ActualitéBusinessTech

L’Europe spatiale se dote d’un budget record pour faire face aux Etats-Unis et à la Chine

AFP

L’agence spatiale européenne (ESA) s’est dotée jeudi d’un budget record pour financer ses futurs programmes, un investissement massif destiné à rester un géant de l’espace face à la montée en puissance des Etats-Unis et de la Chine, dans un secteur chamboulé par l’explosion des nouveaux acteurs. « C’est un pas de géant pour l’Europe, cinquante ans après le débarquement sur la Lune», s’est félicité Jean-Yves Le Gall, le président du CNES, l’agence spatiale française.

Les 22 pays membres de l’ESA, réunis à Séville, ont alloué une enveloppe de globale de 14,4 milliards d’euros aux futurs programmes spatiaux, sur une durée de trois à cinq ans. « Je suis heureux, c’est plus que ce qu’on avait demandé (14,3 milliards d’euros)!», s’est félicité Ian Wörner, le directeur général de l’ESA, lors d’une conférence de presse. Il s’agit d’un budget record dans l’histoire de l’organisation intergouvernementale fondée en 1975, auquel vient s’ajouter celui de la Commission européenne (16 milliards d’euros sur sept ans).

« La France reste en tête »

L’accord trouvé entre les différents pays après deux jours de discussions « est un témoignage évident de notre ambition commune pour l’Europe», a commenté la ministre française de la Recherche, Frédérique Vidal, qui co-présidait la réunion. L’Allemagne a mis sur la table la plus grosse enveloppe (3,3 milliards d’euros), devant la France (2,7 milliards), devenant ainsi, sur le long terme, le premier pays contributeur de l’ESA. « Mais sur les trois prochaines années, la France reste en tête», a précisé la ministère de la Recherche.

Rapporté aux 500 millions d’habitants des 22 pays, le budget spatial européen représente 8 euros par an et par citoyen. Cette impulsion s’inscrit dans une nouvelle donne internationale, avec la montée en puissance des Etats-Unis et de la Chine, qui investissent massivement dans l’espace -le budget américain est cinq fois supérieur à celui de l’ESA- mais aussi celle des pays émergents, comme l’Inde.

L’observation de la Terre en pointe

Pour maintenir sa place de choix sur l’échiquier spatial, l’Europe a donc musclé l’ensemble de ses programmes, scientifiques, d’exploration (station spatiale internationale, Lune, Mars), d’accès à l’espace (fusées, port spatial de Kourou) et de développement des applications (observation de la Terre, télécommunications…). L’observation de la Terre voit ainsi ses moyens exploser (2,5 milliards d’euros, soit une hausse de près de 90% depuis 2016), notamment pour son programme phare Copernicus, pour qui l’agence spatiale va fournir six nouvelles sentinelles afin de « mieux surveiller et mieux prévoir le changement climatique» a précisé Frédérique Vidal. « L’Europe va garder son leadership mondial dans ce domaine», se réjouit l’ESA.

Pour le patron du CNES, l’investissement massif dans la surveillance de la Terre « façonne une nouvelle Europe spatiale, plus proche des citoyens avec des préoccupations climatiques». L’ESA mise aussi beaucoup sur l’exploration de Mars et de la Lune (près de 2 milliards d’euros), dans un contexte marqué par les annonces américaines de retour sur la Lune dès 2024. Au menu: le développement d’un module de service pour la future mini station en orbite lunaire, Gateway.

Technologie du réutilisable

Sur Mars, outre son projet d’exploration Exomars qui devrait partir en 2020, le Vieux continent entend jouer sa partition dans la mission américaine « Mars sample return », qui doit ramener sur Terre des échantillons de la planète rouge. « L’enjeu pour l’Europe est de ramener des échantillons purs», explique Gilles Rabin, chargé de la science au CNES. L’Europe espère pouvoir maintenir un accès souverain à l’espace (2,6 milliards d’euros), alors que le marché des lanceurs est chamboulé par l’explosion du nombre d’acteurs privés, dont la firme américaine SpaceX et sa fusée Falcon 9, qui défie la compétitivité européenne avec sa technologie du réutilisable.

La réponse européenne, la future Ariane 6, dont le lancement est prévu en 2020, prévoit le développement du moteur à bas coûts Promethéus et un démonstrateur d’étage réutilisable, Thémis, permettant de maîtriser les technologies de retour sur terre. Le président d’Arianespace, Stéphane Israël, a salué auprès de l’AFP la « mobilisation » de l’ESA. Son budget « nous donne les moyens» pour « la montée en puissance d’Ariane 6 et les financements de démonstrateurs technologiques innovants absolument essentiels pour assurer une compétitivité durable », a complété dans un communiqué André-Hubert Roussel, président exécutif d’ArianeGroup.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Europe spatiale se dote d’un budget record pour faire face aux Etats-Unis et à la Chine
La startup R-Pur lève 2,5 millions d’euros pour ses masques anti-pollution
[PORTRAIT] Baptiste Robert, le hacker traqueur de failles à la renommée internationale
[Made in Switzerland] La Suisse à Slush 2019
Les offres d’emploi de la semaine
Huawei porte plainte contre sa mise à l’écart de subventions fédérales aux Etats-Unis
Uber: 6 000 agressions sexuelles enregistrées aux États-Unis en deux ans
Copy link