes de fan-engagement et d’outils de mise en relation. Ces outils sont intéressants car ils donnent les moyens de créer du lien et de la valeur autour des artistes.

C’est le cas du crowdfunding, qui permet non seulement de générer des financements mais aussi de créer du lien avec le public avec rétribution (CD, rencontres artistes). On connaît déjà MyMajorCompany, Ulule, et KissKissBankBank, qui, malgré un mode de financement similaire, possèdent chacun un modèle bien différent : participation, accompagnement, préachat, etc.

Le site de crowdfunding Oocto a développé le crowdsourcing, qui peut être un levier intéressant pour les artistes. L’idée est ici de faire appel à la foule pour des services: photographie, street marketing, réalisation, etc. Le fan se sent utile, s’engage d’avantage, et fait partie d’une communauté active sur Internet.

 

3- Le e-commerce

Une énorme palette de services s’est développée sur Internet pour aider les jeunes artistes à faire leur promotion. Ces services « Do-It-Yourself », dont la plupart sont tournés vers le e-commerce et aident les artistes à vendre leurs produits, génèrent beaucoup de revenus.

Parmi ceux-ci, on peut citer Viinyl, un site canadien qui permet aux artistes de poser une URL sur une chanson et ainsi de créer rapidement un mini site autour de ce titre et de son univers; Bandzoogle, quant à lui, est un générateur de site internet pour les artistes. Il permet de plugger un certain nombre d’outils tels que la vente de musique et le merchandising, pour promouvoir un artiste et intégrer la promotion de ses ventes; Enfin, Bandpage, connu comme le « nouveau Myspace », permet de vendre sa musique en ligne.

On peut également aller plus loin dans l’e-commerce artistique comme avec le site américain Official.fm, qui permet d’intégrer des fonctionnalités d’achat à des fonctionnalités de partage. L’artiste crée sa page de promotion, interagit avec ses fans et partage ses contenus directement sur les réseaux sociaux, tout en ayant la possibilité de vendre ses produits.

Enfin, plusieurs sites proposent des services de direct-to-fan (community management, marketing direct, etc.), comme Fanbridge, qui permet de faire de la gestion d’e-mailing ou encore Headdliner, qui est un générateur d’influence qui cible des communautés de communautés.

4- Les datas

Il est aujourd’hui important d’évaluer la fragmentation des audiences pour bien cibler son public. Pour Laure Decailly: « Mesurer et booster son audience sur internet afin de générer des flux d’information devient un des grands enjeux de l’industrie musicale. »

De nombreux sites d’analytics ont émergé ces dernières années, dont certains, spécialisés dans le milieu musical, permettent de surveiller la popularité d’un artiste au travers des réseaux sociaux, de ses ventes en ligne, de ses événements, tout cela grâce à un certain nombre d’outils très pertinents: tableaux de bord, graphiques, etc. C’est le cas de Next Big Sound et Band Metrics, ou même Facebook qui a mis en place un service « promote » permettant de se créer une homepage et de diffuser des posts à l’ensemble de sa communauté.

Retrouvez l’intégralité de la présentation de Laure Decailly ici.

Le cas Deezer

Pierre Niboyet, Marketing Artist Manager chez Deezer, est revenu sur les principales données du site de streaming musical:

  • Deezer est aujourd’hui présent dans 160 pays
  • Il possède un catalogue de près de 20M de titres
  • Il rassemble une communauté de 26M d’utilisateurs et de 2M d’abonnés
  • Il propose à ses utilisateurs des recommandations localisées par Pays ainsi que des suggestions personnalisées en fonction de leurs goûts.
  • Il comprend différentes fonctionnalités: live shows, avant premières d’albums, inédits, intégration Facebook, widgets, applications, API…
  • Il partage ses datas avec ses artistes et maisons de disque : attentes des fans, performance des oeuvres, etc.

Retrouvez la présentation de Pierre Niboyet ici.

Pamela Hute : le statut d’artiste à l’ère du digital

Pamela Hute, auteur compositeur française, vient de sortir son album intitulé « Bandit », sur le label « Tôt ou Tard ». Durant l’atelier, elle a évoqué le statut d’artiste à l’ère du digital et la nécessité de savoir gérer soi-même sa communication sur Internet, et en particulier sur les médias sociaux.

Suivez-là sur les réseaux sociaux :

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This